Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 07:06
Enfin le bout du tunnel ?
Developpement-du-Sud-algerien.jpg 
Jusqu'ici marginalisée et délaissée, cette région stratégique de par ses multiples variétés de richesses naturelles, est aujourd'hui la clé de la sécurité nationale. Les hautes autorités du pays semblant enfin prendre conscience que sans les populations de ces régions aucune garantie de sécurité n'est possible, multiplient visites et promesses.
Une enveloppe colossale qui devait contribuer de façon sensible au développement des régions du Sud. Or, treize ans après, la situation dans cette vaste région du pays demeure dramatique. Les populations n'en peuvent plus. Ils crient haut et fort à l’injustice, à la marginalisation et à l'exclusion dont ils sont victimes. Une tension sociale permanente caractérise cette riche région désertique qui renferme outre le pétrole, d’importantes potentialités en termes de terres agricoles fertiles, de ressources hydriques souterraines et de richesses animales, notamment cameline.
Il a fallu l’attentat de Tiguentourine pour faire prendre conscience aux autorités du danger qui guette ce Grand Sud. Mais surtout de l’importance de l’implication de la population pour faire face à l’insécurité qui règne au seuil de nos frontières. Le ministre de l’Intérieur a, dans ce contexte, affirmé que l’Etat algérien ne ménagera aucun effort pour protéger ses frontières, signalant que 253 postes budgétaires, dans le corps de la sûreté nationale, ont été accordés aux wilayas du Sud. Il a aussi fait état de la programmation de nombreux projets, touchant différents domaines socio-économiques. Un investissement qui pourrait jouer en faveur de l’épanouissement de la jeunesse du Sud qui, aujourd’hui, n’a d’autre choix que de faire dans la contrebande, le trafic d’armes ou de rejoindre Al-Qaîda. L’oisiveté et le chômage sont la source de tous les maux de cette catégorie qui est aujourd’hui une cible facile des groupes armés.
Ces préoccupations et bien d’autres ont été soulevées jeudi dernier par les notables et les représentants de la société civile de la wilaya d’Illizi lors d’une rencontre de concertation sur le développement des régions du Sud avec Daho Ould Kablia. Elles se sont articulées autour, notamment, de l’octroi de facilitations pour encourager les entreprises de réalisation à travailler dans cette région éloignée (près de 2 000 km au sud-est d’Alger), la réalisation de puits pastoraux, le renforcement de l’approvisionnement en aliment de bétail, ainsi que l’encouragement de l’investissement créateur d’emplois et l’exonération fiscale pour les commerçants et artisans.
Plus de 2 030 emplois, tous secteurs confondus, ont été accordés, ces dernières années, aux wilayas du Sud, se défend, pour sa part, le ministre de l’Intérieur. Dans son allocution d'ouverture de cette rencontre, il a indiqué que «la wilaya d’Illizi a bénéficié de 61 postes au niveau des institutions administratives sur un total de 487 réservés aux wilayas du Sud».
Dans un souci de formation de cadres compétents dans la région, l’Etat a projeté la création dans cette même wilaya d’un centre universitaire «susceptible de contribuer à l’amélioration du niveau pédagogique dans la région», apprend-on, par ailleurs, du ministre. Daho Ould Kablia qui se veut aussi rassurant, affirme que cette attention concerne l’ensemble des domaines et secteurs liés au développement social et économique et au bien-être des populations de ces régions.
Source Infosoir A.B.
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires