Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 07:32

Economie - Pétrole - Le prix du baril à plus de 200 dollars?

pompagepetrole.jpg

 

L’instabilité dans les pays arabes fait remonter en flèche le cours du pétrole et les inquiétudes sur une nouvelle flambée des prix.

Alors que le prix du baril de brut a dépassé la barre symbolique des 100 dollars, le 22 février dernier, un ministre britannique tire la sonnette d’alarme, samedi dans The Times, et affirme que le cours pourrait bientôt dépasser les 200 dollars.

Alan Duncan, ancien trader spécialisé dans le pétrole et qui jouit d’une expérience de 30 années dans les pays du Golfe et aujourd’ hui ministre du Développement international, s’inquiète. Selon lui, la crise que traverse actuellement la région pourrait avoir des répercussions bien plus sérieuses dont la première serait un baril de brut à 200 dollars. Soit bien au-dessus du record du baril à 147 dollars enregistré en juillet 2008, au moment de la crise financière.

Dans un scénario du pire -des terroristes profitent de l’instabilité des pays producteurs de pétrole pour bombarder des raffineries ou des réserves d’or noir- Alan Duncan estime même que le prix du baril pourrait alors atteindre les 250 dollars. Les cours du pétrole ont fini en hausse vendredi, les marchés craignant des perturbations de l’offre avec l’intensification des combats en Libye entre les pro-Mouammar Kadhafi et ceux qui souhaitent le renversement du colonel.

Sur le New York Mercantile Exchange, le brut pour livraison avril a fini à 104,42 dollars le baril, en hausse de 2,51 dollars ou 2,46%, à son plus haut niveau depuis le 26 septembre 2008 où il avait clôturé à 106,89 dollars. Sur la semaine, le brut léger américain a gagné 6,54 dollars ou 6,7%.

Il avait gagné 11,68 dollars ou 13,5% la semaine précédente. A Londres, le Brent pour livraison avril a fini à 115,97 dollars le baril, en hausse de 1,18 dollar ou 1,03%. Sur la semaine, le Brent a gagné 3,83 dollars ou 3,42%.

La semaine précédente, le Brent avait bondi de 9,62 dollars ou 9,38%. Les investisseurs s’inquiètent aussi d’une contagion des troubles à l’Arabie saoudite où des manifestations de chiites ont eu lieu dans l’est du pays. Néanmoins, le secrétaire au Trésor des Etats-Unis, Timothy Geithner, a estimé jeudi que les producteurs de pétrole disposaient d’une marge “considérable” pour assurer un approvisionnement normal du marché.

“Les événements au Moyen-Orient suscitent des craintes de perturbation de l’offre de pétrole (…) mais il est important de noter qu’il y a des capacités de production de pétrole inutilisées considérables à l’échelle de la planète”, a indiqué M. Geithner à la Commission des Affaires étrangères du Sénat américain.

De plus, les Etats-Unis “et d’autres économies majeures possèdent des réserves stratégiques de pétrole importantes”, a indiqué le ministre dans un témoignage présenté à l’occasion de son audition devant cette Commission. “Si nécessaire, ces réserves pourraient être mobilisées pour amoindrir les effets d’une perturbation grave et prolongée de l’offre”, a-t-il ajouté. M. Geithner a rappelé que le gouvernement américain “surveill[ ait] de près” la situation du marché du pétrole.

Les cours évoluent actuellement près de leur plus haut niveau depuis la fin de l’été 2008. Un des dirigeants de la banque centrale américaine (Fed), Dennis Lockhart avait estimé un peu plus tôt que le risque d’un “choc pétrolier durable” était bien réel face à la flambée des cours du pétrole provoquée par les soulèvements populaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Source Le Monde.fr Samira G

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires