Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 00:02

Fellag et le mécano du vendredi

fellag-copie-1.jpg

Fellag, plus qu’un nom, un antidépresseur que la Sécurité sociale doit rembourser.

Son dernier livre, Le mécano du vendredi, se lit avec les oreilles. Et tentez une mission impossible : ne pas rire. Cela commence par un sourire timide, complice, qui s’élargit au fil des phrases, avant de devenir un rire sonore, bruyant à déranger les locataires permanents du Palais du gouvernement. Et n’allez surtout pas croire que c’est un écrivain du dimanche, heu… du vendredi. Quand on aime, on écrit juste. Fellag est un éternel amoureux. L’Algérie, il l’a chevillée au cœur. Pas n’importe quelle Algérie, celle des petites gens. Celle qu’on ne voit pas d’El Mouradia, même avec des jumelles. Le télescope Hubble n’y peut rien.

Alors, le talent et la tendresse pallient cette cécité. Et parce qu’il faut sortir la littérature de son vase, Fellag a pris sa Renault 4, en «guewriya» 4L, cette petite voiture sabot que tout chauffeur algérien répare lui-même, «hchouma» (la honte) d’aller chez le garagiste, pour nous raconter une histoire, multitudes d’histoires, qui désacralisent et l’Algérie officielle et l’écriture prétentieuse, car creuse. Non, Fellag n’est pas un artiste, un écrivain subventionné. Le mécano du vendredi est une formidable description de l’Algérie, des Algéries. Avec des mots simples, mais tournés d’une façon magistrale, il nous narre avec un humour salvateur une société éclatée, schizophrénique, où les marionnettistes ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

S’il convoque le passé, c’est pour mieux dire le présent. Réconciliation, Fellag nous réconcilie avec nous-mêmes, allant jusqu’à piocher un peu d’amour en nous. Bon, c’est l’histoire d’un mec… Non, d’un amour impossible entre le personnage et Zoubida, sa voiture. Un amour impossible, capricieux. Tout dépend de la batterie, Sonelec, mon amour. «Nbghik même b’shour», pourvu que tu fonctionnes. «Walou», rien de rien. Tous les amours ne finissent pas mal en général, sauf si le delco te lâche ou que tu embrasses un camion. L’absurde rattrape le quotidien, ou le contraire, et l’auteur s’amuse à se perdre dans les dédales de l’Algérie des années 1980. La débrouille élevée en art de vivre. Euphorisant.

Donc, c’est l’histoire d’un mec, Youcef, remercié par la Télévision nationale (pas publique, hein) à cause de son talent et de ses idées louches, même pas capable de suivre les orientations officielles, qui passe sa vie à lui courir derrière. Et ce n’est pas sa 4L qui lui permettra de la rattraper. Plus il pousse, plus il fait du surplace. Avec un rare talent de narration, Fellag déconstruit le récit et crée son propre style. Derrière l’ironie, l’humour se cache un cœur tendre. Une ode à Alger. Et pour mieux savourer ce récit à la Buster Keaton, Jacques Ferrandez, l’auteur notamment des Carnets d’Orient, apporte son crayon tout au long du livre. A abuser sans modération. Ce n’est pas du cinéma, enfin si, courez à la première librairie. Laissez votre 4L, prenez les transports. C’est plus sûr.

Source El Watan Remi Yacine

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

HALET 16/11/2010 10:25



Je vais l'acheter ! Merci de l'information ! A bientôt !



Le Pèlerin 17/11/2010 21:41


Salut Geneviève, Tu ne le regretteras pas Tu risque de rire, rire et rire encore Bonne soirée Henri