Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 09:52

Medelci explique les objectifs de Hollande à Alger

Francois Hollande Elysee Octobre 2012

 

La visite du président français devrait arrêter les objectifs de la coopération avec l'Algérie pour les cinq années à venir.

La visite du président français prévue en décembre, devrait, selon le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, «constituer une opportunité de faire le bilan de ce qui a été réalisé entre 2007 et 2011 et d'arrêter les objectifs pour les cinq années à venir». Le ministre s'exprimait dans un entretien accordé au magazine Jeune Afrique qui consacre un dossier à l'Algérie dans sa livraison de cette semaine parue dimanche.
Le plan qu'évoque Medelci concerne de nombreux domaines dont l'économie. Mourad Medelci a commencé par indiquer que, durant ces dix dernières années, l'Algérie a subi de profondes mutations. Il rappelle ses discussions antérieures avec son homologue français, Laurent Fabius, auprès duquel il a affiché ses ambitions. Il souligne qu'il est tombé d'accord avec Fabius sur la nécessité de mettre en cohérence les atouts des deux pays. Medelci renouvelle l'appel aux entreprises françaises d'investir en Algérie. Il explique qu'elles ont l'avantage de connaître le marché et la réglementation, les ressources humaines et les capacités logistiques du pays.
D'autres arguments sont mis en avant comme les moyens financiers que l'Algérie met au service de son développement et de l'émergence de son économie. Le ministre prend acte du fait que la coopération entre Alger et Paris est très dense et qu'elle couvre divers secteurs qui vont de l'éducation à la santé, en passant par l'environnement. Un bilan de ce qui a été réalisé entre 2007 et 2011 sera établi lors de la visite du président français.
Selon le ministre des Affaires étrangères, cette visite constitue aussi une opportunité pour arrêter les objectifs au titre des cinq années à venir.
Au-delà de la coopération bilatérale qui s'étend au domaine militaire, Abdelaziz Bouteflika et François Hollande ne perdent pas de vue le fait que ce déplacement intervient dans une conjoncture marquée par les conséquences de la crise libyenne et de la situation dans la bande sahélo-saharienne, particulièrement au Mali.
C'est suffisant, selon Medelci, pour donner à cette visite «un cachet éminemment politique». Dans un entretien à Jeune Afrique, Medelci affirme que les divergences entre l'approche algérienne et l'approche française sur le problème malien «ont été exagérées». Selon lui, «il n'y a aucune ambiguïté sur notre volonté commune de combattre le terrorisme et la criminalité transnationale».
Le ministre reconnaît seulement quelques nuances dans la qualification des protagonistes de ce conflit. Il affirme que depuis l'indépendance du Mali, les Touareg ont eu maille à partir avec le pouvoir central de Bamako. De plus, les cinquante dernières années ont été marquées par une succession de rébellions et les Touareg ne sauraient être mis sur un même pied d'égalité que les terroristes et les narcotrafiquants. Il rejette toute négociation sur l'intangibilité des frontières et l'unité territoriale du Mali.
Le ministre rappelle d'autres positions de l'Algérie qui «n'est pas convaincue qu'une solution exclusivement militaire mènerait le Mali à la paix et à l'unité». Medelci préfère que la voie militaire soit orientée vers la lutte contre le terrorisme tout en l'accompagnant d'un dialogue entre protagonistes maliens.
Même si la question ne figure pas à l'ordre du jour, la visite de Hollande pourrait comporter un volet ayant trait à des discussions sur les questions mémorielles. Cela est de nature à «créer les conditions favorables à une réappropriation de notre mémoire», selon le ministre. Il affirme que «ces questions n'intéressent pas uniquement les gouvernements, mais aussi les opinions publiques». Il continue par confier ceci: «Nous n'avons jamais perdu espoir, même au plus fort des malentendus avec Paris.»
En plus de ces dossiers, le ministre est revenu sur l'UMA. Il réfute la thèse selon laquelle sa paralysie est due à la question du Sahara occidental, ajoutant que des fonctionnaires des cinq pays travaillent pour préparer un sommet de cette institution.

Source L’Expansion Ahmed Mesbah

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires