Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 09:51

Pressions sur l'OPEP

pompagepetrole.jpg

Alors que les cours du pétrole continuent de grimper, malgré les assurances de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, le baril de light sweet crude s'échangeait à 92,92 dollars, un niveau record depuis 2008, alors que celui du Brent de la mer du Nord s'affichait en hausse de 1,06 dollar, à 106,80 dollars. Jeudi matin, le baril de pétrole Brent de la mer du Nord, pour livraison en avril, a frôlé les 120 dollars, à 119,79 dollars, avant de se replier.

Cette évolution dans les prix est due principalement aux événements en Libye, où l'arrêt d'une grande partie de la production est ressenti durement par les raffineurs européens, qui se voient contraints de payer le prix fort pour trouver du brut de qualité, facile à raffiner. Pourtant, l'Opep ne prévoit pas pour l'heure d'accroître sa production en l'absence d'une quelconque pénurie sur les marchés. Se voulant rassurante, l'Organisation a fait savoir, par la voix du ministre saoudien du Pétrole, Ali al-Nouaimi, qu'elle serait prête à augmenter sa production en cas de pénurie. Traçant un parallèle avec la situation en 2008 qui a vu les prix du baril s'affoler, le ministre saoudien affirmera que «l'offre et la demande sont à égalité, les capacités de production excédentaires sont importantes, et la volatilité que nous voyons résulte de troubles temporaires». Pourtant, ces propos ne rassurent pas trop les pays consommateurs qui suivent de près les évolutions de la production pétrolière libyenne. Ainsi, Repsol, dont la production nette atteignait 34.777 barils de pétrole par jour en Libye en 2009, a déjà annoncé qu'il suspendait son activité. ENI, qui produit 244.000 barils équivalents pétrole et gaz par jour en Libye, soit environ un quart des exportations libyennes, a pris la même décision. Total, pour sa part, a commencé à suspendre certaines capacités de production en Libye, et l'Iran a également annoncé l'arrêt de ses activités pétrolières dans le pays.

Ces suspensions de production interviennent également sur fond d'incertitudes sur la capacité des ports libyens d'assurer le transport des hydrocarbures. Devant ces incertitudes, les gros clients de la Libye, dont l'Europe, qui importent environ 80% du 1,3 million de barils/jour exportés par la Jamahiriya, se tournent vers d'éventuels fournisseurs alternatifs pour faire tourner leurs raffineries. Ainsi, l'Arabie Saoudite, premier producteur mondial de pétrole avec 12,5 millions de barils/jour, a dit être en «discussions actives» avec des raffineurs européens dépendant de l'approvisionnement en brut libyen, en leur demandant «quelle quantité et quelle qualité de pétrole ils souhaitaient».

Le Nigeria et l'Algérie sont également cités par les analystes comme pouvant combler le déficit libyen : mais si pour le premier pays, sa situation de crise pourrait le disqualifier, la solution Algérie pourrait être la bonne si l'OPEP décidait d'augmenter sa production. Rappelons que l'Algérie dépasse déjà son objectif de production fixé par l'Opep à 1,2 million de bpj, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), une organisation qui représente les intérêts des pays consommateurs. «S'il y a avait une diminution de l'offre en raison de perturbations dans des pays producteurs, les pays de l'Opep, comme l'Arabie Saoudite, accroîtront leur production», a assuré Ali al-Nouaimi à l'issue de la dernière réunion ministérielle du Forum international de l'énergie (IEF), rassemblant les principaux pays consommateurs et producteurs de la planète.

Dans ce contexte, les appels à une hausse de la production se multiplient. «L'Opep semble ne pas être consciente du fait que les prix élevés du pétrole risquent de faire dérailler la reprise économique mondiale et de saper la demande future pour son propre or noir», déplorait le Centre for Global Energy Studies. Or, les Etats-Unis ont également appelé à une action rapide de l'Opep : «L'accroissement de la production est, on l'a vu dans le passé, une réponse qui permet de corriger une hausse des prix, a expliqué le secrétaire américain adjoint à l'Energie, Daniel Poneman.

Source Le Quotidien d’Oran Moncef Wafi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires