Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 10:02

Amar Ghoul dit être prêt à tout. Il offre tous ses services à Bouteflika

Amar Ghoul

 

«A partir d'aujourd'hui, on investira le terrain pour la collecte des signatures et on se préparera à la campagne électorale que nous allons mener de toutes nos forces», a annoncé M.Ghoul.

Les partisans d'un 4e mandat de Bouteflika poursuivent leur offensive sur le terrain. Sans attendre l'annonce officielle du concerné pour l'élection présidentielle du 17 avril prochain, ils se lancent dans une campagne électorale à grande échelle. Le parti Tadjamouâ Amel El Djazaïr (TAJ) de Amar Ghoul, également ministre des Transports, a coalisé, dans une nouvelle initiative, 31 partis politiques autour de la candidature de Bouteflika.

Agréés pour la majorité en 2012, suite à l'adoption de la nouvelle loi sur les partis politiques, 19 dirigeants de ces formations se sont réunis, hier, à l'hôtel El Riadh de Sidi Fredj à Alger, pour sceller officiellement leur alliance. Etaient également présents à la rencontre, Salah Souilah de l'Union générale des commerçants et artisans algériens et Belkacem Felfoul du Syndicat national autonome du personnel de l'administration publique (Snapap).

Cette alliance dénommée «Groupe de fidélité et de stabilité» sera renforcée par 12 autres petits partis, ont annoncé ses initiateurs.

Certains de ces partis ont figuré dans la liste de ceux ayant constitué le front du refus conduit par le MSP et qui sont allés jusqu'à demander le départ du gouvernement pour garantir une élection présidentielle transparente.

Et ce n'est pas bouclé. «Le groupe est ouvert à tous les partis qui veulent nous rejoindre», a lancé le président du TAJ, lors de son intervention.

Amar Ghoul a expliqué les raisons du lancement de ce groupe qui a porté son choix sur le soutien à la candidature de Bouteflika. Il s'agit de la fidélité au chef de l'Etat et de la préservation de la stabilité du pays, réalisée, selon lui, grâce à la politique de Réconciliation nationale. «On veut fonder l'école de la fidélité et de la stabilité. Avec ce slogan, on veut bannir la culture de la trahison et de l'ingratitude», a-t-il argué. Ainsi, en guise de reconnaissance au chef de l'Etat, Amar Ghoul dit être prêt à tout. Il offre tous ses services à Bouteflika et réussit même à constituer ce front de 31 partis. «Désormais, la question de candidat est dépassé. Notre candidat c'est Abdelaziz Bouteflika. A partir d'aujourd'hui, on investira le terrain pour la collecte des signatures et on se préparera à la campagne électorale que nous allons mener de toutes nos forces», a annoncé l'orateur. M. Ghoul n'a pas manqué de préciser qu'il n'a aucun problème avec les autres partis et candidats. «On respecte tous les avis et choix et on veut que les nôtres soient aussi respectés», a-t-il plaidé.

Cette nouvelle coalition en faveur du 4e mandat de Bouteflika s'ajoute à la machine électorale que constituent le FLN, même divisé, le RND et l'Ugta.

Le FLN est déjà sur le terrain. Son secrétaire général, Amar Saâdani, n'a pas hésité à limoger les mouhafedhs soupçonnés de travailler pour le compte d'un autre candidat. Quant à l'Ugta, son secrétaire général, Abdelmadjid Sidi Saïd, a engagé tous les travailleurs affiliés à la Centrale syndicale dans ce soutien à la candidature du chef de l'Etat. A ces partis, il faut ajouter le Mouvement populaire algérien (MPA) du ministre de l'Industrie Amara Benyounès et quelques organisations satellites. Ainsi, la question du 4e mandat semble avoir été tranchée avant que Bouteflika ne se prononce. Avec toutes ces organisations de soutien, il ne reste qu'à attendre les résultats du scrutin du 17 avril, d'autant plus que Bouteflika ne se présentera pas pour perdre. Mais la grande inconnue reste le taux de participation à l'élection qui risque de chuter brutalement à la faveur du boycott des islamistes.

Source L’Expression Karim Aimeur

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires