Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 05:15

Vers un second tour entre le candidat islamiste et l’ex-Premier ministre

pyramides egypte

 

Le second tour de la présidentielle en Egypte opposera le candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi, au dernier Premier ministre du président déchu Hosni Moubarak, Ahmad Chafiq, a annoncé la confrérie islamiste.

Le second tour de la présidentielle en Egypte, prévu les 16 et 17 juin, devrait opposer le candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi, à un symbole du régime du président déchu Hosni Moubarak, Ahmad Chafiq, selon des résultats préliminaires annoncés vendredi par la puissante confrérie islamiste.

A ce propos, même si cette information n’a pas encore été confirmée par la Commission électorale, qui ne doit annoncer les résultats officiels qu’à partir de dimanche, les Frères musulmans sur leur site officiel, se basant «sur le dépouillement de 90% des bulletins de vote», ont affirmé qu’«il y aura un second tour entre Mohammed Morsi et Ahmad Chafiq selon les chiffres dont nous disposons».

Après dépouillement dans la moitié des bureaux de vote, ils avaient indiqué un peu plus tôt que M. Morsi menait avec 30,8% des voix, suivi par M. Chafiq (22,3%), M. Sabbahi (20%), l’islamiste modéré Abdel Moneim Aboul Foutouh (17%) et l’ancien chef de la Ligue arabe Amr Moussa (11%).

Considéré comme «le candidat de rechange» des Frères musulmans après l’élimination par la commission électorale de leur premier choix, Khairat A-Chater, M. Morsi a bénéficié de la machine électorale et de la base militante de la puissante confrérie islamiste.

Pour rappel, les Frères musulmans, qui officiellement étaient interdits pendant plus de 50 ans en Egypte, étaient déjà arrivés largement en tête aux législatives qui se sont achevées en janvier.

Pour sa part, Ahmad Chafiq a axé sur la sécurité et la stabilité, afin de rallier les Egyptiens exaspérés par les remous politiques et la dégradation de la situation économique depuis la révolte populaire qui a renversé Moubarak en plein «Printemps arabe». De ce fait, l’élection de juin prochain devra mettre fin à une période de transition émaillée de manifestations et de violences. Le Conseil militaire au pouvoir, accusé par les militants pro-démocratie de continuer la politique de répression de l’ancien régime, a promis de transmettre le pouvoir avant la fin juin. En outre, le futur chef de l’Etat devra faire face à une grave crise économique, combinant les inégalités sociales extrêmes héritées de l’ancien régime et le fort ralentissement de l’activité, notamment dans le secteur touristique.

Par ailleurs, les pouvoirs du futur président restent toutefois imprécis, la Constitution en vigueur sous Moubarak ayant été suspendue et la rédaction de la future loi fondamentale étant au point mort.

Source Le Soir d’Algérie Lynda Naili Bourebrab

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires