Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 16:10

Après une fin de règne quelque peu brutale, les deux anciens présidents partagent une destinée commune.

Egypte sixieme jour de revolte contre Hosni Moubarak

 zine-el-abidine-ben-ali

 

Destin tragique pour Zine El Abidine Ben Ali et Mohamed Hosni Moubarak. Après une fin de règne quelque peu brutale, les deux anciens présidents partagent une destinée commune. Déchus les ex-présidents de Tunisie et d’Egypte se trouveraient, selon diverses sources, dans un état comateux. Selon des informations classées confidentielles, l’état de santé des deux ex-présidents est grave, voire critique.

Ce qui a nécessité leur hospitalisation en urgence. Selon des informations rapportées par la presse, Ben Ali et Moubarak se trouveraient dans un état comateux. L’ancien président tunisien serait victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC).

«Exilé» en Arabie Saoudite, M.Ben Ali a été admis dans un établissement réservé aux princes saoudiens sous une fausse identité, pour raison de sécurité, selon le journaliste français, Nicolas Beau, spécialiste de la Tunisie qui a révélé l’affaire. Selon France 24, des sources proches du président tunisien déchu, ont confirmé l’admission de M.Ben Ali dans un hôpital saoudien. Son état de santé est jugé critique.

Selon son entourage, l’ex-chef d’Etat tunisien, qui souffrait depuis des années, a été très éprouvé par son départ à la tête de la Tunisie. Le site Internet jssnews a confirmé auprès d’un diplomate en poste au Proche-Orient, l’hospitalisation de M.Ben Ali.

Sous couvert de l’anonymat, ce diplomate a révélé que la détérioration de l’état de santé de l’ex-président tunisien n’est pas un secret dans la mesure où l’information est partagée par les ambassadeurs de la région et même par le président tunisien par intérim.

«Ben Ali est tombé dans le coma le 15 février en fin d’après-midi. D’après ce que nous savons, son état est critique mais les meilleurs médecins du Royaume ont été dépêchés auprès de lui. Je pense même des médecins occidentaux ont également été invités à prendre l’avion le plus rapidement possible pour Djeddah. Presque tout le monde diplomatique est au courant.

Le nouveau président par intérim, en Tunisie, est également au courant et suit les évènements heure par heure», a explique ce diplomate à la même source. De son coté, Hosni Moubarak se trouverait dans un état comateux, lui aussi, dans un hôpital allemand. Le rais, déjà en phase terminale de cancer, se serait évanoui avant d’avoir prononcé son dernier discours. Il a eu déjà un malaise bien avant sa dernière intervention avant son départ. Selon la presse égyptienne, le dernier discours de M. Moubarak n’était pas transmis en direct, mais il a été enregistré.

Le quotidien basé à Bahreïn, Al-Wasat, rapporte que juste avant de partir pour Charm el-Cheikh, sur la mer Rouge, «Hosni Moubarak est tombé dans le coma». Le journal égyptien Al-Masry Al-Youm avait affirmé de son côté que le président déchu se trouverait déjà à Baden- Baden, en Allemagne pour un traitement médical d’urgence. Et d’affirmer que son état est très critique, le raïs serait entre la vie et la mort.
Source L'Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires