Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 05:39

L'automobile française championne d'Afrique du Nord

le salon 2013 a tenu ses promesses

 

L'avenir des constructeurs automobiles français est certainement du côté de la rive sud de la Méditerranée, si l'on croit les chiffres de PSA Peugeot Citroën, premier constructeur français, implanté dans les pays du Maghreb, l'Algérie, le Maroc et la Tunisie. En 2012, un total de 623.000 véhicules ont été immatriculés dans ces pays et le million d'unités est projeté pour 2020. Ces marchés traditionnels devraient connaître une forte croissance, dans les années à venir, avec, à leur tête l'Algérie avec 568.600 véhicules importés, l'an dernier, soit un bond de 46% par rapport à 2011, ce qui fait d'elle, le deuxième plus gros marché du continent, derrière l'Afrique du Sud. En effet, les Algériens ont importé pour un peu plus de 3 milliards de dollars de voitures, durant les 6 premiers mois de l'année en cours. Presque 50% de plus par rapport à la même période, en 2011, soit 263.787 véhicules contre 176.901 unités selon les chiffres du Centre national de l'informatique et des statistiques des Douanes, le Cnis. En 2010, l'Algérie avait importé 132.351 voitures de janvier à juin. La facture des importations des véhicules a aussi augmenté de 48,15%, passant de 157,16 milliards de DA, au 1er semestre 2011 à 233,55 milliards de DA, au même semestre 2012. Cette place sur le podium s'explique par un meilleur PIB par habitant et le prix du carburant qui reste le plus bas dans la région. 

L'accès au crédit pour les professionnels, souhaitant acheter un véhicule utilitaire, vient compenser l'interdiction du crédit automobile, instauré depuis 2009. Une interdiction justifiée alors par Karim Djoudi, le ministre des Finances qui rappellera qu'en 2006, l'importation de biens de consommation avait coûté 20 milliards de dollars, en 2007, ce sont 7 milliards de plus alors qu'en en 2008, ce sont 39 milliards qui ont été dépensés, consacrés aux biens d'importation. Ce marché maghrébin est d'autant plus important pour les constructeurs français qu'il est considéré, par beaucoup de spécialistes, comme la porte d'entrée vers l'Afrique et une partie du Moyen-Orient pour aussi compenser la faiblesse du marché européen. Cette domination, toute française,

est également expliquée par le caractère traditionnel des relations bilatérales, la proximité géographique ainsi que par la langue. La part de marché de Renault, avec sa marque «Dacia», était ainsi de 26%, à fin avril, en Algérie, et celle de PSA de près de 24%, dont 20% pour Peugeot. Pour les chiffres des 6 premiers mois de 2012, les voitures françaises occupaient la 1re place des importations. Renault, avec une hausse de 59,41 %, arrive en tête avec 63.221 véhicules vendus contre 39.659 à la même période. Peugeot a occupé la 2ème place avec 26.781 unités importées contre 13.635 véhicules. La marque coréenne Hyundai avec 22.842 véhicules complète le podium, enregistrant une hausse de seulement 0,13%, avait précisé le Cnis. Cette croissance du marché se renforcera davantage avec la nouvelle usine Renault qui sera construite près d'Oran, et plus précisément à Oued Tlélat et qui produira, dans un premier temps, 25.000 véhicules destinés au marché algérien. Les premiers coups de pelle pour la réalisation de l'usine Renault-Algérie seront donnés en septembre prochain, alors que la première voiture, quant à elle, sortira de la chaîne, selon les prévisions les plus optimistes, en novembre 2014. La marque au Losange, qui possédait déjà une petite usine au Maroc, près de Casablanca, a renforcé sa présence industrielle avec le site de Tanger, inauguré, début 2012, d'où il exporte déjà vers l'Europe. 

Source Le Quotidien d’Oran Moncef Wafi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires