Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 05:16

Le secteur public rémunère mieux que le privé

Ouvriers-algeriens.jpg

 

Les entreprises du secteur public affichent des rémunérations moyennes plus élevées que le secteur privé, selon l’Office national des statistiques.

Selon les résultats d’une enquête de l’ONS, reprise hier par l’agence nationale de presse, le salaire net moyen mensuel est de 41 200 dinars dans le secteur public contre 23 900 DA pour le privé, soit un écart de 17 000 dinars. Certes, la disparité des salaires entre les différentes activités reste relativement forte dans le secteur public.
Des disparités salariales dans le public 
Ainsi, le salaire net moyen global pour l'ensemble du personnel dans les industries extractives (hydrocarbures et services pétroliers) et l'activité financière atteint respectivement 75 300 dinars et 43 200 dinars, alors qu'il est relativement bas dans le secteur des services collectifs sociaux personnels et dans l'activité immobilière et services fournis aux entreprises, avec respectivement 27 700 dinars et 27 400 dinars. De même la disparité salariale est apparente entre les différentes qualifications. Ainsi, un cadre dans le secteur public perçoit un salaire net moyen de 62 900 dinars contre 44 500 DA pour le personnel d'exécution, soit 70% seulement du salaire net moyen global. Par activité, cette disparité salariale est plus prononcée pour les sections hôtels-restaurants et construction. Ainsi, un cadre gagne en moyenne 1,7 fois (48 800 DA) le salaire net moyen de la section contre 0,8 fois (22 900 DA) seulement pour le personnel d'exécution de chacune des activités.
Les finances, un secteur bon rémunérateur dans le privé 
Le salaire net moyen mensuel de l'ensemble des salariés du secteur privé est d'environ 23 900 dinars, selon l'enquête de l'office qui précise que le salaire net moyen est de 47 900 DA pour un cadre, 26 600 DA pour un agent de maîtrise et 19 400 DA pour un agent d'exécution. Les secteurs les mieux rémunérateurs dans le privé sont ceux de la finance et de la santé. Les salaires mensuels nets moyens dans ces deux secteurs sont de 53 300 DA et 31 900 DA, soit respectivement presque le double et 1,3 fois le salaire net moyen global dans le privé national. Par contre, les personnels des industries extractives (mines et carrières) et construction sont les moins payés, avec respectivement des salaires de 19 800 DA et 21 500 DA, soit 83% et 90% seulement du salaire net moyen global dans le secteur privé.
Le personnel d’exécution privé peu qualifié 
Cet écart de salaire entre le personnel des industries extractives et la construction et par rapport aux autres sections, s'explique par l'emploi d'un personnel d'exécution peu qualifié. Ce qui a tiré vers le bas la moyenne nationale des salaires dans le secteur privé (29 400 DA). En effet, le secteur privé est caractérisé par une majorité de PME et une très forte proportion de personnel d'exécution qui est peu qualifié ou sans qualification. Certes, l’évolution de 9,1% des salaires en 2011 contre 7,4% en 2010 a contribué à la hausse du salaire moyen de toutes les catégories, mais les salaires des agents d'exécution du secteur privé restent inférieurs à 20 000 DA, relativement bas par rapport au pouvoir d'achat.
Les salaires sont très dispersés dans le privé 
Dans l'ensemble, les salaires moyens par qualification sont relativement plus dispersés dans le privé. Ainsi, un cadre gagne un salaire de 47 900 dinars, soit 2 fois le SNMG, les agents de maîtrise 26 600 dinars, presque égal au salaire net moyen global, alors que le salarié d'exécution n'en perçoit que 19 400 DA, soit 81%. Cette disparité salariale par rapport à la qualification est plus évidente dans certaines sections. Ainsi, le salaire net moyen mensuel des cadres dans les activités construction et immobilier et services aux entreprises est respectivement de 42 800 DA et 65 400 DA, soit 2 fois et 2,9 fois le salaire moyen du personnel d'exécution dans ces mêmes secteurs. Les salaires du personnel d'exécution sont relativement faibles dans les activités de construction, immobilier et services aux entreprises et santé avec respectivement 18 400 DA, 19 900 DA et 19 800 DA, soit 85%, 88% et 62% du salaire net moyen global. 

Source Le Soir d’Algérie Chérif Bennaceur

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires