Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 06:09

L’Egypte secouée par la révolte populaire

manifestation au caire

Des heurts entre manifestants et policiers ont éclaté hier en Egypte, où les protestations se sont poursuivies malgré l’interdiction des autorités, au lendemain de la mobilisation sans précédent contre le président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis trois décennies. Selon l’AFP, des scènes de violence ont été signalées au centre du Caire.

Plusieurs centaines de manifestants ont occupé la rue. Plus à l’est, dans la ville portuaire de Suez, 2000 personnes se sont rassemblées. Après les manifestations de mardi émaillées de violences, qui ont fait quatre morts – trois manifestants et un policier –, Le Mouvement du 6 avril, un groupe de militants pro démocratie, a appelé à de nouveaux rassemblements «pour demander le droit de vivre, la liberté et la dignité». Selon des sources médicales, le nombre de morts est de cinq, dont un policier décédé mardi au Caire.

Le ministère de l’Intérieur a, néanmoins, averti qu’«aucun acte de provocation, rassemblement de protestation, marche ou manifestation ne sera permis».

Au moins 500 personnes ont été arrêtées en Egypte après la décision des autorités d’interdire les manifestations.

Parmi celles-ci figurent environ 90 personnes arrêtées dans le secteur de la place Tahrir, dans le centre du Caire, et 121 membres de l’organisation islamiste des Frères musulmans, officiellement interdite mais tolérée dans les faits, interpellés à Assiout, au sud de la capitale égyptienne.

Mohamad El Baradei, ancien directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique, a indiqué que les manifestations des jeunes sont «le début d’un processus historique», estimant dans des déclarations à la presse que «la politique d’intimidation exercée par le régime est dépassée».

De nombreux dirigeants du parti Al Wafd ont participé aux manifestations, a rapporté la presse locale.

Le mouvement des Frères musulmans, interdit d’activité, et le Parti pour le rassemblement y ont également pris part.

Le Parti national démocrate a accusé les Frères musulmans et certains partis «sans base populaire» d’être derrière cette révolte

Il faut dire que les manifestations antigouvernementales de mardi, qui ont mobilisé des milliers de personnes à travers tout le pays, sont les plus importantes du genre survenues en Egypte depuis l’arrivée au pouvoir de M. Moubarak en 1981.

Dominées par des slogans demandant le départ de M. Moubarak, 82 ans, elles se sont inspirées de la révolte tunisienne qui a conduit au départ du président Zine El Abidine Ben Ali à la mi-janvier.

L’idée des manifestations a été fortement relayée, en particulier auprès des jeunes et des classes moyennes, à travers les réseaux sociaux.

Les appels de l’étranger

De l’étranger, les appels se sont multipliés demandant à l’Egypte d’engager des réformes répondant aux attentes de sa population, et soulignant par ailleurs l’importance de son rôle modérateur entre le monde arabe et Israël.

Le secrétaire général des   Nations unies, Ban Ki-moon, a invité les autorités égyptiennes à saisir l’opportunité des manifestations pour «s’intéresser aux problèmes légitimes du peuple», a souligné hier son porte-parole, Martin Nesirky.

La Maison-Blanche a appelé l’Egypte, un de ses proches alliés, à lever l’interdiction de manifester.  Le porte-parole de la présidence américaine, Robert Gibbs, qui s’exprimait devant les journalistes à bord de l’avion présidentiel Air Force One, a estimé  qu’il était important que le gouvernement du président Hosni Moubarak se montre «réceptif» envers son peuple.

Le président du Parlement européen, Jerzy Buzek, a fait part de sa «préoccupation» face à la situation. Berlin s’est déclaré «très inquiet» de la situation, alors que Paris a déploré les morts et rappelé être favorable à «plus de démocratie dans tous les Etats». L’Italie a souhaité que M. Moubarak continue «à gouverner avec sagesse et clairvoyance». Israël, par la voix de son vice-Premier ministre, Sylvan Shalom, a espéré que les troubles n’auront pas d’impact sur ses relations avec l’Etat hébreu. L’Egypte est le premier pays arabe à avoir reconnu Israël. Avec plus de 80 millions d’habitants, l’Egypte est le pays le plus peuplé du monde arabe, et plus de 40% de sa population vit avec moins de deux dollars par jour et par personne.

Source El Watan Amel Blidi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires