Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 05:59

Affaire Algérie- Egypte : Panique au Caire avant le 15 avril

Rafik-Saif-blesse.jpg

 

La commission de discipline de la Fifa attend de pied ferme Zaher et sa délégation pour une seconde audience, ce 15 avril, sur la lâche agression qu’avait subie la sélection algérienne au Caire, le 12 novembre dernier. «Assurés», tous les Egyptiens le savent, qu’une sanction contre le football égyptien est inévitable, la presse, encore elle, poussée et instrumentée par les officiels restés «embusqués» monte au créneau et rouvre le dossier, comme toujours, à sa convenance. La presse, en un seul titre, s’acharne sur Raouraoua le désignant manipulateur de la…Fifa. Un «scoop» pour les Algériens de découvrir que Raouraoua a autant de poids. Tant mieux si la presse cairote dit vrai ! Et tant pis pour pour le président Samir Zaher qui s’était montré, pourtant, très prétentieux avant que le dossier de cette affaire n’atterrisse sur la table des juges de la Fifa et non de la Caf. Raouraoua et ses amis de la Fifa ont comploté contre l’Egypte estime-t-on sur les bords du Nil alors que ce sont les Egyptiens qui ont fait pression sur Blatter pour traîner la plainte algérienne depuis novembre pour un problème qui nécessitait une solution d’urgence. Les relais médiatiques de Zaher et ses sponsors officiels reviennent à la charge et ne s’en cachent pas. «Toute la nation égyptienne est fière du triomphe de l’équipe de Shehata, du sacre en Can et, surtout de la sévère défaite infligée
(4-0) aux Algériens mais quand on se rappelle que ce sont «eux» (pour ne pas nommer les Algériens) qui joueront le Mondial (sans rappel du but de Antar qui les hante), notre joie et notre bonheur
restent …tristes. La presse cairote panique. S’affole. Sinon, comment expliquer ces retournements de style passant de l’accusation à l’appel à l’arrangement du contentieux entre Raouraoua et Zaher avant le verdict du 15 avril. Un art égyptien, celui de nager dans les eaux troubles et sentir «bon» avec la vase sur la peau. Une publication est allée jusqu’à plagier une maxime algérienne (il m’a frappé, il a pleuré et m’a précédé pour la plainte  chez le juge). L’aphorisme sonne faux dans sa prononciation «Nilique». La presse égyptienne aux ordres s’étonne que la Fifa n’ait pris en compte que l’agression du Caire et refusé le «dossier» de Zaher sur les troubles du match d’Oumdourman. Un sac de bluff aussi gros que Zaher et cette élimination consommée contre les Algériens que les officiels égyptiens veulent faire passer dans la boîte à lettres de la Fifa qui refuse le trop d’indulgence pour son protégé de  l’Afrique. Le grotesque avait déjà été atteint par l’instance de Blatter en «calmant» l’affaire du Caire. Mais ce qui dérange et ébranle carrément les porte-voix de Zaher, c’est cet homme au nom de Raouraoua qu’ils accusent de vouloir les punir parce qu’il dispose de tous les soutiens des autorités politiques, particulièrement le Président Bouteflika. Les Algériens tout comme la presse n’ont jamais contesté le ou les soutiens des ministres de Moubarak ou du «Raïs» lui-même pour son président de fédération, le sulfureux Zaher qui doit vivre l’angoisse de son parcours à la veille du rendez-vous de Zurich. Les «décideurs» de la presse cairote, pour contrer la plainte de l’Algérie déposée par Raouraoua en appellent solennellement le gouvernement égyptien à agir très vite. «L’Egypte politique devra intervenir énergiquement et soutenir
Zaher !»scandent les éditorialistes sportifs et toutes  les têtes téléguidées des écrans sur «Nilsat». A Alger, les bonnes nouvelles sur la santé de nos mondialistes se confirment de jour en jour. Dans deux mois, Raouraoua et sa délégation seront en Afrique du Sud. Ce 15 avril, les pleurnicheuses professionnelles seront à Zurich …devant le conseil de discipline.

Zaher a un dossier vide
Devant être auditionné demain par la FIFA (deuxième audition) dans l’affaire de l’agression de l’équipe nationale, le président de la FEF, Samir Zaher est attendu aujourd’hui à Zurich.Zaher sera accompagné par la responsable des relations extérieures, Mme Sihr El Houari et le responsable marketing,Amrou Ouahbi.La délégation égyptienne sera accueillie par son avocat italien chargé de l’affaire. La partie égyptienne, avec un dossier vide, ira à Zurich pou limiter les dégâts à moins d’accepter la condition posée par Raouraoua à savoir le pardon officiel au peuple algérien.  

Source Horizons Mokrane Harhad.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Michel 13/04/2010 22:09



Quand on pense que le TOGO, victime a été suspendu, on ne peut qu'être surpris du temps mis à gérer cette affaire. D'autant ques caméras de Canal+ ont tout filmé.



Le Pèlerin 14/04/2010 21:38



Salut Michel,


La Fifa a été
lamentable sur le sujet....Et ce n'est as fini


Bonne soirée


Henri