Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 06:33

Algérie - Le deal et la réalité

algerie maroc

 

Rabat est souvent revenu à la charge sur cette question récurrente et Alger a toujours rappelé ses conditions quant à une nécessaire normalisation des relations bilatérales avant de prendre toute décision. Dans ce dialogue tendu qui dure depuis deux décennies, la déclaration de Daho Ould Kablia, ministre de l’Intérieur, sonne d’abord comme une invitation au royaume chérifien de calmer le jeu et de cesser ses attaques récurrentes contre l’Algérie.
En espérant “un environnement propice”, le responsable algérien a surtout voulu suggérer que la demande marocaine pour la réouverture des frontières terrestres ne peut être un préalable à l’amélioration des relations entre les deux pays, mais l’aboutissement d’un processus où les différends trouveront des solutions. Dans le même temps, l’environnement régional et international, créé au lendemain du Printemps arabe et particulièrement la guerre au Sahel et l’instabilité politique qui continue de caractériser la Libye, pourrait amener Alger, Rabat et Tunis à plus de coordination afin de faire face aux menaces multiples provenant de la sous-région. C’est peut-être dans ce sens où il faudrait situer une probable réouverture des frontières algéro-marocaines qui serait ainsi un signe d’une entente programmatique négociée sous d’autres cieux et où les deux pays ne perdraient pas grand-chose au change. Si Rabat pourrait profiter de la réouverture sur le plan économique, il devrait très certainement s’engager beaucoup plus sérieusement à lutter contre le trafic de drogue et la contrebande ainsi qu’une meilleure coordination dans le combat contre le terrorisme.
Pour Alger, les Marocains doivent faire leurs preuves. Après le non-respect de leurs engagements prononcés à Alger même sur un “cessez-le-feu” médiatique, le gouvernement algérien ne peut signer un chèque en blanc, surtout que Rabat continue d’accuser Alger de soutenir le Front Polisario qui revendique l’indépendance du Sahara Occidental occupé par les forces royales depuis 1975. Pourtant le dossier sahraoui est pris en charge par l’ONU. Ce que Rabat qualifie de “lourd différend”, Alger le considère comme un soutien de principe au droit des peuples à l’autodétermination. Dans ce cas, et si les divergences sur l’avenir de l’ancienne colonie espagnole remontent en surface, la tension diplomatique entre Alger et Rabat continuera de peser… à moins que Washington ne force Rabat à organiser le référendum d’autodétermination.

Source Liberté Salim Tamani

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires