Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 06:02

Egypte - Algérie/ Initialement fixée à 2 milliards de centimes, la prime de la qualification revue à la hausse.

 

Afin de mettre tous les atouts du côté de l’Equipe nationale et ne rien laisser au hasard en prévision du match décisif contre l’Egypte, le Bureau fédéral a adopté, hier, une mesure exceptionnelle d'encouragement financier aux joueurs. Certes le nouveau montant n’a pas été révélé ( 3 milliards selon certaines sources bien informées ), mais il a été décidé de revoir à la hausse la prime qui était initialement fixée à deux milliards de centimes pour chaque joueur en cas de qualification.
Afin de booster davantage le moral de nos internationaux avant le grand rendez-vous face aux Pharaons, le 14 novembre prochain, la FAF, lors de la réunion de son bureau fédéral hier à Alger, a adopté une mesure exceptionnelle d’encouragement financier pour la bande à Saâdane. Même si le montant de la prime n’a pas été révélé, il est clair que la FAF a revu à la hausse la prime que percevra chaque joueur en cas de qualification et dont la somme a été arrêtée initialement à environ deux milliards de centimes. Néanmoins, la dernière sortie médiatique de la Fédération égyptienne de football qui a promis une prime plus conséquente (300 000 $, environ 2,5 milliards de centimes) a, sans aucun doute, fait réagir les responsables du football algériens qui ont décidé de revoir à la hausse la prime initialement promise. Dans l’entourage des Verts, on croit savoir que le montant que touchera chaque joueur de l’EN avoisinerait les trois milliards de centimes. Par cette mesure, la FAF confirme sa politique de tout mettre à la disposition de la sélection afin qu’elle réussisse son objectif de se qualifier pour la troisième fois de son histoire à la phase finale de la Coupe du monde qu’organisera l’Afrique du Sud l’été prochain.
K. H.
Tension et politique, le revers de la médaille
Plus le temps passe et nous rapproche de cette date du 14 novembre désormais devenue plus importante que n’importe quelle autre chose en ce moment, et plus la tension monte d'un cran à tous les niveaux.
Au niveau des médias, le branle-bas de combat a débuté depuis belle lurette avec des escarmouches et des attaques frontales de part et d'autre, notamment du côté égyptien où certaines chaînes satellitaires privées, lors d'émissions animées par des personnages à la réputation douteuse, et certains journaux ne se sont pas gênés pour salir l'Algérie. Pas seulement sur le plan sportif, mais en s'attaquant à son histoire et à sa personnalité en tant que nation souveraine, mettant de côté les liens fraternels profonds qui unissent les deux nations. Les journaux algériens ont tenté des répliques, mais ils ont surtout rapporté ce qui se dit du côté de la presse cairote comme niaiseries et graves diffamations qui, sous d'autres cieux, auraient valu à leurs auteurs des procès en justice. Du côté des officiels, il y a de le retenue dans l'air, hormis Samir Zaher, le président de la Fédération égyptienne de football (FEF) qui, malgré les injonctions de la FIFA, continue à distiller un double discours hypocrite : pour certains, il évoque l'apaisement, pour d'autres c'est carrément l'incitation à la violence contre tout ce qui est algérien. On le comprend ce Zaher qui, pour sauver sa peau en tant que président, est capable de tout, mais pas de haine et de dépassement de tout genre. Passons.
Les joueurs égyptiens sont en général réservés, mis à part un ou deux qui n'hésitent pas à afficher une certaine animosité envers les Algériens, à l'image du capitaine Ahmed Hassan qui a refusé carrément l'initiative d'offrir des fleurs aux joueurs algériens le jour du match affichant même une certaine rancune depuis 2001, lorsque l'Algérie avait barré la route à l'Egypte pour le Mondial nippo-coréen de 2002 en faveur du Sénégal. C’est à croire que les Pharaons voulaient à tout prix qu'on lève le pied lors de ce fameux match à Annaba pour qu'ils passent en coupe du Monde !
Devant toutes ces dérives et ce climat qui devient exécrable, notamment sur la Toile où la «guerre» fait rage entre internautes algériens – mais aussi marocains et tunisiens – et Egyptiens où l'avantage tourne en ce moment à l'avantage des premiers, des voix s'élèvent, ici et là, pour calmer les esprits et recadrer les choses dans leur contexte purement sportif, même s'il est empreint d'une certaine passion que seul le football peut procurer.
Parmi ces initiatives, nous citerons celle de nos confrères du quotidien d'’Echourouk El-Yaoumi’ – organisée hier au siège de ce journal en présence d'un groupe de représentants de la presse égyptienne –, mais à laquelle, bien que conviés, nous n'avons pu assister pour des raisons de bouclage. Au cours de ce débat franc et fraternel, les représentants des médias des deux pays ont rappelé les liens entre les deux pays et ont condamné avec fermeté les dérapages et les partisans de la fitna.
Ne s'arrêtant pas au stade du constat et de la condamnation, les journalistes algériens et leurs homologues égyptiens ont décidé de combattre coûte que coûte tous ceux qui chauffent aveuglement le bendir et poussent deux peuples à se haïr pour un simple match de football, soit-il d'une valeur importante pour les deux nations.
On ne va pas faire comme le Salvador et le Honduras, ces deux pays d'Amérique centrale qui se sont déclaré la guerre en 1969 pour justement un match de qualification de la coupe du Monde au Mexique ! D'ailleurs, même les deux ministres des affaires étrangères des deux pays, Mourad Medelci et Ahmed Abou El-Gheit se sont entretenus lundi par téléphone au sujet de ce match qui tient en haleine les deux pays et mobilise tout le monde, y compris au sommet de l'Etat. C'est dire que le match du 14 novembre dépasse le cadre strictement sportif, empruntant celui de la politique et d'autres intérêts ….
A. S.-B.
L’ascension
Bougherra Glasgow Roc «Passer, en seulement trois saisons, d'un club reléguable en Ligue 2 à une équipe sacrée championne d'Ecosse et disputant la Champions League, c'est l'exploit réussi par Madjid Bougherra, l'athlétique défenseur central des Rangers. Auteur d'une saison 2008/2009 de toute beauté, couronnée par un doublé championnat - coupe d'Ecosse, l'international algérien a conquis la Scotish League en seulement un an, élu au passage «joueur de l'année» par les supporters des «Gers». Comment un simple joueur de complément du FC Gueugnon est-il parvenu, en trois ans, à grimper si haut, ascension lui valant aujourd'hui quelques convoitises de la part de clubs huppés d’Angleterre? Si l'ancien milieu défensif des Forgerons s'est définitivement positionné en défense centrale, ce recentrage n'explique sans doute pas tout. Sous-utilisé en France, «Magic» a trouvé un terrain de jeu favorable en Grande-Bretagne où sa puissance physique (1,88 m pour 88 kg) et sa technique très au-dessus de la moyenne pour un défenseur font ravage. D'abord en Division One anglaise (l'équivalent de la Ligue 2), à Crewe Alexandra, où il est prêté six mois par Gueugnon. Une pige brillante qui attire très vite le regard de Sheffield Wednesday. » Ce texte consacré à notre défenseur central, signé Zahir Oussadi, est tiré du dernier numéro du magazine ‘Onze-Mondial’ qui l'a placé parmi les meilleures promesses de la Champions League 2009/2010, mais qui, malheureusement, ne lui sourit pas en ce moment à cause d'une blessure au genou. C'est ainsi qu'il fera l'impasse sur la quatrième journée de cette compétition où son club est déjà très mal en point, mais son but est d'être prêt pour le 14 novembre en prévision du match Egypte - Algérie. Pour l'instant, Bougherra poursuit sa convalescence dans son club et le doute sur sa participation est bien réel en raison du temps nécessaire pour récupérer de sa blessure. C'est pourquoi, il ne faudrait pas s'étonner de voir Laïfaoui sur la feuille de match au moment du coup d'envoi le samedi 14 novembre au Cairo Stadium.
A. S.-B.
Le souhait
Saâdane veut que l'on ménage Laïfaoui et Babouche
La Fédération algérienne de football (FAF) insiste auprès des trois clubs algériens, l'ES Sétif, le MC Alger et l'ASO Chlef pour ménager les joueurs internationaux, notamment les défenseurs Abdelkader Laïfaoui et Réda Babouche lors de la prochaine journée de championnat prévue ce week-end. Le défenseur sétifien avait disputé, hier, le match de mise à jour contre le CA Bordj Bou-Arréridj comme titulaire avec son équipe qui se déplacera samedi à El-Harrach, alors que Babouche devrait purger sa suspension de trois matchs le même jour contre le MC Oran. Côté staffs techniques, les deux entraîneurs, Ali Mechiche et Alain Michel, sont disposés à laisser au repos ces deux éléments en prévision du stage de l'équipe nationale et du match contre l'Egypte du 14 novembre au Caire.
A. S.-B.
L'inquiétude
La FIFA change le contrôleur d'Egypte - Algérie
Les deux Fédérations algérienne et égyptienne ont été destinataires d'un courrier de la FIFA leur indiquant un changement concernant les officiels du match qui opposera leurs sélections respectives le 14 novembre au Caire. C'est ainsi que le Soudanais Kamel Cheddad et le Tunisien Rachid Benkhadidja sont les nouveaux contrôleurs et coordonnateur général de la rencontre en remplacement du duo marocain Saïd Belkhayat et Mohamed Badjou. Cependant, la FIFA n'avance, en aucun cas, les raisons de ce changement qui a suscité une certaine réserve et des inquiétudes du côté algérien, surtout que les Egyptiens passent pour être des spécialistes des coulisses en pareille situation. La rue algérienne soupçonne même les instances internationales (FIFA et CAF) de leur penchant pour une qualification des Pharaons, doubles champions d'Afrique compte tenu de leurs poids et des relations étroites qu'ils entretiennent avec ce pays.
A. S.-B.
Source Info Soir
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires