Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 15:10

Algérie - France / Partenariat économique - «Les gros dossiers réglés à 90 %»

Jean Pierre Raffarin-copie-1

 

«Nous continuerons à travailler et établirons un bilan à la faveur de la visite de M. Raffarin en Algérie, annoncée pour les 30 et 31 mai, mais globalement les gros dossiers de coopération économique au nombre de 12 sont réglés à 90%...». C’est ce qu’a affirmé hier le ministre de l’Industrie, qui a précisé au sujet du dossier Renault dont l’investissement va dépasser le milliard d’euros, que «l’Algérie n’envisage pas de réaliser une usine de montage mais a une vision de développement d’une filière dans l’automobile avec des pôles d’intégration supérieure à 50%».

C’est ce qu’a affirmé, hier, le ministre de l’Industrie, de la PME et de la promotion de l’investissement lors d’un point de presse conjointement animé avec Jean-Pierre Raffarin, l’ancien Premier ministre français et sénateur, chargé du suivi de la coopération économique entre l’Algérie et la France. «Nous continuerons à travailler et établirons un bilan à la faveur de la visite de M. Raffarin en Algérie, annoncée pour les 30 et 31 mai, mais globalement les gros dossiers de coopération économique au nombre de 12 sont réglés à 90%, même s’il reste cependant quelques petites questions en suspens», a déclaré M. Benmeradi. Au sujet du dossier Renault dont l’investissement va dépasser le milliard d’euros, le ministre a indiqué que «l’Algérie n’envisage pas de réaliser une usine de montage mais a une vision de développement d’une filière dans l’automobile avec des pôles d’intégration supérieure à 50%». «Renault a été très sensible à notre démarche et parallèlement à la chaîne de carrosserie, nous avons demandé que des parties importantes de la production industrielle, notamment de l’emboutissage soient prises en charge et notre demande a été acceptée», a-t-il affirmé. Si la question du développement d’une filière automobile a été ficelée avec le constructeur français, il reste cependant «des points» qui sont encore en négociation entre les deux parties, notamment ceux liés aux modalités de commercialisation et de distribution du produit de la joint venture. «Pour l’instant, il n’y a pas encore d’accord entre l’Algérie et la France sur le dossier Renault, mais aussi très peu de points de divergence et lorsqu’un accord de confidentialité sera signé par les négociateurs algériens et ceux de Renault, des rounds de discussions seront engagés» a-t-il affirmé.
L’investissement du groupe Total, qui est estimé à 5 milliards d’euros, est un autre dossier sur lequel les deux parties ne sont pas arrivées à un accord. «L’Algérie n’est pas encore arrivée à un accord avec ce groupe qui a demandé à être associé y compris à l’étude sur l’approvisionnement en intrants», a expliqué le ministre relevant que Sonatrach est en train de parachever une étude qui sera mise à la disposition du partenaire. Concernant le dossier Sanofi Aventis, le ministre a indiqué qu’il est «totalement réglé aujourd’hui, et l’investissement est en train de se réaliser.» Il en est de même pour l’investissement dans le verre et la chimie avec Saint Gobain, a ajouté le ministre, ainsi qu’avec le groupe Lafarge présent en Algérie. Sur le projet du métro d’Alger, le ministre a fait part de son «optimisme» en confirmant qu’il sera livrable avant la fin de l’année. Pour sa part, M. Raffarin a estimé que «tout ne sera pas réglé évidemment mais un grand nombre de dossiers a avancé de manière très significative». «Notre objectif n’est pas le court terme mais de construire des stratégies industrielles pour partager la croissance», a-t-il dit.

Source Infosoir

Synthèse B.M.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires