Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 07:25

Algérie- France : De nouvelles bases pour le partenariat

La promulgation de la loi de finances complémentaire 2009 avait suscité des appréhensions dans certains milieux économiques français. De franches et vives inquiétudes se sont alors faites jour notamment au port de Marseille.
Le tour de vis aux importations y avait provoqué un net ralentissement d’activités. Les nuages qui se sont accumulés commencent à se dissiper avec cette importante visite d’une délégation du Medef. C’est un signe qui ne trompe pas sur la volonté des milieux d’affaires de construire un partenariat en tenant compte des intérêts du partenaire algérien.
Les velléités de protection de l’économie ont davantage d’impacts négatifs sur l’activité commerciale. Si le flux des importations risque de pâtir de cette nouvelle orientation, l’investissement se trouve du même coup favorisé. Entre la France et l’Algérie même quand les relations politiques souffrent, les liens d’ordre économique ne se distendent jamais.
Les dirigeants des deux pays n’ont jamais fait dépendre le volume ou la qualité des échanges économiques de l’humeur politique. La France est un partenaire important pour l’Algérie et tout au long de ces dernières années, les entreprises françaises, face notamment à une rude concurrence, ont déployé beaucoup d’efforts pour sauvegarder leurs positions dans notre pays. Les Italiens et les Chinois notamment taillent des croupières aux intérêts des Français.
A la faveur des programmes de relance économique et modernisation des infrastructures, elles ont pu aussi décrocher des contrats. Pour des sociétés comme Alsthom, qui connaît des difficultés,  le marché algérien fut un pain béni.
Les patrons français n’ont jamais caché leur désir de mieux s’implanter et élargir leurs activités en Algérie devenue ces dernières années un marché prometteur. Les 150 milliards de dollars engagés dans le prochain quinquennat suscitent chez eux des appétits légitimes. Les Français s’intéressent en même temps et de plus en plus à des secteurs quelque peu négligés comme celui de la construction. Ce n’est d’ailleurs nullement fortuit si la délégation qui séjournera en Algérie jusqu’au 24 soit dirigée par le président de Vinci Construction, premier groupe de BTP dans l’Hexagone. On lorgne vers les stades, les logements en construction dans le pays. Les discussions devraient aboutir à la formulation de nouvelles pistes pour donner un nouveau concret au partenariat. Mutuellement avantageux, il s’appuiera davantage sur la formation des hommes et la création d’emplois.
Des préoccupations  qui font écho à celles  des responsables algériens qui ont toujours refusé de voir le pays devenir un simple comptoir commercial.
Source Horizons R.H.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires