Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 05:47

Le Rush sur la Tunisie

rush-sur-la-tunisie.jpg

 

Passer de l'année 2012 à l'année 2013 n'est pas, pour beaucoup d'Algériens, un évènement qui passe inaperçu. La preuve est que des milliers d'entre eux se sont approchés des agences de voyages en vue d'inscrire leurs noms sur les listes des voyages organisés.

Les agences de voyages que avons rapprochées ont toutes été unanimes à dire que la Tunisie reste la destination préférée des Algériens. «C'est évident que le voisin de l'Est draine les foules, puisqu’il offre des services de qualité à des prix imbattables», dira une employée d'une agence à Alger. Pour elle qui s'y connaît en prix des différentes destinations, un «réveillon en Tunisie coûte parfois huit fois moins, parfois davantage, cher que dans un pays européen». La Tunisie, dont l'économie a fortement reculé à cause de la «révolution», n'a cessé, rappelons-le, de faire des clins d'œil aux touristes algériens. En effet, une série de rencontres et de visites ont été organisées par des professionnels tunisiens du tourisme, pour promouvoir la destination Tunisie.

Une politique qui, semble-t-il, paie bien, puisque après un léger recul, durant l'année 2011, la dynamique a bel et bien repris cette année. Et pour le réveillon 2013, à croire les agences de voyages, cette destination reste indétrônable, et elles s'attendent à que le nombre d’Algériens qui l'emprunteront sera plus élevé. Elles misent, les unes et les autres, sur un chiffre d'affaires, à même de «rattraper» les pertes des périodes creuses.

Et comme se rendre en Tunisie ou ailleurs, ne nécessite pas forcément le passage par les agences de voyages, des Algériens ont déjà pris la décision de partir en famille ou en ami(e)s, et souvent par route. C'est le cas de Kahina et Hakim, nouvellement mariés, qui ont décidé de se rendre à Sousse par leurs propres moyens.

«C'est un peu plus cher que d'aller en groupe, mais un voyage en guise de cadeau à ma femme, ça vaut bien des dépenses supplémentaires», dira Hakim. Et à Kahina d'ajouter: «Et puis, nous voulons être seuls, sans qu'il y ait d'entourage immédiat». Mokrane, Hamid, Omar, trois amis banquiers, préfèrent, eux aussi, se passer des agences de voyages. «J'ai eu une mauvaise expérience avec elles. J'ai payé cher pour un voyage organisé en Turquie. En arrivant là-bas, l'équipe censée nous encadrer, nous a tout simplement laissé tomber», raconte Mokrane, le plus âgé des trois amis.

Le désert algérien boudé

Notons que dans le cadre des voyages organisés, les compagnies aériennes, ainsi que les hôtels accordent des réductions substantielles allant parfois jusqu'à 40%, ce qui ne tente pas tous les Algériens désirant passer le fête du nouvel an ailleurs. A noter également que ce ne sont pas tous ceux qui ont les moyens de vivre le passage d'une année à une autre ailleurs qui usent de leurs passeports. Les uns opteront pour des hôtels, des restaurants, des boîtes de nuit… algériens. Mais rares sont ceux qui penseront au désert algérien. Même les agences de voyages avouent que cette destination n'est que peu prisée. «On n'a pas la culture du tourisme itinérant», dira un gérant d'une agence de voyages, rappelant que 180 agences spécialisées dans le tourisme saharien sont sur le point de mettre la clé sous le paillasson.

Les personnes interrogées se demanderont d'ailleurs pourquoi se rendre dans cette partie du monde à l'occasion d'un réveillon. «Ce n'est qu'une soirée à vivre chaleureusement entre amis ou en famille. Il faut que ça soit d'abord explosif. Le désert c'est pour méditer et se ressourcer, pas pour s'éclater», nous déclare Amine qui vient d'entamer la trentaine.

Déficit en infrastructures

Argument qui tient bien la route ! Mais y a-t-il des coins où passer un réveillon explosif, chaleureux ou encore convivial et respectueux selon, bien sûr, les goûts et les sensibilités ? «Il faut juste que le décor soit spécial, la bouffe délicieuse, et la bûche présente», rajoute Amine qui ne se soucie pas du reste. Pour lui, que l'endroit soit réputé indécent, que les femmes y soient trop sexy, que l'alcool coule à flot, c'est encore mieux. «Le réveillon c'est une fois par an, et on doit le vivre pleinement», conclut-il. Ce n'est bien évidemment pas l'avis de tout le monde. Des personnes rencontrées ne trouvent pas d'autres alternatives que de passer la fête de fin d'année chez elles ou, au mieux, avec la grande famille. Ahmed, cadre aux PTT, père de trois enfants, regrette le fait qu'il n'y ait pas d'endroits respectables où aller en famille. «On devrait penser aux familles algériennes dont la majeure partie sont conservatrices. L'année passée, on m'a chanté les louanges d'un restaurant.

Je suis allé avec ma femme et deux de mes enfants. Je me rappelle qu'à partir de 21 heures, le climat est devenu insupportable et l'air irrespirable. Résignés, nous sommes rentrés à la maison».

Il faut bien dire qu'en Algérie, les infrastructures hôtelières manquent terriblement.

C'est ce qui fait, selon Madjid Djeridi, président du Syndicat national des agences de voyages, que les prix soient si élevés sans pour autant que les services soient de qualité.

C'est d'ailleurs l'une des causes – si ce n'est la cause principale – qui fait que les Algériens se tournent vers les pays voisins pour des vacances ou les fêtes. «Si mes calculs sont bons, à trois, nous passerons une semaine pour quelque 40 000 Da en Tunisie. En Algérie, c'est le prix à payer pour une soirée médiocre, une bouffe pas fameuse et un piètre service», dira Omar et d'ajouter : «Jugez-en vous-mêmes !»

Source Les Débats Hamid Fekhart

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires