Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 04:51

La guerre des mémoires n’aura peut-être pas lieu.

france-algerie-copie-1

 

Alors que côté algérien et côté français on s’affronte autour du cinquantenaire de l’Indépendance avec deux lectures diamétralement opposées de la séquence coloniale, en sus des préparatifs pour en faire un événement grandiose, l’association France-Algérie propose d’emblée une autre direction pour le regard. Une autre vision qui ne fasse pas abstraction du passé.
Autour de Chevènement, président de l’association, des personnalités de divers horizons des deux pays ont ouvert des pistes de coopération qui dépassent le débat passionné autour de l’avenir et de la relation entre les deux pays.
Reste à savoir si une telle initiative peut influer sur le processus d’hostilité engagé entre Alger et Paris autour de la question de la mémoire.
2012 oblige, l’Élysée a déjà annoncé la couleur avec les effets positifs de la colonisation pour arriver à l’institution de la mémoire pour glorifier un passé émaillé d’événements peu glorieux de par leur horreur. La réplique d’Alger ne revêt pas encore un caractère officiel, mais s’annonce aussi sur le même ton. Un chœur discordant pour célébrer la mésentente un demi-siècle après l’Indépendance contrastant des deux côtés avec ces intentions récurrentes sur une prétendue volonté d’aller de l’avant, d’expurger le partenariat “exceptionnel” du parasitage. Une loi pour rendre hommage aux occupants civilisateurs, leurs supplétifs en France et une autre, déjà gelée, pour dire l’inverse dans un jeu qui paraît aujourd’hui foncièrement politicien et déconnecté de la réalité et des ambitions des deux peuples.
Tout comme le FLN qui en fait son principal cheval de bataille, de la surenchère parfois, sous le sceau de la légitimité historique, sa raison d’être, la droite française a vite oublié le traité d’amitié, le partenariat stratégique et les relations exceptionnelles enterrés dans le sillage de sa nouvelle politique qui fait table rase de tout ce qui a été (du moins a-t-on essayé) construit.
Ne faudrait-il pas s’inspirer du colloque de l’association France-Algérie pour avancer ? Les politiques sont malheureusement rivés à des enjeux et considérations qui ne tiennent souvent compte que de leurs propres ambitions.
Source Liberté Djilali Benyoub

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires