Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 16:03

Des concurrents pour Sonatrach

Gaz de Schiste 2

 

L'accord de partenariat stratégique dans le domaine de l'énergie entre l'Algérie et l'Union européenne était pratiquement bouclé à la fin de l'année 2012. 
Un membre de la délégation algérienne avait déclaré, le 6 décembre dernier, à la veille de la tenue de la 7e session du Conseil d'association Algérie-UE à Bruxelles, que l'accord avait été finalisé par les experts et qu'il pourrait être signé, à Alger, au début de l'année 2013. Le rendez-vous du début de l'année semble raté mais les choses se mettent en place. Le Conseil européen a en effet approuvé l'accord énergétique stratégique entre l'Algérie et les 27 pays de l'Union européenne. Le feu vert a été donné le 15 avril dernier, indique l'APS en citant une source proche du dossier. Il reste encore à être approuvé par le Parlement européen. Il devrait être signé avant le mois de ramadhan, soit avant la mi-juillet, au cours d'une visite à Alger du Commissaire européen à l'énergie, M. Gunther Oettinger. Le «retard» est lié aux procédures assez complexes de la validation de l'accord par les institutions européennes. L'accord, avait-on souligné, devait permettre de «structurer les relations énergétiques algéro-européennes» et d'ouvrir des «possibilités de développement en Algérie de l'énergie conventionnelle, des énergies nouvelles et renouvelables, de la pétrochimie et de la transformation des hydrocarbures en général». L'effet attendu par l'Algérie, qui a changé sa loi sur les hydrocarbures pour gagner en attractivité, est un accroissement des investissements européens et un transfert de technologie. L'Algérie a régulièrement critiqué les restrictions d'accès au marché de distribution de l'Europe imposées à Sonatrach.
 
De nouveaux concurrents 
L'UE a mis en vigueur une directive qui interdit aux producteurs et aux transporteurs d'énergie de distribuer directement leurs produits sur le marché, et ce à travers l'obligation de scinder les trois activités. Une démarche qui pénalise Sonatrach, tout comme Gazprom, qui ont beaucoup investi dans les infrastructures de transport. Entre-temps, l'Europe a accepté de lever une taxe antidumping imposée aux engrais produits en Algérie. L'accord stratégique, dont on ne connaît pas encore les détails, est une bonne nouvelle dans un contexte énergétique aux perspectives plutôt déprimantes. L'Union européenne, déjà liée par des accords de ce genre avec la Russie et le Qatar, devrait sécuriser ses approvisionnements en énergie. Va-t-elle permettre à l'Algérie qui assure entre 13 et 15% des besoins européens en gaz de préserver, voire d'étendre ses parts de marché ? C'est la question centrale sachant que l'Europe encourage fortement la concurrence entre les pays producteurs. Le marché européen est très convoité par la Russie et le Qatar. Mais pas les seuls. Le marché gazier européen pourrait voir dans les prochaines années l'entrée en lice de nouveaux concurrents comme Israël, Chypre, le Mozambique, l'Australie. Les Américains n'importent plus de gaz mais vont devenir exportateurs alors que certains pays européens comme la Grande-Bretagne pourraient devenir des producteurs. Ce sont des perspectives peu réjouissantes. 

Non seulement l'exploitation du gaz de schiste aux Etats-Unis pèsera lourdement sur le prix du gaz, mais le rush vers le pétrole de schiste va également impacter notre seconde ressource d'exportations. L'AIE le confirme: l'exploitation du pétrole de schiste aux États-Unis va créer une «onde de choc» pour le marché pétrolier mondial, comparable dans ses effets à la hausse de la demande chinoise pour l'or noir. «L'Amérique du Nord a déclenché une onde de choc qui se répercute dans le monde entier», a résumé la patronne de l'AIE, Maria Van der Hoeven. Cela vaut pour l'Algérie et Sonatrach. 

Source Le Quotidien d’Oran Salem Ferdi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires