Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 09:11

  FagorBrandt : Cevital propose la meilleure offre pour l'emploi

cevital

 

La société algérienne a fait la meilleure offre de reprise du groupe d'électroménager en redressement judiciaire.

En redressement judiciaire depuis début novembre, Fagor Brandt semble proche de la reprise. le groupe d'électroménager a dévoilé, comme prévu, le nom de quatre candidats à l'issure d'un comité central d'entreprise. Selon Le Figaro, le groupe algérien Cévital, le fonds Sun capital, le groupe de Mayenne Variance Technologie et le fabricant de moteurs de lave-linge Selmi ont déposé des offres vendredi dernier.
La CGT et la CFE-CGC ont indiqué ce mercredi 22 janvier que le groupe algérien Cévital était celui qui avait formulé la meilleure offre. Il propose en effet de garder 1.200 personnes sur 1.800. Le projet porte sur la reprise de quatre sites : les usines d'Orléans (Loiret) et Vendôme (Loir-et-Cher), ainsi que le siège de l'entreprise à Rueil-Malmaison et les services après-vente réunis à Cergy-Pontoise (Val d'Oise).

La meilleure offre.

Au total, sur les 28 entreprises qui auraient regardé le dossier, entre dix et douze auraient eu «accès aux informations», selon les syndicats. FagorBrandt, qui compte 1800 salariés et quatre usines, est en redressement judiciaire depuis début novembre. Le groupe français pèse 14 % du marché de l'électroménager français avec des marques stars (Vedette, Brandt, Sauter, De Dietrich…) mais il a connu ces dernières années une lente descente aux enfers.

Retravailler les offres

Parmi les quatre projets retenus, figurent deux offres de reprise partielle - Variance Technologie et Selni souhaitant racheter l'usine de La Roche-sur-Yon - et deux offres globales. En proposant de reprendre 1200 personnes sur 1800, c'est Cevital qui aurait présenté la meilleure offre du point de vue de l'emploi, Sun Capital étant prêt à en reprendre entre 700 et 1000. Toutefois, les deux usines vendéennes (Aizenay, La Roche-sur-Yon) ne figurent pas dans les offres globales.

La balle est désormais dans le camp de l'administrateur judiciaire qui va s'employer, avec les candidats, à retravailler les offres de reprise, voire à les rapprocher. «Il pourrait y avoir une bonne complémentarité entre l'offre de Cevital, qui propose de reprendre les usines d'Orléans et de Vendôme, et celle de Selni», avance

Christian Legay, délégué syndical de la CFE-CGC, qui espère sauver jusqu'à 1500 emplois.

Un calendrier très serré

Les représentants du personnel, qui seront reçus jeudi matin par Arnaud Montebourg, rencontreront les candidats les 28 et 29 janvier prochains afin de les convaincre d'améliorer leurs offres. Un des fils du fondateur de Cevital, Malik Rebrab, devrait ainsi faire le déplacement à Rueil, au siège de FagorBrandt. «Nous sommes en faveur d'un projet industriel

pérenne et non d'une offre utopique qui ne procéderait à aucune restructuration, explique Christian Legay. Notre objectif n'est pas de vivre des aides publiques mais de notre activité avec des fonds propres suffisants, en évitant de laisser trop de gens au bord du chemin».

Le tribunal de commerce de Nanterre devrait trancher sur l'avenir de FagorBrandt lors de 

l'audience du 13 février. Un calendrier «très serré», selon les acteurs du dossier, qui laisse augurer d'une reprise effective d'ici au début du mois de mars.

Source Le Figaro

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires