Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 05:31

Football - Un Lyon au-delà du Real -  Grâce à un match nul 1-1, les Lyonnais éliminent le Real de Madrid...
lyon-real.jpg

Miralem Pjanic va s’en souvenir toute sa vie. Le jeune meneur de jeu de l'OL a propulsé mardi son club en quart de finale de la Ligue des champions en inscrivant le but de l'égalisation face au Real Madrid (1-1) à un quart d'heure de la fin du match. «Jouer à Madrid devant autant de spectateurs, c'est magnifique, un rêve pour tout joueur », avait-il déclaré trois jours auparavant. Le Bosniaque est allé au bout de son rêve et a plongé les Madrilènes dans le désarroi, eux qui n'ont plus franchi les huitièmes de finale depuis cinq ans et qui aspiraient à remporter une dixième coupe aux grandes oreilles en mai prochain, sur leur pelouse du stade Santiago-Bernabeu.
L'OL tient donc le plus grand exploit de son histoire et est décidément la bête noire du Real qui ne s'est jamais imposé en six confrontations. Pourtant, pas grande monde ne parie sur une qualification des Lyonnais au terme d'une première période archi-dominée par les Merengue (9 tirs à 1 et 65 % de possession du ballon en faveur du Real). «Nous avons évité le pire», reconnaît Claude Puel à l'issue du match.
Dès la sixième minute, Cristiano Ronaldo ouvre la marque d'une frappe croisée qui passait entre les jambes d'Hugo Lloris. Asphyxiés par les vagues qui déferlent sur eux, les partenaires de Cris plient mais ne rompent pas. Gonzalo Higuain loupe le coche juste avant la pause en frappant sur le poteau alors que le but est grand vide (40e). Au retour des vestiaires, l'OL, métamorphosé, se montre plus agressif et se projette plus souvent dans le camp adverse avant de trouver la récompense de ses efforts par Pjanic. Lisandro et Cesar Delgado peuvent même enfoncer le clou, mais les deux argentins manquent de lucidité dans leur dernier geste. Pas grave, Lyon est déjà au septième ciel.
Source 20minutes.fr Stephane Marteau
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires