Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 06:25

Après la réhabilitation de Samir Zaher, l’Égypte nargue l’Algérie

algerie-egypte.jpg

 

Revirement total chez les Egyptiens avec l’affaire du président Samir Zaher qui vient de connaître une autre décision de justice lui permettant de reprendre sa place de président de la Fédération égyptienne de football.

Démis de ses fonctions par décision du Conseil national des sports (équivalent du ministère de le Jeunesse et des Sports), le président de la Fédération égyptienne de football, vient d’être réhabilité par la Cour suprême qui a annulé la décision du Conseil national des sports. Un coup de théâtre digne des feuilletons égyptiens et le comble, c’est que lors de sa première déclaration après son retour aux affaires de la Fédération, Samir Zaher déclare à qui veut l’entendre: «J’ai d’abord pris l’initiative en faisant la paix avec l’Algérie, que ce soit au sein de la Fédération de l’Afrique du Nord ou de l’Union arabe...»
C’est dire que chez les Egyptiens, affirmer aujourd’hui une chose et demain son contraire, c’est une simple banalité et bien dans les moeurs des Pharaons. Sinon, comment expliquer d’abord, que lors de la décision du CNS qui a démis de ses fonctions Zaher, on avait déjà précisé que cette décision est irrévocable et définitive. Or, cette fois-ci, la Cour suprême précise de son côté, que cette dernière décision est définitive!
D’autre part, Hani Abou Rida, le vice-président de la Fédération égyptienne qui a été président par intérim après le limogeage de Zaher, avait bien fustigé son propre président. Mais, avant-hier, il s’est, selon la presse égyptienne, empressé pour présenter toutes ses félicitations à son président de retour!
Il avait même déclaré qu’un autre président aussi intelligent et compétent que Zaher n’aurait pu résister et tenir dans ce poste de président de la Fédération égyptienne de football dans ses moments les plus difficiles et les crises qu’elle a traversées.
Il est très important de souligner qu’il n’y a nullement cas de nuisance dans les relations entre Algériens et Egyptiens en rapportant ces faits, mais ce sont des remarques qu’il faudrait bien écrire pour l’histoire. Des responsables égyptiens n’ont-ils pas déclaré que Zaher est un «menteur» alors que parmi eux certains se sont empressés de le féliciter.
Et plus étonnant, comment expliquer le fait de rendre publique cette décision de la Cour suprême égyptienne au lendemain de la décision de l’Union nord-africaine de football de lever les sanctions à l’encontre de l’Egypte?
Samir Zaher a été démis de ses fonctions après avoir fait l’objet du constat justifié de mauvaise gestion par la Fédération égyptienne, notamment concernant certaines irrégularités financières lors des années passées. L’affaire du bus algérien, caillassé au Caire en novembre dernier et les décisions de la Fifa, ont alors joué contre le président de la Fédération égyptienne traité alors de tous les noms par des Egyptiens et parmi eux certains de ses propres collègues et gestionnaires. Il est donc évident que des présidents de club ayant renfloué leurs caisses grâces aux aides de Zaher ainsi que le staff technique de l’équipe égyptienne et à leur tête Shehata, se réjouissent de ce retour de Zaher.
Il est donc tout à fait légitime de se poser la question de savoir si les relations algéro-égyptiennes qui se sont calmées ces derniers jours et surtout depuis la visite du président Moubarak en Algérie et la réception de la JS Kabylie avec les honneurs lors de son dernier match de la Ligue des champions africains de football au Caire, ne vont pas revenir au point zéro avec le retour de Zaher. Celui-là, même qui s’est entêté à ne jamais présenter ses excuses aux Algériens suite au caillassage du bus des Verts et toutes les choses négatives qui ont suivi.
C’est à se demander donc si la dernière déclaration de Zaher après son retour à la tête de la Fédération égyptienne, en évoquant la paix entre l’Egypte et l’Algérie, n’est pas une déclaration simplement diplomatique ou vraiment réelle pour un vrai retour aux bonnes relations ou, encore, une partie de la pièce de théâtre dont il est le grand metteur en scène?
Zaher avait, certes, déclaré après sa réhabilitation: «J’ai d’abord pris l’initiative en faisant la paix avec l’Algérie dans les différentes instances, mais après que nous avons vu la visite de notre frère président en Algérie, on doit donc s’élever au-dessus de tous les aspects négatifs du passé et chercher à rétablir l’eau à sa source à nouveau.»
On veut bien le croire, car pour parler de paix du côté égyptien et en dehors de la bonne réception de la délégation kabyle au Caire dernièrement, rien de concret n’est venu de la part des officiels du sport égyptien la preuve, le Comité olympique égyptien, garant de l’équité et de la paix des sportifs, n’a toujours pas levé officiellement sa décision de boycotter les compétitions où seraient présents les Algériens...

Source L’Expression Saïd Mekki

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires