Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 08:22

Les égyptiens chassent Moubarak

Omar Souleimane

 

Au 18e jour du soulèvement populaire en Égypte, après avoir vainement tenté de jouer les prolongations, le président Moubarak a fini par démissionner en transférant ses pouvoirs à l’armée.

Le discours à la nation qu’il a prononcé dans la soirée de jeudi, à travers lequel il persistait à vouloir terminer son mandat, a eu un effet de douche froide sur les manifestants de la place Tahrir et de nombreuses autres places d’une Égypte insurgée. Moins de vingt-quatre heures plus tard, le raïs plie sous la pression populaire. Le discours de jeudi était attendu et fêté par anticipation parce que les interventions de la hiérarchie militaire à la place Tahrir et, un peu plus tard, à travers les canaux de la télévision, laissaient entendre que le chef de l’État ne pouvait annoncer que son départ, c’est-à-dire la satisfaction de la principale revendication des manifestants. L’attente était d’autant plus légitime que même le directeur de la CIA s’est mis de la partie en pronostiquant qu’il y avait de fortes probabilités que Moubarak annonce son retrait du pouvoir, alors que le secrétaire général du PND, le parti présidentiel en Égypte, a fait un pronostic de même nature. C’est dire la déception et la colère qui ont prévalu à la place Tahrir, dès les premiers mots du président Moubarak, qui annonçaient déjà sa volonté de rester à son poste. De la part du raïs, c’était vraiment faire preuve d’autisme. Car la rue n’a cessé, depuis plus de deux semaines, d’exiger son départ. Et ce n’est pas en tentant d’exacerber le nationalisme à fleur de peau des Égyptiens, en dénonçant les pressions internationales, qu’il pouvait amadouer un peuple apparemment décidé à aller jusqu’au bout de sa démarche. Intervenant un peu plus tard, le vice-président Omar Souleïmane a appuyé la position du raïs et a demandé aux manifestants de rentrer chez eux. Ce faisant, le chef des services de renseignements, perçu par la rue comme l’homme des basses œuvres de Moubarak, a brûlé toutes ses cartes et perdu toute possibilité de conduire, éventuellement, la transition. De fait, sa démission concomitante avec celle de Moubarak ne surprend pas et devrait être saluée comme il se doit par la rue égyptienne. L’armée a bien tenté vendredi matin de convaincre les manifestants que la feuille de route proposée par Moubarak était acceptable et qu’elle se portait garante de sa mise en œuvre. Le seul effet que cela a eu sur les manifestants a été un regain de colère et de détermination. Que s’est-il donc passé qui puisse justifier un tel cafouillis dans la communication de l’institution militaire, détentrice, en fin de compte, du pouvoir réel en Égypte ? Plusieurs explications sont avancées par des analystes connaissant parfaitement les arcanes du pouvoir en Égypte et l’imbrication de celui-ci avec les différents corps de l’armée. L’une des hypothèses les plus plausibles serait que certaines de ses franges, à l’image de l’armée de l’air dont est issu Moubarak, de la garde républicaine qui lui est acquise et des moukhabarat, auraient refusé de lâcher le président pour lui éviter le sort peu enviable de son homologue tunisien. L’armée de terre, elle, serait plus proche du peuple et n’aurait eu aucun scrupule à forcer le raïs à partir. Une chose est sûre, c’est que le président Moubarak et sa famille ont quitté le Caire sitôt après son discours de la nuit de jeudi, pour se réfugier dans l’une de leurs résidences à Charm El-Cheikh.

C’est donc de cette station balnéaire que le raïs a fait connaître sa démission, alors que les Égyptiens étaient dans la rue par centaines de milliers et que certains d’entre eux cernaient la résidence cairote des Moubarak, le siège de la télévision d’État et le palais présidentiel. Et, malice de l’histoire, alors que le raïs va se réfugier à la frontière israélienne, c’est précisément un député travailliste de l’État hébreu, Benyamin Ben Eliezer, qui a donné l’information la plus importante à son propos, au moment où tous s’interrogeaient. Moubarak “sait que c’est fini, que c’est la fin de la route. Il ne m’a dit qu’une seule chose peu avant son discours, c’est qu’il cherchait une voie de sortie”, a-t-il déclaré. C’est dire que le raïs savait que c’en était fait pour lui, avant même de prononcer son discours de jeudi. S’il l’a fait, dans les termes qu’il a choisis et qui ne sont pas ceux qu’attendaient l’armée et les manifestants, c’est qu’il voulait faire un cadeau empoisonné à l’institution militaire qui l’a lâché. De fait, l’institution militaire n’avait plus guère le choix : ou elle tire dans le tas pour tenter de sauver le soldat Moubarak, ou elle dépose le président selon une formule peu orthodoxe, le coup d’État. La première hypothèse étant peu envisageable, c’est la seconde qui vient de se produire. Même si, officiellement, il s’agit d’une démission.

Source Liberté  A. Boumendil

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires