Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 09:07

Hosni Moubarak sommé de quitter le pouvoir

manifestation-egypte.jpg

 

Prenant note des demandes de changement politique des manifestants égyptiens et dressant certainement un parallèle avec la Révolution en Tunisie, Washington et l’Union européenne pressent le raïs Moubarak à les écouter.

En plus des nombreux appels des organisateurs des manifestations anti-régime de mardi en Égypte à poursuivre la contestation, malgré l’interdiction du président Hosni Moubarak, les États-Unis et l’Union européenne ont interpellé ce dernier pour qu’il réponde à ces aspirations qu’ils jugent “légitimes”. Sur le terrain, un manifestant est décédé, hier, succombant à ses blessures reçues la veille à Suez, à une centaine de kilomètres à l’est du Caire. Cela porte à quatre le nombre de personnes tuées dans des affrontements — trois manifestants et un policier. Ainsi, le Mouvement du 6 avril, un groupe de militants pro démocratie, a annoncé qu’il appelait à de nouveaux rassemblements dans le centre du Caire, “pour demander le droit de vivre, la liberté et la dignité”.

Les manifestations antigouvernementales de mardi, qui ont mobilisé des milliers de personnes à travers le pays, sont les plus importantes du genre survenu en Égypte au cours des trois décennies de présence du président Hosni Moubarak à la tête de l’État. Inspirées de la révolte tunisienne qui a conduit au départ du président Zine El Abidine Ben Ali à la mi-janvier, elles sont dominées par des slogans demandant le départ de M. Moubarak, 82 ans, au pouvoir depuis 1981. Quelque 200 personnes ont été arrêtées, mardi, lors des manifestations, selon les services de sécurité. Devant cette situation, Washington et Bruxelles ont appelé le président égyptien à répondre à ces demandes de changement. Pour l’Union européenne, les manifestations en Égypte reflètent les aspirations de la population en faveur du “changement politique” et constituent un “signal” après les évènements en Tunisie. Le porte-parole de Catherine Ashton, Maja Kocijancic, a affirmé, dans un communiqué, que “des milliers de citoyens égyptiens se sont rassemblés dans les rues du Caire pour exprimer leur souhait de changement politique”. Elle a souligné que “l’Union européenne suit de près les manifestations qui se déroulent actuellement au Caire et les considèrent comme le signal des aspirations de beaucoup d'Égyptiens dans le sillage des évènements survenus en Tunisie”.

La même source indiquera que l’UE appelle, en outre, les autorités égyptiennes à “respecter et à protéger le droit des citoyens égyptiens à manifester” de manière pacifique et à prendre note de leur souhait légitime “à ce que des décisions politiques soient prises pour répondre à leurs problèmes quotidiens”. De son côté, la Maison-Blanche a exhorté, sans détour, le gouvernement égyptien à écouter les aspirations de sa population et à respecter les droits démocratiques.

“Le gouvernement égyptien a une occasion importante d'être sensible aux aspirations du peuple égyptien et de mener des réformes politiques, économiques et sociales qui peuvent améliorer sa vie et aider à la prospérité de l'Égypte”, lit-on dans le communiqué de la Maison-Blanche. Il précise que “les États-Unis sont engagés à travailler avec l’Égypte et le peuple égyptien pour faire avancer ces objectifs”. “Nous soutenons les droits universels du peuple égyptien, y compris le droit à la liberté d’expression, d’association et de rassemblement”, ajoute le communiqué.  Ce communiqué de la Maison-Blanche au ton inhabituellement ferme a été publié plusieurs heures après que le président Barack Obama eut déclaré dans son discours sur l’état de l’Union qu’en Tunisie, “la volonté du peuple s'est révélée plus puissante que l'étreinte d'un dictateur”.

Source Liberté Merzak Tigrine

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires