Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 16:42

Ligue 1. 32e journée. Le TFC est quatrième ex aequo avec Lyon, après sa victoire indiscutable d'hier soir.

TFC-Siriex.jpg

 

Pantxi Sirieix

Les Toulousains ont fait plier une pâle équipe lyonnaise, qu'ils rejoignent à la quatrième place de la Ligue 1, au terme d'un match maîtrisé, et un score sans appel.

Les Toulousains n'ont pas seulement signé leur quinzième victoire de la saison et pris trois points supplémentaires, importants et décisifs (car une défaite…), hier soir, dans la course à l'Europe. Ils ont conquis plus de vingt mille personnes qui ont réussi, malgré tous les embouteillages toulousains, à rejoindre un Stadium inadmissiblement inaccessible.

Sirieix passeur, buteur

Le 3-0 final ne souffre d'aucune discussion, et ponctue une production maîtrisée, certainement le meilleur match du TFC cette saison, le plus accompli, le plus achevé.

La petite trêve née du décalage de ce match (tandis que les Lyonnais ont joué deux fois) a incontestablement fait le plus grand bien aux joueurs de Casanova, auxquels il sera difficile de trouver un défaut hier, tant ceux-ci étaient à l'heure au rendez-vous, et bien décidés à montrer qu'ils ne sont pas là par hasard.

C'est fait, bien fait, très bien fait même, et nombre de clins d'œil ont accompagné cette excellente soirée : le TFC n'a pas encaissé de but après en avoir pris quatre en deux voyages dans le Nord ; Pantxi Sirieix, buteur et passeur hier comme à Nancy, sur l'autre 3-0, mais aussi exemplaire dans tout le reste, a reçu un bel hommage à sa sortie de la pelouse ; Momo Fofana, qu'on n'avait plus vu en Ligue 1 depuis août et qu'on n'avait plus vu en pro depuis janvier en Coupe de France, a bien remplacé Abdennour, et il a même été à deux doigts de marquer, ce qui aurait été magnifique ; Manu Rivière (nez amoché par… Fofana sur un corner offensif : cf. ci-contre) et Umut Bulut ont enfin retrouvé le chemin des filets. Et un Stadium conquis a pu chambrer les Lyonnais, et 1, et 2, et 3-0.

Rengaine peut-être, mais on dit que c'est dans les vieux pots que…

Même si les Lyonnais ont eu le ballon plus souvent, qu'ils ont accumulé les corners, ils n'ont pas réussi à tromper la vigilance d'une défense imperméable, à l'image de ce sauvetage de Ahamada dans les arrêts de jeu devant Lacazette.

Plus de justesse

Le TFC, qui a produit de superbes enchaînements et qui a réalisé de grands progrès dans la remontée du ballon, a eu plus de lucidité, de justesse dans ses choix, ses tentatives, et on l'a vu continuer à jouer, même à 2-0, obtenir sa récompense avec le troisième but dans les arrêts de jeu.

Jusqu'au-boutistes, déterminés, présents à la récupération, malgré le changement tactique lyonnais au repos, Rémi Garde choisissant de densifier son milieu pour lutter à armes égales dans la conquête du ballon, les Téfécistes ont aussi choisi le jour pour faire preuve d'une efficacité rassurante : c'est la deuxième fois qu'ils signent le 3-0 cette saison, après celui à Nancy, et c'est la troisième fois qu'ils inscrivent trois buts dans un match, après la victoire (également spectaculaire) face à Bordeaux.

Au moment où les absences pouvaient peser lourd, la réponse du groupe violet est belle, intéressante et exemplaire.

TFC 3 - Lyon 0

MT 2-0. Stadium. 21352 spectateurs. Arbitrage de M. Laurent Duhamel assisté de

MM. Capelli et Durussel. Temps additionnel: 5’ (1+4).

Pour le TFC : Sirieix (9), Rivière (22), Bulut (90+1).

TFC : Ahamada – Ninkov, Congré (cap), M. Fofana, M’Bengue – Capoue – Regattin,

Sirieix puis Devaux (84), Sissoko, Machado puis Braaten (69) – Rivière puis Bulut

(73). Entr.: Alain Casanova.

Avertissement : Fofana (77, tacle irrégulier sur Lisandro).

OL : Lloris – Dabo, B. Koné, Cris (cap), Umtiti – Briand puis Bastos au repos, Gonalons,

Grenier puis Gourcuff (64), Källström – Lacazette, B. Gomis puis Lisandro au

repos. Entr.: Rémi Garde.

Avertissement : Grenier (44, crochepied sur Regattin).

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires