Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 04:31

L’Algérie humiliée

sellal-remet-la-coupe.2013.jpg 

Il ne s'agit pas d'une simple entorse au protocole: c'est une insulte aux représentants de l'Etat, aux corps constitués, aux élus du peuple et aux ambassadeurs étrangers venus assister à la fête.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Tahmi, revient bredouille des vestiaires du Mouloudia. Il n'a pas pu convaincre Omar Ghrib et consorts à venir à la tribune officielle. Grandeur et décadence...

L'instant paraissait une éternité, l'image suivie par des millions de téléspectateurs algériens et des pays arabes était grave: une médaille à la main, le Premier ministre attendait... Flegmatique et imperturbable, Adelmalek Sellal attendait des joueurs qui refusaient de rejoindre la tribune officielle pour recevoir leurs médailles. Ce mercredi 1er mai, le doyen des clubs algériens vient de franchir le rubicon. Grave erreur. Au lieu de taper sur le ballon, les joueurs du MCA ont foulé aux pieds l'honneur de la République. Que reste-t-il à faire après un pareil dérapage, une pareille offense à l'Etat? Il ne s'agit pas d'un simple impair ou d'une entorse au protocole: c'est une insulte à la République, au Premier ministre, représentant de l'Etat algérien, une insulte aux corps constitués, aux élus du peuple représentés par le président du Sénat et du président de l'APN, une insulte aux ambassadeurs étrangers venus assister à la fête de l'Algérie, une insulte aux 100.000 spectateurs présents au stade du 5-Juillet et qui ont fait preuve d'une sportivité exemplaire et enfin une suprême insulte aux millions de téléspectateurs rivés ce jour-là à leur écran de télévision. Que dire alors de l'appel lancé par le chef de l'Etat sur son lit d'hôpital du Val-de-Grâce, appelant les deux équipes à la sportivité.
Le président de la République, a, en effet, souhaité que les finales de la Coupe d'Algérie de football et de la Coupe d'Algérie militaire de football soient «des événements qui fassent honneur au sport algérien» et «une fête empreinte de concorde et de fraternité». L'appel n'a pas été entendu et les usages n'ont pas été respectés. Jamais un club algérien n'a osé commettre un geste d'une aussi grave irresponsabilité. Il a fallu le club mythique du MCA pour gâcher la fête de cette 49ème édition de la finale de la Coupe d'Algérie.
Le fameux MCA, jadis symbole du patriotisme, a basculé en 90 minutes, l'espace d'une simple rencontre de football et devenir la honte du football algérien et de la sportivité. Mais ce club a des dirigeants et ces dirigeants ont failli. Ils ont terriblement failli. Savent-ils au moins que l'Algérie a frôlé une véritable catastrophe comme celle qui s'est produite en Egypte à Ismaïlia? A ce niveau, il convient de rendre un vibrant hommage aux supporters du MCA qui ont fait preuve d'une sportivité exemplaire! Par leur réaction, ils viennent de démontrer que les dirigeants du club sont trop petits pour le géant MCA.
Le nom d'un certain Ghrib anime toutes les discussions, sur les réseaux sociaux, dans les cafés, les places publiques et dans la presse. Mais qui est cet illustre personnage qui focalise subitement l'opinion nationale? Certains vont jusqu'à affirmer que c'est un dealer! D'autres avancent qu'il aurait lui même incité les joueurs à ne pas monter à la tribune officielle pour recevoir les médailles. M.Ghrib qui n'a pas de fonction officielle au sein du club est tout juste le coordinateur de la section football. Le président du MCA a un nom: il s'appelle Kamel Amrouche. Il porte le titre de président du conseil d'administration de la Spa/ MCA. Pourquoi a-t-il laissé l'initiative à M.Ghrib d'être qualifié de véritable président du club? Mais n'est-ce pas là une conséquence logique quand on confie un club aussi prestigieux, aussi influent, aux mains de personnes irresponsables?
A cette allure, il faut vraiment craindre que le pire est à venir dans nos stades de football. Quand on arrive à défier l'Etat sans crainte, on est aussi capable de causer la mort de milliers de personnes sans état d'âme.
Lundi prochain, la Fédération algérienne de football se penchera sur ce grave incident.
Les observateurs sont catégoriques: le châtiment doit être exemplaire, sans pitié et sans concession aucune. Car l'affaire est grave et elle interpelle tous les responsables du football national en premier lieu, le président de la FAF, Mohammed Raouraoua, le directeur général de Sonatrach, le ministre de la Jeunesse et des Sports.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires