Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 07:53

Sarkozy et Berlusconi d’accord pour modifier Schengen

Berlusconi Sarkozy

 

La tension entre la France et l’Italie, née du flux d’immigrants de l’Afrique du Nord, s’est évaporée hier à Rome, laissant place à une entente italo-française pour un rétablissement du contrôle aux frontières et une révision du traité de Schengen dès le mois de mai prochain, à l’occasion de la réunion du conseil de l’Europe.

N’appelant plus à une suspension des accords Schengen, le président français s’est tout de même accroché à sa position, affirmant hier, lors de la conférence de presse commune avec son homologue italien, que le traité en question doit être réformé.

Les deux dirigeants n’ont apparemment pas perdu leur temps, entre-temps, car ils ont annoncé avoir écrit une lettre commune à ce sujet au président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et au président du Conseil européen, Herman van Rompuy, et la question sera au menu du Conseil européen du mois de juin prochain. Sur la même longueur d’ondes, Nicolas Sarkozy et Sylvio Berlusconi n’ont pas hésité à demander à l’Union européenne d’“examiner la possibilité de rétablir temporairement le contrôle aux frontières intérieures” des États membres.

La lettre adressée à Bruxelles par les deux hommes précise que ce rétablissement doit être envisagé “en cas de difficultés exceptionnelles dans la gestion des frontières extérieures communes, dans des conditions à définir”. Les dirigeants italiens et français, qui affirment avoir constaté que “les pressions aux frontières communes entraînent des conséquences pour l’ensemble des États membres”, estiment que “le Conseil européen de juin doit donner l’impulsion politique permettant de dépasser les obstacles pour prendre des décisions concrètes en réponse aux difficultés actuelles”. Ils pensent que “la principale priorité pour l’Union européenne est de trouver très rapidement un accord global avec ses voisins du sud de la Méditerranée”. Le chef de l’État français  s’est donc prononcé pour une réforme du traité de Schengen sur la libre circulation des personnes en Europe face à l’afflux d'immigrants et de réfugiés en provenance notamment d'Afrique du Nord. Pour rappel, la vague d’immigrants avait provoqué ces dernières semaines de sérieuses tensions entre la France et l’Italie. Nicolas Sarkozy a notamment déclaré en présence du président du Conseil italien : “Nous voulons que Schengen vive mais pour que Schengen vive, Schengen doit être réformé.”

Le chef de l’État français a insisté sur une révision du traité en soulignant que “nous voulons le renforcement de son texte, nous voulons le renforcement de ses évaluations, nous voulons davantage de moyens pour que les frontières de l'espace Schengen soient garanties”. Et d’ajouter : “C’est justement parce que nous croyons en Schengen que nous voulons un renforcement de Schengen.” “Nous voulons le renforcement de Frontex (l'Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures, ndlr), nous voulons le renforcement des évaluations, nous voulons davantage de moyens pour que les frontières de l’espace Schengen soient garanties, et nous disons qu'il n’y a aucune raison de ne pas évoquer la clause de sauvegarde si un pays est défaillant à garder les frontières des autres”, a également précisé Sarkozy. Cette position est partagée par l’Italie, puisque Rome et Paris ont annoncé leur décision de travailler ensemble sur la réforme du traité de Schengen. Emboîtant le pas à son homologue français, Berlusconi dira : “Je le dis

franchement : les choses doivent être réglées entre des pays amis sur la base des traités existants.” Et d’expliquer : “Personne ne saurait nier Schengen, mais dans des circonstances exceptionnelles, nous pensons qu'il doit y avoir des modifications du traité de Schengen sur lesquelles nous avons décidé de travailler ensemble.” Dans ce cadre, Berlusconi a expliqué que dans la lettre adressée à Barroso, il est demandé “une collaboration des pays du sud de la Méditerranée, dans la lutte contre l'immigration clandestine et une plus grande solidarité de nos partenaires européens dans l'accueil des réfugiés”. “Les pays du Sud ne doivent pas être laissés seuls lors de grandes crises migratoires”, a-t-il indiqué, ajoutant que Rome et Paris vont travailler ensemble avec Tunis dans la surveillance des côtes tunisiennes.

Source Liberté Merzak Tigrine

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires