Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 09:13

 

“Figures et parcours, un siècle d’histoire des maghrébins en France”

france-algerie-copie-1

 

Un travail de mémoire et d’histoire. Ce support retrace plus de 100 ans de flux migratoire de l’Afrique du Nord vers la france. C’est également le parcours pour le moins chaotique de cette communauté à travers des affiches d’artistes maghrébins. 

“L’affiche s’expose, proclame, informe et revendique. Politique, artistique, publicitaire, illustre ou non, ce support caractérise particulièrement les thèmes et l’esthétique d’une époque.” c’est par le biais de ce support iconique que l’association française génériques a décidé de retracer le parcours et les figures des maghrébins en France, en mettant sur pied tout un projet artistique, dont une exposition, se déroulant actuellement au centre culturel français d’Alger, depuis le 15 mars dernier. Intitulée “figures et parcours, un siècle d’histoire des maghrébins en France”, cette exposition (présentée plusieurs fois en France et dans divers festivals) est composée d’une cinquantaine d’affiches allant de la moitie du XIXe au XXe siècle. Des affiches anciennes jusqu’aux plus récentes. En choisissant “d’évoquer par ce biais la figure du maghrébin, objet de représentation tout au long du XXe siècle, c’est cerner les stéréotypes a travers un moyen d’expression quotidien ayant tendance à disparaître sous le nombre”, est-il mentionne dans le catalogue de l’exposition. Couvrant la totalité des murs blancs de la salle d’exposition du CCF d’Alger, ces affiches sont un voyage dans le passe. Une brèche dans la muraille du temps, retraçant, a travers elles, la présence, la vie et l’engagement de la communauté maghrébine en france. Elles rappellent sans conteste “le long chemin de l’enracinement des maghrébins” en France, a travers un parcours, souvent jalonne d’embûches et autres obstacles, de femmes et d’hommes “ordinaires, en particulier des artistes”. Ces derniers ont été les témoins de l’implantation et de “l’implosion” de cette communauté dans ce pays du vieux continent.

Des affiches de Warda el-djazaïria, Slimane Azem, Hocine Slaoui, Salim Halali, Cheikh El-Hasnaoui… démontrent la forte présence des algériens, marocains et tunisiens en france. Car ces artistes se déplaçaient souvent dans ce pays (certains y ont même vécu) pour animer des soirées musicales nostalgiques, chantant pour la plupart le pays, la famille laissée, avec une voix gorgée d’émotion.

Outre leur aspect culturel ou artistique, l’exposition met a nu le regard qu’a l’occident du Maghreb : des stéréotypes, des cliches (zouaves, danseuses du ventre, eunuques, travailleurs dans les mines ou les chantiers de construction de bâtiment), des visions qui perdurent aujourd’hui, car longtemps elles ont véhicule une image et une réputation négative du “nord-africain appelle aujourd’hui maghrébin”. Il lui a fallu suivre le parcours du combattant pour s’en défaire progressivement, devenant “les acteurs de leur émancipation”. Ils on été les “acteurs privilégiés dans la destinée de ces communautés”, ainsi que “des témoins précieux de cette histoire”. De facto, ce sont ces matériaux culturels (littérature, cinéma, musique, théâtre, chanson, arts plastiques…) que cette exposition tend à retracer ce siècle de flux migratoire, venu d’Afrique du Nord. figures et parcours, un siècle d’histoire des maghrébins en France, embrasser l'histoire de ces pionniers, et ce a partir de la seconde moitie du XIXe siècle jusqu’a la fin du XXe siècle, en passant par les différentes mutations ; raconter cette histoire du point de vue de ces populations, sans négliger leur environnement ; raconter ce siècle à partir des itinéraires de personnalités, maghrébines ou françaises (de l'Emir Abdelkader, fête par Napoléon III et le Grand Orient, les marcheurs de 1983, Ahmed Ben Amar El-Gaïd, fondateur du cirque Amar, aux vedettes d'aujourd'hui) ; enfin, passer de l’état de mémoire a celui d'histoire, “sans négliger les conflits, les rencontres ni les métissages, et prenant en compte toutes les facettes de cette histoire culturelle, des orchestres judéo-allemands, encore actifs au début des années 1970, aux crispations identitaires qui nous posent question”.

“Figures et parcours, un siècle d’histoire des maghrébins en France”, exposition d’affiches de l’association générique, jusqu’au 14 avril, du dimanche au jeudi, au Centre culturel français d’Alger.

Source Liberté Amine Idjer

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires