Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 03:17

Le Maroc et l'Algérie à nouveau dans l'impasse

algerie maroc

 

Les deux poids lourds du Maghreb viennent de se livrer à une nouvelle joute verbale, preuve de leur incapacité à surmonter leurs différends en particulier autour de la question du Sahara occidental. 

Entre le Maroc et l'Algérie, rien ne va plus (à nouveau), sur fond de conflit pour le Sahara occidental.

Les relations bilatérales entre Alger et Rabat n'en finissent pas de s'envenimer. Leur ancienne rivalité a été réactivée ces dernières semaines par les incertitudes politiques prévalant dans les deux pays, comme la maladie du président algérien Abdelaziz Bouteflikaet la crise gouvernementale au Maroc. 

Après plusieurs mois d'accalmie, le ton est remonté fin juin autour du débat sur la réouverture des 1600 km de frontières communes, fermées depuis 1994 à la suite d'un attentat meurtrier à Marrakech, dont le Maroc avait rendu responsable les services de renseignement algériens. Face aux trois "conditions" posées par l'Algérie -portant sur le Sahara mais aussi le trafic de drogue- Rabat a vu rouge. 

Cinquante ans après "la guerre des sables", la principale pomme de discorde entre les frères ennemis reste indiscutablement le Sahara occidental, une ex-colonie espagnole contrôlée par le Maroc. Si l'Algérie affirme ne pas être partie prenante dans ce conflit, elle soutient les indépendantistes sahraouis du Front Polisario. 

Au Maroc, le patron du parti de l'indépendance (Istiqlal), Hamid Chabat, a en effet appelé en mai à "récupérer" la zone du sud-ouest de l'Algérie Tindouf, où se trouvent les camps de réfugiés sahraouis, sur fond de crise gouvernementale avec l'allié islamiste. 

Du côté d'Alger, les ennuis de santé du président Bouteflika, au pouvoir depuis 13 ans, ont entraîné des spéculations sur l'évolution de la relation avec le Maroc. En attendant, l'impasse actuelle entrave fortement la mise en oeuvre de l'Union du Maghreb arabe (UMA). 

Source LEXPRESS.fr Reuters / AFP John Schults

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires