Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 07:57

Le président égyptien Hosni Moubarak, 82 ans, a démissionné vendredi, chassé par la rue, et a remis les pouvoirs à l'armée

egypte-en-liesse.jpg

 

Le président égyptien Hosni Moubarak, 82 ans, a démissionné vendredi, chassé par la rue, et a remis les pouvoirs à l'armée, provoquant une explosion de joie dans le pays sur lequel il régnait depuis trois décennies.

"Compte tenu des conditions difficiles que traverse le pays, le président Mohammed Hosni Moubarak a décidé d'abandonner le poste de président de la République et chargé le conseil suprême des forces armées de gérer les affaires du pays", a déclaré le vice-président Omar Souleimane dans une brève allocution télévisée.

Dans la soirée, la puissante armée égyptienne a assuré qu'elle ne souhaitait pas se substituer à "la légitimité voulue par le peuple".

L'annonce de la démission de M. Moubarak est intervenue alors que plus d'un million de personnes manifestaient contre le raïs à travers l'Egypte.

Les centaines de milliers de manifestants réunis place Tahrir au Caire ont explosé de joie à l'annonce du départ du président, au pouvoir depuis 1981, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"Le peuple a fait tomber le régime!", scandait une foule en délire sur cette place devenue symbole du mouvement de contestation déclenché le 25 janvier et qui a fait au moins 300 morts, selon l'ONU et Human Rights Watch.

Les manifestants hurlaient de joie et agitaient des drapeaux égyptiens. Certains se sont évanouis sous le coup de l'émotion.

"L'Egypte d'aujourd'hui est une nation libre et fière", a déclaré la figure la plus en vue de l'opposition, Mohamed ElBaradei, sur Twitter.

"La vie recommence pour nous (...) Mon message au peuple égyptien est que vous avez gagné la liberté (...) Faisons-en le meilleur usage", avait-t-il déclaré plus tôt sur Al-Jazeera.

Les Frères musulmans ont salué "l'armée qui a tenu ses promesses" et le "combat" des Egyptiens.

"Félicitations à l'Egypte, le criminel a quitté le palais", a souligné de son côté sur Twitter Waël Ghonim, un cybermilitant devenu icône du soulèvement.

"Je pleure parce que je suis heureuse", a lancé une manifestante, Loubna Darwiche, 24 ans, tout en tempérant: "il reste beaucoup à faire". "Nous aimons l'armée mais c'est le peuple qui a mené cette révolution et c'est lui qui doit la contrôler".

Le ministre de la Défense Mohamed Hussein Tantaoui, 75 ans, désormais nouvel homme fort du pays, a salué vendredi soir la foule devant le palais présidentiel. M. Tantaoui est à la tête du Conseil suprême des forces armées, une commission de dirigeants militaires qui a pris la direction du pays.

Un peu plus tôt, le Parti national démocrate de M. Moubarak avait indiqué que le chef de l'Etat avait quitté Le Caire pour Charm el-Cheikh, station balnéaire du Sinaï, où il dispose d'une résidence.

Ailleurs dans le monde, des explosions de joie ont notamment eu lieu à Gaza et Tunis, où un mouvement de contestation similaire avait provoqué la chute le 14 janvier du président Zine El Abidine Ben Ali.

"C'est formidable! Deux dictateurs sont tombés en moins d'un mois!", exultait Noureddine, 23 ans, tandis que son copain Ahmed se demandait: "A qui le tour maintenant?"

Le vice-président américain Joe Biden a salué "un jour historique", tandis que la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton se félicitait que M. Moubarak ait "écouté la voix du peuple égyptien".

Israël espère que la période de transition qui s'ouvre en Egypte se fera "sans secousse", a affirmé à l'AFP un responsable gouvernemental.

"La voix du peuple égyptien a été entendue", s'est réjoui le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, tandis que le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, ancien ministre égyptien des Affaires étrangères, a salué un "changement historique".

La Suisse a annoncé le gel "avec effet immédiat" des avoirs que pourraient détenir dans la Confédération M. Moubarak et son entourage, une décision destinée à "éviter tout risque de détournement de biens appartenant à l'Etat égyptien".

Alors que les manifestations se déroulaient le plus souvent dans le calme depuis le 3 février, une personne a été tuée et 20 blessées vendredi lors de heurts à Al-Arich, dans le Sinaï, selon un responsable des services de sécurité.

Jeudi soir, M. Moubarak avait annoncé qu'il déléguait ses prérogatives au vice-président Omar Souleimane, mais qu'il restait de droit président jusqu'à la fin de son mandat en septembre, une annonce qui avait provoqué la colère des manifestants qui réclamaient son départ immédiat.

M. Moubarak avait aussi annoncé l'amendement de cinq articles controversés de la Constitution concernant la présidentielle.

L'armée égyptienne, colonne vertébrale du régime, s'était portée "garante" dans la matinée des réformes promises par M. Moubarak, en soulignant "la nécessité d'un retour à la vie normale".

Dans son communiqué, lu par un militaire à la télévision d'Etat, le conseil suprême des forces armées "salue le président Mohammed Hosni Moubarak pour ce qu'il a donné à la nation en temps de guerre et en temps de paix et pour son attitude patriotique qui a fait prévaloir les intérêts supérieurs de la nation".

"Tenant compte des revendications de notre grand peuple qui souhaite des changements radicaux, le conseil suprême des forces armées étudie (ces revendications) et publiera plus tard des communiqués qui préciseront les mesures qui vont être prises".

Dans la matinée, ce conseil avait assuré qu'il garantirait "une élection présidentielle libre et transparente" et promis de mettre fin à l'état d'urgence, en vigueur depuis 1981, "dès la fin des conditions actuelles".

Source El Watan AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires