Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 06:18

«Moubarak a commis un crime contre des manifestants pacifiques»

buste-pharaon

 

La place Tahrir (Libération) du Caire a connu, hier, une journée sanglante. Pour l’opposant George Ishak, du mouvement Kifaya, le régime de Moubarak a «orchestré une violente agression contre des manifestants pacifiques, en actionnant des hordes de mercenaires et des éléments de la police politique», dans une tentative désespérée pour mater la révolte. George Ishak, d’obédience chrétienne, a qualifié Moubarak de «criminel».

Que s’est-il passé dans la journée d’hier à la place Tahrir ?

Des mercenaires et des hordes de voyous, à la solde de Moubarak, se sont attaqués aux manifestants qui étaient rassemblés pacifiquement à la place Tahrir. Moubarak a commis un autre crime contre un peuple. Nous avons des preuves que les bandes d’agresseurs sont des éléments du ministère de l’Intérieur et des officiers de la police. Le même scénario est exécuté également à Alexandrie et à Al Ismaïlya. Nombreux parmi ceux qui ont été arrêtés sont des éléments des services de police.

Des réunions secrètes se sont tenues entre des responsables du parti de Moubarak avec des officiers de la police politique pour organiser une agression violente contre des hommes et des femmes rassemblés pacifiquement à la place centrale du Caire. Cette lâche attaque contre des manifestants pacifiques est venue suite au discours de Moubarak qui s’entête à rester au pouvoir, quitte à massacrer tout le peuple égyptien. Moubarak fait tout pour transformer un mouvement pacifique et démocratique en un bain de sang.

Le monde entier a découvert un peuple qui se bat pacifiquement et de manière civilisée contre la tyrannie, une image que le tyran n’a pas pu supporter. Il veut que la rue sombre dans le chaos. Il veut mettre le pays à feu et à sang. Il donne encore une fois la preuve que c’est un homme qui se dresse contre le peuple et contre les intérêts du pays pour demeurer au pouvoir. Il se dévoile sous sa vraie nature. C’est un criminel.

- Pourquoi l’armée a laissé faire, alors qu’elle avait déclaré qu’elle est dans la rue pour protéger les manifestants ?

Elle en porte l’entière responsabilité du massacre commis contre des manifestants pacifiques. On a vu cette armée qui, dès son entrée en scène, a rassuré le peuple en affirmant que ses revendications sont légitimes. Elle vient de commettre une grave erreur en restant spectatrice devant un massacre. C’est une non-assistance à peuple en danger. Cette armée, qui a été accueillie à bras ouverts pas les manifestants, a trahi son peuple en laissant des hordes de criminels s’attaquer à des Egyptiens qui ont montré au monde entier qu’ils sont dignes de la démocratie et de la liberté. Ce n’est pas normal que les attaques contre les manifestants aient duré des heures et cette armée n’a eu ni le courage ni l’honneur d’agir pour sauver des citoyens en danger de mort. L’autorité de l’armée est sérieusement entamée. Elle est plus que jamais sommée de bouger pour déposer le Président, si elle veut sauver la face.

- Quel serait l’impact des événements d’hier sur la suite de la contestation ?

Si Moubarak et sa bande de criminels pensent que la révolution de la dignité est matée, ils se trompent lourdement. Bien au contraire, les masses seront plus que jamais galvanisées et leur détermination sera renforcée. Les rangs des manifestants seront élargis et la mobilisation restera intacte jusqu’à la chute du despote. Il y aura des millions et des millions dans les rues du pays demain.

Nous avons donné un autre rendez-vous, la journée de demain, pour une autre manifestation gigantesque. C’est tout un peuple qui s’est soulevé contre la dictature. Pas question de revenir en arrière. Rien ne pourra arrêter la marche du peuple pour son autodétermination.

- Quelle est votre appréciation sur les attitudes des capitales occidentales par rapport à ce qui se passe en Egypte depuis plus d’une semaine maintenant ?

Franchement, on s’en fout de ce que penserait ou dirait tel ou tel président étranger. Le peuple égyptien est en train de faire sa révolution contre un régime despotique qui a tout le temps bénéficié d’un soutien très actif de l’Occident. On ne veut rien d’eux. Les puissants du moment agissent contre des régimes mêmes démocratiques qui n’arrangent pas leurs intérêts et se montrent très complaisants avec les dictatures les plus cruelles car elles sont garantes de leurs mesquins intérêts. Donc, nous sommes à l’écoute des peuples libres épris de justice et de liberté et non pas des classes dirigeantes, occidentales ou orientales, qui plombent leurs oreilles de démocratie et pactisent avec le diable.

- Des responsables occidentaux et autres analystes disent leur crainte de voir les Frères musulmans prendre les devants de la scène en Egypte, qu’en dites-vous ?

Il s’agit là d’un argument désespérant de ceux qui, en réalité, craignent de voir leur ami despote quitter le pouvoir. Curieusement, tout le monde se focalise sur les Frères musulmans, leur rôle et leur force dans cette révolution de la dignité, alors que pendant plus d’une semaine, ce sont des femmes et des hommes qui se battent pour la démocratie et la liberté dans un pays longtemps soumis à la terreur d’un tyran. Pourquoi ces analystes ne s’intéressent pas aux gigantesques carrés de manifestants formés par des jeunes, filles et garçons, chrétiens et musulmans, rêvant tous ensemble d’un pays libre et démocratique. La réalité égyptienne est tout autre que celle que nous renvoient des observateurs et autres conseillers éclairés des classes dirigeantes.

Source El Watan Hacen Ouali

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires