Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 23:26

Les Etats-Unis d’Amérique deviendront exportateur d’hydrocarbures plus tôt que prévu.

La-ruee-vers-l-or-noir-aux-USA.jpg

 

Selon les experts des banques Goldman Sachs et Citi-group, les Etats-Unis d’Amérique deviendront exportateur d’hydrocarbures plus tôt que prévu.

Dans moins d’une décennie, le boom de l'énergie entraînerait la création d’environ 4 millions d'emplois.

Ce pays qui a été toujours le premier producteur de pétrole mais fortement énergétivore pourrait dormir sur une quantité importante d’or noir. Bien que les deux études diffèrent quelque peu sur les délais, l’horizon 2018 pourrait être consensuel. La raison serait dû au progrès technologiques considérables. Les efforts d’investissements dans la recherche pour produire le pétrole et le gaz naturel ont commencé à donner leurs fruits non seulement en Amérique du Nord, c’est-à-dire aux Etats-Unis plus particulièrement, mais aussi au Canada et au Mexique. Citi group quant à lui n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour appeler carrément la région "le nouveau Moyen-Orient". Il faut souligner par ailleurs que l’Arabie Saoudite pour le pétrole et le Qatar et la Russie pour le gaz vont voir leur production se tasser au fur et à mesure que se rapproche l’épuisement de leurs réserves comme le prouve la tendance actuelle de l’évolution de la production dans les principaux pôle pétroliers. Elle montre dans le rapport publié le 21 mars 2012, que la production de la Russie et celle de l’Arabie Saoudite déclinent pendant que celle des Etats-Unis, du Canada et du Mexique se redresse à partir de 2011. La consommation pétrolière des Etats-Unis quant à elle a commencé sa chute à partir de 2008. Cette toute petite évolution pourrait perturber le marché de l’énergie et contribuerait à faire baisser les prix estiment ces experts. Dans le "cas le plus favorable", pensent les analystes du groupe, les indicateurs de l’économie américaine en bénéficieront. Le PIB américain devrait augmenter de près de 4% - c'est à dire de 400 à 650 milliards de dollars. Dans moins d’une décennie, le boom de l'énergie entraînerait la création d’environ 4 millions d'emplois, 60% directement dans le secteur de l'extraction du gaz naturel et du pétrole et les 40% restant dans l'industrie. C'est près de 3% de chômeurs en moins. L'exportation de l’énergie fossile devrait permettre au pays de réduire de 80 à 90% son déficit commercial, à 0,6% du PIB en 2020 contre 3% aujourd'hui. De ce simple fait, la valeur du dollar pourrait augmenter de 2 à 6%.

Il est clair que ce boom touchera l’économie mondiale ne serait-ce que par la diminution des prix du pétrole de près de 20%, note le rapport de Citi groupe. L'augmentation soutenue ces dernières années des prix du baril de pétrole conjuguée à la  dépendance grandissante de l'économie occidentale face aux ressources des pays l’OPEP semblent avoir malgré tout profité aux Etats-Unis. La recherche américaine s'est concentrée de manière agressive sur l'amélioration des méthodes de détection et de forage des nappes de pétrole, en réservant leur application à l'Amérique du Nord. L'administration américaine n'a jamais été dupe sur le potentiel énergétique du pays, et l'exploitation relativement limitée de ses ressources en énergies fossiles aboutit certainement, et de plus en plus, à une vision fructueuse. L'utilisation des nouvelles techniques de prospection au Texas, notamment, démontrent actuellement toute leur finesse.

Le New York Times dans sa livraison du 23 du mois en cours, note que la "révolution dans la production au Texas et à travers l’ensemble du continent américain contribue au freinage incontestable de l’envolée des prix du brut suite à une agressive stratégie d’expérimentation et de développement dans le domaine de recherche et d’exploitation pétrolière et gazière, le gouvernement américain encourage cette voie. Le forage horizontal et la fracturation hydraulique utilisaient depuis des années ont sérieusement pris en compte les préoccupations environnementales pour limiter leur impact en eau et air. Des programmes ont été élaborés pour une simulation des puits avant leur forage. Les fibres optiques permettront aux techniciens de diriger avec précision l’évolution du forage en les aidant à mieux apprécier la pression et partant limiter la fracturation par des fluides. Les méthodes sismiques ont tellement évolué qu’elles peuvent aujourd’hui déterminer la porosité et la perméabilité en temps réel pour éviter le craquage des roches. Il n’y a pas si longtemps, les piéges sont fracturés avec des milliers de m3 d’eau, du sable et de gels chimiques ; aujourd’hui, ces puits sont fracturés par étapes avec de différentes sortes de prises et de ballons pour isoler la partie jaillissante de la roche et permettre ainsi au forage horizontal de mieux pénétrer le gisement. Sur le plan de la durée, elle a diminué de plus de 2/3 pour faire une économie par forage dépassant les 500 000 $. Les projections de production liquide totale aux Etats-Unis vont prendre une allure ascendante".

En ce qui concerne l’ancien Eldorado de l’or noir, l’Arabie Saoudite, et à en croire un câble de l'ambassade américaine en Arabie Saoudite et repris par Wikileaks et analysé par The Guardian, elle ne peut plus augmenter sa capacité de production de brut. Selon toute vraisemblance, le premier producteur et exportateur mondial de pétrole n'a pas assez de réserves de brut pour empêcher une escalade inexorable des prix du baril dans les années à venir. Transmis entre 2007 et 2009, les câbles des diplomates américains rendent compte des pronostics déjà connus de Sadad al-Husseini, ex-n°2 de la Saudi Aramco, la compagnie pétrolière nationale saoudienne. Sadad al-Husseini, ancien patron de l'exploration de l'Aramco, a prévenu à plusieurs reprises que l'Arabie Saoudite ne sera jamais capable d'atteindre un niveau de production suffisant pour faire face à l'augmentation prévue de la demande mondiale de pétrole. En 2009, l'Arabie Saoudite a extrait de son sol 9,7 millions de barils par jour (mb/j), soit 12 % de la production mondiale. En 2005, elle a pu atteindre un record de 11,1 mb/j. 

L'Arabie Saoudite, qui dispose du cinquième des réserves de la planète, est souvent présentée comme le seul producteur mondial majeur qui puisse encore augmenter substantiellement ses extractions dans les années et les décennies à venir. Dans son dernier rapport annuel, l'Agence internationale de l'énergie s'attend ainsi à voir la production saoudienne monter jusqu'à 14,6 mb/j. En 2004, sous l'administration Bush, Washington allait jusqu'à évoquer 22,5 mb/j. Tout porte à croire que la donne a changé et que l’Arabie Saoudite n’aura plus le même rôle et la même influence sur l’évolution des marchés pétroliers. Le Qatar semble comprendre cette situation pour réorienter sa stratégie vers d’autres branches et se spécialise dans le business à outrance. Il achète tout en Occident. 

Quel sera le sort de l’Algérie dans cette nouvelle configuration ?

Il faut souligner que les Etats-Unis ont commencé à forer les puits de gaz de schiste en 1821 dans le Dévonien de Fredonia (New York) et ont abandonné cette voie suite à la découverte du pétrole conventionnel à Titusville en Pennsylvanie. Ils vont reprendre cette technique fortement controversée après avoir gratté tous leurs réservoirs d’hydrocarbures conventionnels mais ils ont beaucoup investi pour améliorer les techniques de fracturation hydraulique. Leur objectif est double : la baisse des prix du pétrole et du gaz à court terme et la vente leur expertise à l’étranger. C’est l’une des raisons qui pousse leurs experts de sillonner les continents pour convaincre les pays qui disposent des ressources importantes en gaz de schiste pour les aider à l’exploiter. Il y a l’Australie,la Chine, la Russie et bien d’autres pays. Tout porte à croire qu’ils viennent de trouver un écho favorable en Algérie. Ce pays qui entamera les puits tests en 2012 puis renouer par la suite avec le  partenariat américain de la forme qu’on connaît. Ce n’est pas gratuit que le programme du Middle Est Partnership Initiative (Mepi) réoriente sa stratégie pour l’Algérie alors qu’il s’est installé auparavant en Tunisie.

La diminution des prix de l’essence par le recours aux réserves stratégiques des pays de l’AIE comme la France l’Allemagne et les Etats-Unis n’est plus un enjeu électoraliste comme le laissent entendre certains mais se précise et dure dans le temps. Il n’est pas non plus en faveur de l’Algérie dont les contrats long terme arrivent à échéance au plus tard en 2018. Toutes ces considérations d’ordre stratégique vont l’obliger de consolider son avantage de proximité avec les pays de l’Europe en changeant le ton et en faisant valoir ses atouts qui sont nombreux et seront développés en détails dans d’autres occasions. Il faut souligner par ailleurs qu’elle jouit d’une longueur d’avance sur ses principaux concurrents (le Qatar et la Russie) qui présentent un risque  géopolitique.

Rabah Reghis, consultant et économiste pétrolier

Source Le Matin DZ

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires