Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 04:54

Les Chinois en sont les plus grands détenteurs: Les bons du Trésor US de l'Algérie sont-ils en péril ?

50 milliards de dollars

A Washington, le bras de fer entre démocrates et républicains sur le relèvement du plafond de la dette américaine se poursuit. Le Trésor américain pourrait être à court d'argent mardi prochain faisant peser à la première économie du monde un risque de défaut de paiement, un abaissement de la note souveraine et de graves dysfonctionnements dans les versements fédéraux.
Barack Obama a mis en garde contre un risque de dégradation de la note souveraine qui leur permet de se financer à des taux avantageux. Si les Etats-Unis perdent leur triple AAA, ce sera « parce que nous n'avons pas un système politique AAA à la hauteur de notre note souveraine » a-t-il déclaré. La tendance n'est pas à l'arrangement et suscite l'inquiétude des pays créanciers des Etats-Unis. Le plus important, la Chine, a critiqué via l'agence Chine Nouvelle, la prise d'otage de l'économie mondiale par des « jeux politiques dangereusement irresponsables ». Le poids des Etats-Unis reste décisif dans l'économie mondiale et ce qui s'y passe a immanquablement de fortes incidences. Une perte du triple A entraînerait une hausse des taux d'intérêts dont les conséquences serait similaire à une augmentation générale des impôts touchant l'ensemble des Américains. Avec pour conséquence, une contraction de la consommation et donc de l'activité économique
au niveau mondial. Comme à chaque crise impliquant les Etats-Unis, la question des réserves de change de l'Algérie placés en bons du Trésor ou Treasury Bonds (T-Bonds) est évoquée avec des commentaires plus ou moins alarmistes. Il faut pourtant, d'emblée, souligner qu'en dépit de la crise actuelle, les bons du Trésor américain demeurent, avec l'or, le placement le plus sûr au monde adossé à la première économie du monde émettrice souveraine de la monnaie de réserve globale. A l'heure où la crise de la zone euro a montré la fragilité relative de l'euro, l'économie américaine sort plutôt renforcée.
Le prêteur tenu en laisse par le débiteur
La bataille à fort relent politicien qui se déroule à Washington ne devrait pas remettre en cause ces fondamentaux. Un économiste algérien nous a fait cette boutade : «Si les bons du Trésor américain ne sont plus solvables, c'est «tzaguette», c'est le retour au XIV siècle ou à la chute de Rome». Tout cela pour dire que l'idée d'une insolvabilité des T-Bonds n'est pas envisageable. Bien entendu, quand les Chinois râlent-ce sont les plus grands détenteurs de T-Bonds avec un ordre de grandeur approchant les 2000 milliards de dollars  ils ne le font pas de manière gratuite. Une dégradation de la note souveraine des Etats-Unis entraînerait une dégradation de la valeur des titres du Trésor américain.
C'est une perte de valeur pour les détenteurs de ces bons.
Une décote des T-Bons entraînerait pour les Chinois une perte de dizaines de milliards. Les placements algériens en bons du Trésor, à une échelle plus réduite, subiraient le même effet. Mais cette décote, expliquent les économistes, reste théorique. Il n'y a pas de cession de T-Bonds sur le marché, leurs détenteurs les gardent et n'ont pas intérêt à les vendre. Les Chinois et les autres grands détenteurs n'y ont aucun intérêt car ils perdraient. C'est une situation paradoxale où le prêteur est tenu en laisse par le débiteur. Ceux qui les détiennent- dont l'Algérie vont les garder et attendre que l'actuelle bourrasque politique passe. La décote passagère des T-Bonds reste réversible. La seule situation d'une dégradation forte de la valeur des T-Bonds serait une vente brutale et massive sur le marché mondial. Mais les détenteurs de ces bons, Chinois en tête, ne sont pas suicidaires et ne le feront pas. Les Chinois, on l'a déjà souligné, protègent nos « T.Bonds ». Si dans les prochaines décennies les Chinois décident de ne plus acheter de nouveaux bons, la question de la sécurité du placement pourrait être posée.

Source Le Quotidien d’Oran Salem Ferdi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires