Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 06:56

Economie - Pétrole - Les prix en baisse

petrole et gaz

 

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en octobre, a reculé de 56 cents à 74,74 dollars. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» (WTI), pour livraison en septembre, a perdu 67 cents à 73,76 dollars, renouant avec ses niveau de début juillet. Les cours du brut n'ont pas pu se ressaisir après leur accès de faiblesse de la veille, suite à une série d'indicateurs décevants aux Etats-Unis, montrant un ralentissement de la reprise économique, et peu encourageants pour la demande en énergie. «Les cours sont remontés légèrement dans les échanges asiatiques grâce à une hausse des places boursières, des rumeurs spéculant sur de possible mesures additionnelles de relance en Chine», avant de replonger pâtissant toujours des inquiétudes sur l'économie après les indicateurs de la veille, ont commenté des experts, repris par l’APS.

Les nouvelles inscriptions aux Etats-Unis sont montées à leur plus haut niveau depuis novembre tandis que l'activité de l'industrie de la région de Philadelphie s'est contractée en août pour la première fois depuis juillet 2009. Pour certains analystes, les prix restent autour de 75 dollars, à «un niveau artificiellement haut», en raison d'achats tenaces de la part d'«investisseurs (...) qui n'évaluent pas le pétrole en fonction des fondamentaux du marché, des devises, de la demande». Le marché ne pouvait guère être soutenu par la monnaie américaine qui progressait vivement face à l'euro jeudi.

L'affaiblissement du dollar rafraîchit les cours

Les prix du pétrole rebondissaient nettement hier en début d'échanges européens, aidés par un dollar faible dans un marché toujours inquiet des perspectives de reprise économique après des indicateurs macroéconomiques mitigés.

Les prix de l'or noir bénéficiaient surtout d'un affaiblissement de la devise américaine, susceptible d'encourager les achats de matières premières libellées en dollars pour les investisseurs munis d'autres devises, mais le marché restait cependant sur ses gardes, relevaient les analystes. Dernier indicateur paru, l'indice ZEW, qui reflète les attentes des milieux financiers pour l'économie allemande, s'est ainsi replié en août de 7,2 points à 14,0 points, ressortant très en deçà des attentes des économistes.

De même, l'activité manufacturière de la région de New York en août a moins accéléré que prévu, signe que «la croissance de l'activité reste modérée», a indiqué lundi la branche locale de la Réserve fédérale américaine (Fed). Les chiffres de la croissance nippone avaient montré lundi un net ralentissement au deuxième trimestre (+0,1% en termes réels par rapport au 1er trimestre). Les investisseurs se montraient également attentistes, avant la publication des estimations hebdomadaires de l'association professionnelle API (American Petroleum Institute), première indication sur les stocks de pétrole aux Etats-Unis avant les chiffres du département de l'Energie (DoE) publiés mercredi dernier. Les stocks d'essence, particulièrement surveillés en cette période estivale d'importants trajets en voiture, auraient baissé de 500 000 barils et les distillats (diesel et fioul de chauffage) auraient pour leur part progressé de 700 000 barils.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires