Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 07:46

Economie - Cours de pétrole pour 2012

Un baril entre 100 et 120 dollars

 pompagepetrole.jpg

 

La moyenne des cours mondiaux de pétrole pourrait s’établir en 2012 dans une fourchette allant de 100 à 120 dollars le baril, prédisent plusieurs analystes américains des marchés pétroliers. Les menaces de plus en plus persistantes des Etats-Unis et de l’Union européenne pour imposer des sanctions sur les exportations de pétrole iranien et les troubles actuels en Irak susceptibles de compromettre l’augmentation de sa production pétrolière, sont autant de facteurs qui favorisent une nouvelle flambée des cours de pétrole, expliquent-ils. Dans une analyse publiée par l’Economic Outlook Group (EOG), il est indiqué que la probabilité d’une perturbation dans l’approvisionnement en pétrole durant l’année 2012 en raison de représailles que l’Iran pourrait exercer face à d’éventuelles sanctions, a déjà intégré une prime de 10 à 20 dollars dans les prix du pétrol. Les autorités iraniennes ont averti qu’il était "très facile" pour l’Iran de fermer le détroit d’Ormuz à travers duquel transitent 33% du pétrole transporté par voie maritime qui permet la navigation quotidienne des tankers géants acheminant du pétrole en provenance d’Arabie Saoudite, de Bahreïn, d’Iran, du Koweït et du Qatar à raison de 15 millions de barils par jour. Cependant, ajoutent les experts d’EOG, "le danger deviendrait grand à partir du moment où le prix de pétrole commencerait à se déplacer vers les 130 dollars le baril, voire plus, en cas de confrontation avec l’Iran. En conséquence, le risque d’une plongée des Etats-Unis et de l’Europe dans une récession deviendra certain, et toute l’économie mondiale fera face à un ralentissement économique." Par ailleurs, les analystes affirment que les membres de l’Opep ont intérêt à maintenir les prix de brut à près de 100 dollars le baril. En effet, expliquent-ils, de nombreux gouvernements des pays pétroliers du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord ont engagé de grosses dépenses budgétaires pour faire face aux revendications sociales dans le sillage des bouleversements politiques qui ont touché la région.
Pour leur part, les experts en stratégie des matières premières de Bank of America Merrill Lynch considèrent que ‘‘les chances d’un affaiblissement des cours pétroliers sont minces’’. L’idée que le prix de pétrole va rester élevé pendant un certain temps est assez bien ancrée, car c’est le supercarburant dans l’économie mondiale, notent-ils. Même avis partagé par les analystes pétroliers d’Oil Price Information Service selon lesquels il y a un consensus sur le fait que les prix élevés de brut persisteront jusqu’en 2012. Néanmoins, d’autres analystes font part d’incertitudes dans leurs prévisions et ont des avis plutôt mitigés sur la tendance des cours. Dans ce sens, ils avancent que les prix pourraient se retrouver beaucoup plus bas à mesure que la production pétrolière augmentera en Libye et en Amérique du Nord, en ajoutant que les cours pourraient même baisser fortement si l’économie européenne s’effondrait. Dans ses dernières prévisions de décembre, le département américain de l’Energie a estimé qu’en fonction de la conjoncture économique et géopolitique mondiale, le prix de l’indice de référence du West Texas Intermediate (WTI) pourrait tomber aussi bas que 49 dollars le baril comme il pourrait s’élever aussi haut que 192 dollars d’ici la fin de l’année 2012.

Source Midi Libre R.E.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires