Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 05:02

Pétrole : L’Opep s’attend à une demande mondiale en hausse

chere-essence.jpg

 

La demande en pétrole sera plus importante que prévu, pour les deux années à venir 2010-2011, c’est ce qui ressort des rapports de trois organisations internationales, celui de l’Opep, de l’Agence d’information américaine et enfin du dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Selon les prévisions en question, on  devra  s’attendre à une demande  respectivement  de 80.000  barils/jour  en 2010 et 50.000 barils par jour pour l’année 2011, d’après l’AIEA. Cette organisation qui représente les pays industrialisés  se fonde  dans  ses nouvelles prévisions, publiées  dans son rapport,  sur    l’amélioration des perspectives économiques mondiales.
Quand bien même, il y ait  un léger  différend sur le volume, les  deux  organismes ne  semblent pas  diverger  sur cette idée de reprise de la demande. Le monde devrait consommer cette année 86,6 millions de barils par jour (mbj),  soit 1,8 mbj de plus qu’en 2009 (+2,2%).  En 2011, la consommation de pétrole  devrait atteindre 87,9 mbj, soit une  hausse de 1,3 mbj (+1,5%) par rapport à 2010, explique l’AIEA.
 En 2009, la demande mondiale avait été de 84,46 mbj. Cet optimisme de retour de la  demande  est également  souligné par l’agence américaine d’information sur  l’Energie (EIA) qui a situé la hausse, à 1,6 million de barils par jour (Mb/j) après deux années consécutives de baisse.  Quant à l’ Opep, la demande  de brut  pour 2010  sera de plus 1,05 million de barils par jour pour atteindre les 85,5 millions /jour et ce «en raison de la stabilité de la demande aux USA ». Les indicateurs qui autorisent une telle  embellie , sont liées aux estimations concernant la croissance économique mondiale qui se situera autour de 4,5% émanant du Fonds monétaire international (FMI) et de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) .Ces éléments ont été à la base de ce rapport optimiste.  Mais cette  croissance de la demande de pétrole proviendrait «presque  entièrement des pays émergents» car  « la consommation des pays développés membres de l’OCDE continuera de  stagner». En effet, les indicateurs  dans la zone Euro restent  mitigés, la production  industrielle est  repartie à la baisse en juin, de 0,1% comparé au mois précédent. Dans cet espace, l’économie est tributaire des mesures de sauvetage décidées par les pouvoirs publics et qui sont, dit-on «momentanées». Ces prévisions  ont  influé  sur l’Opep qui regroupe les principaux pays  producteurs. Pour l’heure, l’Opep  sera confrontée à un problème de distributions des quotas de production.  La  hausse de la production de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep)   qui progresse de 220.000 bj à 29,2 mbj, profite, dit-on «essentiellement au  Nigeria et aux  Emirats arabes unis». On pompe actuellement 1,97 mbj de plus que ce que n’autorisent les  quotas de production. Ces quotas «ne sont plus respectés qu’à 53% en juillet,  contre 58% en juin», note l’AIE. Cette  nouvelle demande sera-t-elle de nature à  améliorer  les  prix  que l’Opep  estime  devoir atteindre les 80 dollars ?
L’agence américaine, elle, mise sur un baril de brut à 81 dollars à New York en moyenne au quatrième trimestre de cette année, et de 84 dollars l’année prochaine (contre 83 dollars dans son rapport précédent).

Source Horizons Kaddour D.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires