Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 05:03

France - Badinter dénonce "l'imposture" de Sarkozy sur la sécurité

robert-badinter.jpg

La politique de sécurité dont Nicolas Sarkozy vante le succès depuis dix ans n'est qu'une imposture qui a eu peu d'effets réels mais a désorganisé la police et la justice, estime Terra Nova, club de réflexion proche du Parti socialiste.

Dans un rapport diffusé mardi, ses auteurs appellent les candidats à la présidentielle à "éviter de poursuivre cette course en avant" et prônent une remise à flot des politiques de sécurité publique sur au moins dix ans.

Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a été chahuté à l'Assemblée nationale par les élus socialistes, en particulier Manuel Valls, qui l'ont sommé de tirer les leçons des échecs de la majorité sur la sécurité.

"Menteur, menteur", ont scandé les députés PS alors que Claude Guéant répétait son credo d'une baisse de la délinquance, après avoir fait un lapsus : "Cette année, la délinquance a recruté dans ce pays."

La gauche met en avant la persistance des violences aux personnes dans le bilan sécuritaire de l'UMP, mais Claude Guéant invoque une baisse des violences les plus dures, notamment celles commises par les malfaiteurs.

Le rapport de Terra Nova, qui dit s'appuyer sur des données législatives et scientifiques, dénonce la culture du chiffre impulsée par Nicolas Sarkozy dès son accession au ministère de l'Intérieur en 2002 et une frénésie pénale sans effet réel.

L'ancien ministre socialiste de la Justice Robert Badinter, qui a inspiré et préfacé le rapport, a dénoncé lors d'une conférence de presse un "concours Lépine de la compassion" et une "exploitation cynique" des chiffres de la délinquance.

Il reproche au chef de l'Etat d'avoir masqué "sa politique répressive "sous les traits de la compassion", afin "d'accabler la gauche", censée faire preuve de laxisme et d'angélisme.

Qui sont les victimes épargnées ?

Au chapitre des "mystifications" et du "charlatanisme", Robert Badinter s'est élevé contre la présentation d'un chiffre unique et global de la délinquance, tout en reconnaissant que cette pratique existait aussi sous la gauche.

Selon lui, réunir des formes distinctes de délinquance sous une "étiquette unique" pour dire que la délinquance a reculé ou augmenté n'a aucun sens.

"On ne dit pas la maladie a reculé", a-t-il ironisé.

Robert Badinter s'est élevé en particulier contre le recours par le gouvernement à la notion de "victimes épargnées", ironisant sur une "armée fantôme" de victimes qui n'ont d'existence "que comptable."

"Au moins permettent-elles à l'actuel ministre de l'Intérieur Claude Guéant de se targuer d'une baisse de 500.000 victimes par an. D'où sortent ces victimes épargnées ? Il n'a à aucun moment expliqué comment il arrivait à ce chiffre, sinon le lier à 17% de baisse de la délinquance" depuis 2002, a-t-il dit.

Le rapport de Terra Nova, signé par les magistrats Valérie Sagant et Benoist Hurel, ainsi que par l'avocat Eric Plouvier, rejoint les critiques formulées de longue date par des sociologues, syndicats de police et responsables de gauche.

Tous ciblent la "culture du chiffre" qui a entraîné selon eux des effets pervers, éloigné la police de la population et dont les résultats "contredisent les discours volontaristes."

Ainsi, les vols restent à un niveau élevé et les violences, qui alimentent le sentiment d'insécurité, "demeurent une préoccupation majeure", selon le rapport de Terra Nova.

"Il y a eu une pression sur les policiers, les gendarmes et les magistrats pour produire de bonnes statistiques plutôt que de bons services à la population", a dit Valérie Sagant.

Elle a cité en exemple le fait pour les enquêteurs de multiplier les interpellations d'usagers de stupéfiants (140.000), qui ont doublé en dix ans, et sont plus faciles à réaliser que celles des trafiquants.

Cette politique s'est également traduite, selon le rapport, par dix années de recul de la prévention de la délinquance.

Source Boursier.com Reuters - Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires