Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 06:42
Une véritable catastrophe face à la politique de l’arrosoir !
le-feu-dans-les-Aures-une-catastrophe.jpg 
Préambule du Pèlerin
Voilà ce qui arrive lorsque l’on décide de ne pas investir dans les moyens adéquats de lutte contre le feu  
La population subit la canicule et les feux de forêts ajoutent un peu plus au calvaire qu'endurent les citoyens, précisément ceux des Aurès qui sont une région très boisée. Mais au demeurant ce sont pas mal de régions d'Algérie qui sont touchées par les incendies dus en partie à cette forte canicule qui sévit mais aussi aux pyromanes qui provoquent des sources de chaleur insupportable. Les soldats du feu sont sur tous les fronts et s'activent à limiter les dégâts. Mais combien d'hectares de forêts sont-ils partis en fumée ?  
Les Canadairs, moyens de lutte appropriés sont d’un prix d’achat jugé excessif (entre 20 et 25 millions de dollars) …Et puis il faut en assurer la maintenance…. !!!!...C’est encore cher..Et il faut disposer de spécialistes et de moyens humains …et d’une volonté d’agir…Alors l’on vient de décider d’acheter des hélicoptères…Pourquoi pas des arrosoirs…  
Les campagnes de reboisement ne sont plus d'actualité... depuis le barrage vert lancé en 1974 qui fait toujours triste mine.Et puis ces feux n'ont pas lieu à Alger ou à Tlemcen....
Un article de l’Expression sur le sujet       
Rien que pour la journée d'avant-hier, Ighil Guefri, village situé dans la commune de Larbaâ Nath Iraten, a vu tous ses alentours ravagés par un grand incendie.  
Les feux de forêts continuent de ravager des espaces forestiers dans la wilaya de Tizi Ouzou    
Après l'arboriculture et le patrimoine végétal ce sont les populations qui sont à présent en danger. Rien que pour la journée d'avant-hier, Ighil Guefri, village situé dans la commune de Larbaâ Nath Iraten a vu tous ses alentours ravagés par un grand incendie. Plusieurs maisons étaient encore hier face au danger. Des unités de la Protection civile étaient encore en train de défendre le village menacé.
En fait, la situation que vit le village Ighil Guefri n'est pas nouvelle. Depuis plusieurs semaines, près d'une centaine d'incendies ont été signalés par les habitants et confirmés par les bilans de la Protection civile de la wilaya de Tizi Ouzou. Ceux-ci font état de pertes incommensurables dans le patrimoine arboricole et végétal.
Aussi, est-il à relever que l'oliveraie, seule et unique vocation de la wilaya, a subi une véritable razzia des flammes. Ce sont, en effet, quelque 36.000 oliviers sur les 40.000 arbres fruitiers, qui sont partis en fumée rien que dans les dernières semaines. Selon un dernier bilan obtenu auprès des services de la Protection civile ce sont pas moins de 850 hectares de différentes formations végétales qui ont été ravagés par les feux. Quelque 4825 ha de végétation, dont 2670,5 ha de forêts, 666 ha de maquis et 908 autres de broussailles qui ont également été perdus et la catastrophe se poursuit encore.
Par ailleurs, les responsables des services de l'agriculture et de la Protection civile s'accordent à dire que c'est l'année la plus dévastatrice pour le couvert végétal. Les pertes subies cette année, estiment-ils, sont 13 fois supérieures à celles de l'année dernière. Ces affirmations sont bien évidemment corroborées par les statistiques qui font état de 10 foyers d'incendie par jour alors qu'il n'était dénombré que 79 tout au long de l'été de l'an dernier.
Cependant, ce qui ne semble pas aller dans le sens de la vision des populations, ce sont les causes avancées par les mêmes services.
Ces derniers incombent la multiplication des feux, cette année, à la forte canicule et la forte présence d'un lit dru de combustibles fait de branchages cassés et d'herbes tassés sous le poids d'importantes quantités de neige qui se sont abattues sur la région.
Des arguments partagés en partie par les citoyens qui s'accordent effectivement sur le délaissement de leurs terres mais qui estiment que les raisons citées ne suffisent pas pour provoquer un sinistre d'une telle envergure.
Enfin, il est à signaler que les feux de forêts ont toujours été constatés nombreux en période estivale dans les montagnes de la wilaya de Tizi Ouzou.
Les citoyens sont habitués à ce phénomène mais lorsqu'il était réduit à sa stricte dimension. Cette année, estime un grand nombre de villageois, les ravages n'ont pas d'égal. Des responsabilités devraient être tirées concernant le facteur humain surtout car le facteur naturel est l'affaire des paysans.
   
Source L’Expression Kamel Boudjadi
 Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires