Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 06:00

Un geste d'apaisement envers l'Algérie

Manuel Valls

Manuel Valls ministre de l’intérieur

 

«Il n'y a pas de projet à modifier l'accord bilatéral», a indiqué l'entourage du ministre Manuel Valls.

Est-ce un premier geste de la France pour des relations apaisées avec l'Algérie comme promis par le président François Hollande? A une semaine de la visite du président François Hollande à Alger, Paris a officiellement renoncé à amender un accord bilatéral de 1968 organisant l'entrée et le séjour des Algériens en France, après deux ans de négociations infructueuses, a indiqué avant-hier, le ministère de l'Intérieur. «Il n'y a pas de projet à modifier l'accord bilatéral», a indiqué l'entourage du ministre Manuel Valls. «Ça ne veut pas dire qu'on ne travaille pas sur le sujet. Il y a un groupe de travail avec le gouvernement algérien» pour débattre de ces questions, a-t-on précisé de même source sans donner plus de détails.
Pour les observateurs, cette décision prise en ce moment précis, n'est autre qu'un geste d'apaisement des relations entre les deux pays, pour donner à cette relation dont la dimension humaine est importante, un «élan nouveau», nous affirme une source diplomatique. Pour l'entourage du président Hollande, la relation avec l'Algérie «est indispensable de par l'histoire et la densité des liens humains». Plusieurs millions, sept selon des chiffres non confirmés officiellement, sont directement concernés par la nature des rapports qu'entretiennent les deux pays. La France «a le souci de faciliter la situation des Français vivant en Algérie et souhaite donc que certaines questions plus larges que l'Accord de 1968 soient abordées», avait déclaré Manuel Valls lors d'un déplacement à Alger à la mi-octobre. Les Accords de 1968, issus de l'esprit des Accords d'Evian ont été utilisés comme moyen de pression sur l'Algérie par la droite française pendant plusieurs années. En 2010, le gouvernement de Nicolas Sarkozy a entamé des négociations avec les autorités algériennes dans le but de maîtriser l'immigration en provenance d'Algérie. Catégorique, Alger a catégoriquement refusé de revoir les accords de 1968. «Les Français veulent nous traiter comme les Turcs ou les Pakistanais. Ils oublient que l'Algérie est un pays particulier du fait de l'histoire entre les deux peuples», dénoncent des sources proches du gouvernement. Les Algériens bénéficient en France de certains privilèges à la faveur de cet accord. Ils sont par exemple les seuls étrangers à disposer d'une carte de séjour valable 10 ans. Les sans-papiers algériens sont également les seuls étrangers régularisables sans conditions au bout de 10 ans de présence continue sur le territoire français. L'Accord de 1968, amendé à trois reprises, organise l'entrée, le séjour et l'emploi des Algériens en France, selon des règles dérogatoires au droit commun. Sur certains points, les Algériens sont favorisés par rapport aux autres étrangers (notamment en matière de regroupement familial), sur d'autres points, ils sont perdants (notamment pour les étudiants).

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires