Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 08:44

Une nouvelle ère pour l’Egypte

Egypte-manifestation-pacifique-1er-fevrier-2011.jpg

 

Rassurés par les engagements de l’armée de ne pas user de la force, des centaines de milliers d’Egyptiens se sont rassemblés hier dans les rues d’Alexandrie, du Caire et de Suez, les plus importantes villes du pays, soumises à un couvre-feu, depuis le début de la révolte populaire, il y a une semaine.

Ils répondent ainsi à l’appel lancé lundi dernier par la coalition de l’opposition, qui regroupe entre autres les Frères musulmans, pour une marche devant drainer un million d’Egyptiens, et une grève générale de tous les secteurs d’activité économique. Dès le début de la journée, et en dépit de la fermeture par l’armée des principaux accès aux trois villes concernées par la marche, une marée humaine a commencé à affluer vers les centres d’Alexandrie, du Caire et de Suez, devenus depuis huit jours, les foyers de la contestation.

L’autoroute reliant Alexandrie au Caire est bloquée à un kilomètre de la capitale par un barrage de l’armée et une longue file de camions de marchandises et de voitures s’est formée sur la route après que les militaires eurent interdit le passage.

Les sorties des villes de Mansoura (delta), Suez (est) et Fayyoum (au sud du Caire) sont également fermées par l’armée, le trafic ferroviaire est suspendu depuis lundi, et la ligne de métro reliant Le Caire à Choubra el Kheïma (20 km au nord) est bloquée. De nombreux Cairotes n’ont pu rejoindre leur lieu de travail en raison de la fermeture des routes. A la place Etahrir (place de la Libération), ils sont des dizaines de milliers à s’être rassemblés en scandant «Moubarak dehors».

Des portraits du président Moubarak, avec des moustaches à la Hitler, sont accrochés aux feux rouges, alors que la foule applaudit la pendaison symbolique de deux mannequins représentant le président contesté.

Sur sa cravate est épinglée l’étoile de David et de ses poches dépassent des liasses de dollars. Les chars d’assaut militaires assurent la protection des bâtiments gouvernementaux, situés aux alentours de la place. De nombreux manifestants ont passé la nuit sur les lieux, dans une ambiance de kermesse. A leur tête, l’opposant et prix Nobel de la paix, El Baradei, qui avait été chargé la veille par la coalition de l’opposition de «négocier avec le régime de Moubarak». Il déclare à une chaîne de télévision arabe que le président Moubarak «doit quitter le pouvoir d’ici vendredi. Les Egyptiens veulent en finir aujourd’hui, sinon vendredi au plus tard. Vendredi (prochain) a été baptisé ’’jour du départ’’. Je ne pense pas qu’il veuille voir davantage d’effusion de sang».

El Baradei s’est dit favorable à «un dialogue national global», mais avec des conditions, «et en premier lieu le départ du président Moubarak» parce que «si le président Moubarak s’en va, tout ira dans la bonne voie (…) le président Moubarak n’a pas tiré la leçon et n’a pas compris le message que l’armée a pourtant bien compris en annonçant comprendre les revendications légitimes du peuple. J’espère qu’il aura compris cela et qu’il quittera le pays pour entamer une nouvelle ère et prévenir (davantage) d’effusion de sang». Dans un communiqué, un comité représentant les forces de l’opposition, dont Mohamed El Baradei, déclare qu’«il n’entamerait pas de négociations avant le départ du président Hosni Moubarak et réclame la dissolution de l’Assemblée du peuple, la formation d’un gouvernement d’union nationale de transition pour la gestion des affaires courantes chargé de préparer des élections transparentes».

Au centre d’Alexandrie, plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées devant la mosquée Qaëd Ibrahim et la gare ferroviaire, brandissant des drapeaux égyptiens et scandant des slogans hostiles à Moubarak. Les images retransmises par les chaînes de télévision satellitaires arabes montrent des manifestants hissant un cercueil en criant «Moubarak est mort sans la Miséricorde de Dieu». +A Suez (est), plusieurs milliers de personnes se sont regroupées à la mi-journée au centre-ville, alors qu’ils sont plus de 40 000 à avoir marché à Mansoura (delta), 5000 à Tanta (delta) et 10 000 à Mahalla (delta). En fin de journée, des centaines de milliers de manifestants occupaient toujours les places des plus importantes villes du pays.

Une situation marquée par une paralysie générale des activités économiques et des pénuries de produits de large consommation. De nombreux pays envisagent d’ailleurs d’évacuer leurs ressortissants. Les Etats-Unis ont demandé au personnel non indispensable de leur ambassade de quitter le pays. Ils ont ainsi ordonné mardi au personnel non essentiel de leur ambassade au Caire de quitter le pays et commencé à évacuer dès lundi leurs ressortissants sur une base volontaire.

Le Canada lui emboîte le pas et organise des vols charter pour évacuer des centaines de Canadiens mais aussi des ressortissants d’autres pays. Il en est de même pour l’Autriche avec le rapatriement de centaines de ses ressortissants, tandis que la Belgique recommande d’éviter les voyages non essentiels vers l’Egypte. Deux avions sont dépêchés par la Turquie pour évacuer quelque 750 ressortissants se trouvant au Caire et à Alexandrie.

D’autres vols spéciaux sont programmés par l’Irak pour évacuer les ressortissants qui le désirent. Un pont aérien est mis en place depuis samedi par la Libye pour le rapatriement de ses nationaux, alors que deux avions transportant 480 Chinois bloqués en Egypte ont pu décoller à destination de la Chine. Quatre avions supplémentaires sont déjà prêts pour rapatrier près de 2000 Chinois d’Egypte.

Source El Watan Salma Tlemçani avec Agences

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires