Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:19

"Les vrais cas de possession sont rarissimes"

exorciste.jpg

 

Oui, il est bien le prêtre exorciste du diocèse de Toulouse. Mais «l’anonymat absolu» sera la condition sine qua non de l’entretien. «Sinon, je n’aurais plus qu’à déménager», justifie-t-il, le sourire las… Tant il est déjà demandé et tant les fantasmes entourant son ministère multiplient les sollicitations.

Petit pavillon en banlieue toulousaine… Dans le salon près de la bibliothèque, l’abbé Pierre se tient en photo sur le mur, à droite d’une Vierge à l’Enfant. Laquelle contemple une longue table, couverte de dossiers, de documents et de livres érudits. Pas de traités de démonologie mais plutôt le philosophe Paul Ricoeur parlant du Mal et du Pardon… «Vous savez, le mal est une réalité, nous le voyons tous les jours à la télé. Mais il ne faut pas invoquer le Malin à tort et à travers. Jésus l’a dit : «le mal est ce qui sort du cœur de l’homme», commence alors ce père qui préfère rendre à César ce qu’on prête trop facilement à Satan.

Discret septuagénaire, lui fuit comme la peste le folklore spectaculaire et les souverains poncifs, supposés attachés à sa fonction depuis un certain film… «l’Exorciste et ses dérivés, qui continuent à faire beaucoup de dégâts puisqu’après chaque diffusion, nous sommes assaillis de demandes», résume-t-il, attristé par le «manque d’esprit critique» du temps présent.

Dans une autre vie ? Il a été juriste avant d’être ordonné, voilà quarante ans. Et depuis six ans, il est donc celui que l’archevêque de Toulouse a désigné pour assumer le ministère d’exorciste du diocèse ; prêtre qui a de la bouteille, en général, pour «une pastorale du discernement», rappelle le Service national de pastorale liturgique et sacramentelle qui publie le vade-mecum officiel sur la question.

Bon an mal an, il reçoit ainsi environ 250 personnes, en moyenne, «des hommes, des femmes de tout âge toute condition, dont la demande, le plus souvent, concerne des sorts jetés, ce qui, au passage, ne relève pas de l’exorcisme… Mais, de fait, à partir du moment où ils sont persuadés d’être la victime d’un sort parce qu’ils voient les difficultés, les accidents de la vie s’accumuler, ils vont mal et sont dans une réelle souffrance», constate-t-il. «Je les accueille alors pour les aider à alléger cette souffrance, car mon ministère est un ministère d’écoute, de charité et je ne les laisse jamais repartir sans que nous ayons dit la prière de délivrance», ajoute-t-il soulignant que la pratique du prêtre exorciste est désormais «très encadrée».

Car aujourd’hui, c’est un véritable service qu’anime le prêtre, afin de prendre en charge celles et ceux qui se croient envoûtés ou possédés. «Je travaille avec une religieuse, un psychologue et un médecin et je rends compte à l’évêque», précise-t-il.

Permanence téléphonique permettant de jauger les demandes puis rendez-vous, «en présence du médecin lorsque je le juge nécessaire, sinon je refuse», et ce, afin d’élucider les difficultés et clarifier les symptômes et leur origine…

Parmi les signes d’obsession du démon que la tradition a ainsi retenus et que Le Rituel de l’Exorcisme et Prières de Supplications liste sous sa belle couverture rouge ? Il y a, par exemple, «le fait de parler ou comprendre une langue inconnue, dévoiler des faits lointains ou cachés, faire preuve de forces qui dépassent selon l’âge et la condition des forces naturelles…»

Avec le praticien, ils ont ainsi reçu un homme qui éructait un étrange sabir pouvant laisser penser qu’il était possédé… «Mais il avait surtout besoin d’une écoute et au bout d’une demi-heure, on lui a fait remarquer qu’il s’était remis à parler normalement. Qu’il fallait donc peut-être chercher une autre piste…»

Déjouer” l’enfer du décor” pour orienter alors le patient vers un médecin, un psychologue, un psychiatre sans le brusquer ni le braquer, le mot “psychiatrie” l’effrayant souvent plus que ses propres démons… Une part non négligeable de l’art de l’exorciste, confie en substance ce prêtre qui prend donc le temps de «leur expliquer que le psychiatre est d’abord un médecin et que ça ne veut pas dire qu’ils sont fous»

Pédagogie qu’appliquent également lorsqu’ils l’estiment nécessaire ses collègues de Tarbes et Lourdes, les pères Lucat et Villeneuve. «Les gens qui se disent envoûtés ? C’est souvent une espèce d’alibi humain qui permet de rejeter sa propre responsabilité dans le mal et moi je les mets en garde contre le fait de penser Satan aussi puissant que Dieu et contre les marabouts qui fleurissent en prétendant les libérer en une séance. Ils sont d’abord une souffrance sur laquelle je les invite à mettre des mots», confie ce dernier, voyant lui aussi «progresser la superstition qui dispense du retour sur soi-même et n’épargne personne. Car il n’y a pas que les chrétiens qui me sollicitent, les non croyants aussi… Lorsque je les invite à prier, certains ne connaissent même pas le Notre Père… Et puis il m’arrive aussi de répondre à des musulmans», poursuit-il.

âgé de 89 ans, le père Lucat, lui, a repris son activité il y a 15 jours depuis la chambre de sa maison de retraite, «pour rendre service» et «j’ai déjà une quarantaine de demandes», pointe-t-il. «La première chose que je fais, c’est de leur apprendre à prier, le sens de la prière lorsqu’on dit «ne nous laisse pas tomber dans la tentation, délivre-nous du mal», ce mal qu’on laisse pénétrer en soi, qu’il faut éradiquer et qui se résume parfois à la mauvaise influence d’un proche, d’un collègue, d’un parent qui vous veut du mal», explique-t-il. Quant à Satan, l’esprit du mal justifiant un exorcisme ? «Les vrais cas de possession sont rarissimes» s’accordent-ils tous.

Cette maison «hantée» où le frigo s’arrête et repart ? «Mieux vaut appeler l’électricien… C’est comme les cas de lévitation dont on me parle en me disant «vous avez vu ! ?». Oui mais justement… je n’ai pas vu…», hoche de la tête notre prêtre toulousain. «En six ans je n’ai été confronté à aucun cas de possession au sens où nous l’entendons mais j’ai fait quelques exorcismes, car ça pouvait aider à débloquer une situation, entamer un cheminement», précise-t-il.

«Oui, rarissime à notre niveau», confirme le père Marc Prigent, ancien exorciste du diocèse de Pamiers, aujourd’hui en Bretagne. «Personnellement, en un peu plus de dix ans, je n’ai été confronté à des manifestations hors du commun que deux fois. La plus spectaculaire était une dame d’une quarantaine d’années au physique fragile qui venait volontairement. Elle a eu beaucoup de mal à entrer dans la chapelle et lorsqu’on a commencé à prier, elle s’est mise à transpirer avant de perdre le contrôle en une sorte de transe, soulevant comme des fétus de paille des bancs très lourds. La violence qu’elle exprimait était animale, avec changement de voix, d’attitude. Je lui ai demandé de se faire accompagner par un psychologue ou un psychiatre, mais elle a refusé car pour elle, elle n’était pas «folle». Comme elle ne voulait pas de cet accompagnement, je lui ai dit que dans ces conditions, je ne pouvais pas continuer non plus à l’accompagner spirituellement… Cela a été très difficile pour moi car je voyais bien qu’elle souffrait énormément…», confie-t-il. «L’ignorance, mère de tous les maux», disait le moine Rabelais. «Mais en l’état, tout n’est pas explicable par la science…» conclut le père Prigent.

«Les vrais cas de possession sont rarissimes »

Source La Dépêche du Midi Pierre Challier

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires