Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 10:21

L’Egypte reste irascible. Elle nous le fait savoir bruyamment.
L’Algérie, qui fait valoir son flegme diplomatique, n’en a cure.

A peine Chakib Khelil rentré du Caire où il a conclu affaires et répandu une once de diplomatie apaisante, Moufid Chehab, une voix autorisée, exhibe la hache de guerre.
Sofiane Aït Iflis - Alger (Le Soir) - C’est à hérisser les cheveux sur un crâne chauve que cette prolongation qu’Alger et le Caire se livrent encore près d’un mois après la grande explication d’Omdourman, au Soudan. D’un côté, une Egypte ruminant une colère volcanique et de l’autre, une Algérie qui fait mine de ne pas l’entendre roter. Il valait peut-être de ne pas s’abaisser au niveau des éructations des médias cairotes à l’excitation maladive. L’attitude algérienne, tout le temps que durèrent les invectives égyptiennes, paraissait empreinte de suffisamment de sagesse, tant Alger n’était redevable d’aucune faute à expier. Le silence algérien face aux attaques acharnées égyptiennes valait son pesant de grandeur et de noblesse. Sauf, à notre sens, qu’il ne fallait pas exagérer la «gentillesse » jusqu’à faire fi du magma cairote toujours bouillonnant et, comme si de rien n’était, y diligenter un ministre de la République pour une visite officielle. Le ministre algérien de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, aurait pu se suffire de se rendre à la réunion ordinaire de l’organisation des pays arabes exportateurs de pétrole (Opaep) et ne pas annexer à ce séjour d’affaires une visite officielle au Caire. Car, dans l’histoire, ce n’était pas à Alger d’explorer les voies d’apaisement. C’était plutôt au Caire de corriger ses flagrantes bévues diplomatiques, la plus grave étant le rappel de son ambassadeur à Alger. Les diplomates interprètent une telle décision comme l’ultime étape avant la rupture diplomatique. On pensait l’Egypte happée par une déraison momentanée, conséquence de ses surenchères maladroites autour d’une confrontation sportive. Erreur ! L’Egypte refuse de s’administrer une médecine pour atténuer ses excès de fièvre. La visite de Khelil au Caire, entendue comme une volonté algérienne d’apaisement, n’aura rien changé à l’attitude belliqueuse égyptienne. Que l’on juge. Sitôt Khelil revenu d’Egypte, le gouvernement égyptien charge son secrétaire d’Etat chargé des affaires juridiques, Moufid Chehab de signifier quel sentiment lui procure le geste d’Alger. Le sentiment n’est pas le meilleur. «L’Egypte ne renverra pas son ambassadeur en Algérie s’il n’y a pas d’excuses officielles ou de dédommagements pour les dégâts subis par les entreprises et le peuple égyptiens», a affirmé Chehab au journal égyptien Echourouk, repris par l’AFP. En somme, rien de nouveau au pied de la pyramide de Khéops. Plutôt si, si l’on examine la déclaration à l’aune de ce qu’elle préfigure comme évolutions pratiques. A prendre Chehab aux mots, l’Egypte pousse à une rupture diplomatique pure et simple avec l’Algérie. Car, en conditionnant le renvoi sur Alger de son ambassadeur par des excuses officielles algériennes, elle s’enferme dans une logique de pourrissement, étant entendu que son exigence équivaut à quémander l’impossible.

Le silence d’Alger parle-t-il ?

Pendant que l’Egypte agresseur joue sa farandole et crie à l’agression, l’Algérie s’essaye à la gestion sereine de la crise. Avec quelques ratés, cependant. L’expression diplomatique algérienne, qui s’est voulue d’éviter le tac au tac, laissant les Egyptiens s’enivrer de leurs propres inepties, n’a pas toujours été uniforme. On l’a lue et entendue saupoudrée de sucre chez Mourad Medelci et un tant soit peu ferme et piquante chez Ahmed Ouyahia. Ce dernier, éloigné des feux de la rampe durant les jours de la grande jubilation nationale d’après-victoire, a trouvé en la tripartie l’opportunité de dire son mot. Ses mots. Lui, contrairement à d’autres voix officielles qui se faisaient un devoir de voir en l’agitation égyptienne non pas un Ouragan mais juste une tempête passagère, opposa à l’arrogance cairote la noblesse algérienne. Ouyahia a visé là où ça pouvait faire mal, en mettant en exergue l’histoire nationale écrite en lettre de sang et non découverte en déroulant un papyrus. Ouyahia s’est retenu de reproduire cet exercice facile consistant à juste relater «l’enfer du Caire». Il a qualifié le déchaînement politicomédiatique égyptien de logorrhées qui ne pouvaient aucunement atteindre ni affecter l’Algérie. Après avoir entendu le Premier ministre s’exprimer, on s’imaginait mal, du moins dans l’immédiat, une virée diplomatique d’un ministre au Caire. Or, c’est ce qui s’est produit. s’agit-il d’une bivalence dans la gestion de la crise naissante avec l’Egypte ?

Source Le Soir d’Algérie S.A.I.

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires