Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 10:51

Crise en Egypte après dix-sept jours de manifestations...

el badarei

 

Dernière info (23h50): Sameh Shoukry, l'ambassadeur égyptien auprès des Nations unies déclare sur CNN: Moubarak «a transféré tous ses pouvoirs, conformément à la Constitution, au vice-président». Selon lui, Souleimane est «de facto le chef de l'Etat».

Les diplomaties britannique et américaine ont indiqué qu'elles cherchaient à «préciser» quels pouvoirs Moubarak avait exactement délégués. Sur Twitter, Mohamed ElBaradei a averti: «L'Egypte va exploser». Il appelle l'armée «à sauver le pays maintenant».

Obama a réagi par communiqué. Selon lui, «la population égyptienne a été informée d'un transfert de l'autorité, mais on ignore si cette transition est immédiate, significative ou suffisante». Il appelle Moubarak à lever «immédiatement» l'état d'urgence.

Un peu plus tôt, Hosni Moubarak a livré un discours confus. Les manifestants ne retiennent qu'une chose: le président égyptien s’accroche à son fauteuil.

>> Revivez les événements de ce jeudi par ici

Dans son allocution télévisée, il a annoncé qu’il  allait déléguer des pouvoirs au vice-président, Omar Souleimane, conformément à la Constitution. Il a aussi annoncé «l'abrogation de différents articles de la Constitution», qui permettra une réforme des conditions de candidature à la présidence, de la durée des mandats, des élections ou encore de la transparence du scrutin.

Cependant, il  a redit qu'il ne se présentera plus à l'élection présidentielle, et qu’il garantit «la passation du pouvoir à celui qui sera choisi par le peuple en septembre prochain, après des élections libres, honnêtes et transparentes». Selon lui, «le pays se dirige vers un transfert pacifique du pouvoir, dès ce jeudi et jusqu’à l’élection de septembre», ce qui répond aux revendications des manifestants.

Mécontentement

 Mais ces derniers, dont le nombre n’a cessé de croître ce jeudi en fin de journée sur la place Tahrir, n’ont pas manqué de montrer leur mécontentement. Ils ont brandi des chaussures, scandé «à bas, à bas Hosni Moubarak!» et «dégage, dégage!», ulcérés par le fait que le président ne démissionne pas ainsi qu'ils le réclament, mais se contente d'annoncer une délégation de pouvoirs.

A son tour, le vice-président Omar Souleimane s’est adressé aux Egyptiens, à qui il a promis de tout «mettre en œuvre pour garantir la transition pacifique du pouvoir». Il les a ensuite appelés à «rentrer chez eux, et à retourner au travail», car l'Egypte a besoin de leur bras pour «construire, développer et créer». Mais la place Tahrir n’a pas désempli après les deux discours, preuve que les manifestants ne désarment pas.

Source 20minutes.fr Bérénice Dubuc

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires