Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 05:00

La lutte contre la fraude fiscale qui prive ses Etats de 1.000 milliards d'euros de recettes chaque année est engagée.

barroso.jpg

 

L'Union européenne a décidé mercredi d'adopter d'ici six mois un dispositif généralisant l'échange automatique d'informations bancaires

La lutte contre la fraude fiscale qui prive ses Etats de 1.000 milliards d'euros de recettes chaque année est engagée.

Les dirigeants européens, réunis mercredi pour un bref sommet à Bruxelles, ont ainsi réussi à capitaliser sur la dynamique née ces derniers mois pour avancer sur ce dossier.

"Notant le consensus", le Conseil européen a dans son communiqué final fait part de la volonté de ses membres d'adopter d'ici fin 2013 une nouvelle directive européenne sur la taxation de l'épargne qui entrerait en vigueur début 2015.

"Ceux qui pensaient échapper à l'impôt en se réfugiant dans des paradis fiscaux aujourd'hui doivent comprendre que l'impunité est terminée, que l'opacité est en voie d'extinction et qu'il y a un risque sérieux d'être identifié", a déclaré François Hollande à l'issue de la réunion.

Derniers pays réticents à donner leur feu vert à un échange automatique d'informations, le Luxembourg et l'Autriche ont donné des signes d'un changement de position en indiquant qu'ils n'utiliseraient pas leur droit de veto sur ce dossier.

"Nous allons abandonner le secret bancaire et nous diriger vers l'échange automatique d'informations que nous voulons introduire au premier janvier 2015", a dit le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker.

Luxembourg et Vienne, qui craignent la concurrence de paradis fiscaux européens extérieurs à l'Union, n'ont pas exigé, comme le craignaient certains diplomates, que des pays comme la Suisse ou Monaco acceptent préalablement de se conformer aux nouvelles obligations européennes.

Les diplomates notent cependant qu'un échec de la Commission européenne à négocier de nouvelles conventions fiscales avec ces pays qualifiés de paradis fiscaux pourrait faire changer d'avis l'Autriche et le Luxembourg.

François Hollande a dit par avance mercredi qu'il ne pourrait pas accepter une telle conditionnalité.

"1.000 milliards d'euros"

Evaluée à 1.000 milliards d'euros annuels de recettes fiscales perdues, la fraude et l'évasion fiscale abusive ont été érigées ces dernières mois au rang de priorité absolue d'une Union européenne appauvrie par la récession mais qui a longtemps peiné à transformer l'essai sur ce dossier.

Si les mesures décidées mercredi semblent être efficaces pour lutter contre l'évasion fiscale telle que l'avait pratiquée l'ancien ministre français du budget Jérôme Cahuzac avec son compte en Suisse, des efforts restent à faire contre l'optimisation fiscale employée par des multinationales.

Les faibles impôts payés par des multinationales comme Amazon ou Google font aussi du bruit au Royaume-Uni et le récent scandale lié à l'optimisation fiscale d'Apple a aussi mis l'Irlande sous les feux de la rampe.

Le groupe est accusé d'y avoir transféré des milliards de dollars de bénéfices afin de ne pas payer le fisc américain.

"Soyons clair, la meilleure solution est d'instaurer des règles et des normes sévères au niveau mondial pour que toutes les multinationales puissent faire une contribution juste", a jugé le Premier ministre britannique David Cameron.

Afin de mieux réguler la fiscalité des entreprises, la Commission européenne doit faire des propositions aux gouvernements pour améliorer la coordination des politiques, amender une directive sur les filiales d'entreprises et se pencher sur la taxation de l'économie numérique.

Mais l'Irlande, qui a une fiscalité particulièrement avantageuse pour les entreprises entend rester attractive.

"Nous allons continuer à nous battre pour attirer des activités multinationales", a déclaré le Premier ministre irlandais Enda Kenny.

Si les pays membres de l'Union européenne s'accordent à coopérer sur les dossiers fiscaux, un diplomates européen rappelait mardi que le dossier d'une harmonisation fiscale européenne n'était pas encore à l'ordre du jour.

Source Yahoo.com Julien Ponthus

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires