Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 08:31

Contrairement au Président Escalettes, Patrice Evra souhaitait que Nicolas Anleka reste avec les Bleus.

escalettes-evra-anelka

 

 

La journée de samedi aura été rythmée par l'affaire Anelka. Depuis l'annonce du clash jusqu'à la conférence de presse donnée par Jean-Pierre Escalettes et Patrice Evra, les rumeurs ont valsé, certaines fondées d'autres pas. Au final, Anelka est parti pour Londres exclu par la Fédération alors que les joueurs souhaitaient qu'il reste. Entre Evra et Escalettes, les points de désaccord ne manquent pas.

Contrairement au président Escalettes, Patrice Evra souhaitait que Nicolas Anleka reste avec les Bleus.

 Il paraît que c'est la faute de la presse. Et pour une fois, ce n'est sans doute pas complètement faux. L'exclusion de Nicolas Anelka pour le reste de la Coupe du monde représente un message fort. La lecture brute, cause conséquence, mérite néanmoins quelques éclaircissements survenus tout au long d'un samedi un peu fou. En effet, l'annonce du clash entre Raymond Domenech et Nicolas Anelka est tombée dès vendredi soir.

C'est à ce moment-là, alors que la presse s'est déjà emparée de l'histoire pour la relater, que Jean-Pierre Escalettes, président de la Fédération française de football, a été mis au courant. Il l'a avoué lui-même au cours de la conférence de presse qui s'est déroulée samedi à l'hôtel Premier de Knysna, cadre des habituels rendez-vous avec les Bleus en Afrique du Sud. La rencontre quotidienne avec la presse, initialement prévue à 13 heures a été décalée en fin d'après-midi, peu avant midi sans que cela n'étonne personne. Non pas pour l'habitude prise par le staff de reporter ces dites conférences mais bien par la nouvelle de l'altercation entre Raymond Domenech et Nicolas Anelka.

Evra et le traître

L'entraîneur des Bleus allait-il retrouver de la voix en dehors des conférences de presse d'avant et après match ? Non. Ce sont finalement, Jean-Pierre Escalettes, président de la Fédération française, Patrice Evra, capitaine des Bleus, et Jean-Louis Valentin, directeur de l'équipe de France, qui sont venus apporter la parole officielle. Un débat parfois très tendu, notamment autour de l'utilité de placer les insultes que Nicolas Anelka n'a pas reconnu avoir prononcées (il ne conteste pas le fond en revanche) à la une d'un quotidien national.

Une position commune sur ce point entre Escalettes et un Evra particulièrement virulent à ce sujet. Sur le fond, cela n'est guère étonnant puisque c'est ce point qui confirme qu'un (ou plusieurs d'après nos informations) joueur au moins a « balancé » les informations à la presse. La présence d'une taupe lézarde donc les belles histoires d'union sacrée au sein du groupe. Si personne n'était dupe, c'est désormais officiel. Aujourd'hui, je ne peux pas dire que le groupe est sain puisqu'il y a un traitre, a lâché Patrice Evra.

Escalettes et Evra en désaccord

Mais le joueur de Manchester United était surtout en désaccord avec la sanction. Il y a les mots qui ne trompent pas puisque lorsqu'un journaliste lui a demandé qui dans le groupe souhaitait qu'Anelka reste, il a répondu d'une manière franche et massive « tous ». Fermez la parenthèse. Escalettes placé à côté de lui aura apprécié. Ce n'est pas le seul moment croustillant de la séance, loin de là. Car le président de la FFF va jouer le couplet de l'erreur est humaine, cela arrive dans tous les clubs... Un autre journaliste insiste et le prend au mot en disant : «Pourquoi l'exclure dans ces conditions si cela arrive tout le temps dans un vestiaire. Vous ne donnez pas la bonne raison ! » Si les caméras avaient l'objectif braqué sur le visage du président de la FFF, dans la salle il n'aura échappé à personne l'approbation de la tête de Patrice Evra très clairement en accord avec les journalistes sur ce point. Finalement, entre les lignes, le Mancunien est convaincu que si cet accrochage n'avait pas fait la Une, Anelka serait encore à l'hôtel Pezula...

On notera également une volonté non feinte d'Escalettes de protéger un Raymond Domenech resté au chaud. Le «il n'était pas prévu ce soir» n'a convaincu personne et fait rire toute la salle. Le président de la FFF n'a pas insisté. Une prestation qui confirme la sensation diffuse d'incompréhension générale et qui ne résout finalement pas grand-chose. En revanche, Anelka n'est plus là, Raymond Domenech reste coincé face à ses choix et les Bleus restent lancés dans la quête d'un miracle mardi face à l'Afrique du Sud.

Source El Watan Yazid Ouahib

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

S


Je pense pas que Zidane soit mêle de près ou de loin avec cette histoire d'agitation sournoise au sein des bleus! C'est évident que Zidane ne porte pas dans son coeur
l'entraineur Dominique mais aller jusqu'à inciter des joueurs à aller le voir, sous prétexte de changer une stratégie de jeux c'es malsain! Allez chercher des problèmes pour Zidane! Une
fois il est allé voir le match de l'Algérie qui le porte dans son coeur au détriment des bleus! tous ça c'est de la bêtise! Un grand Zidane qui a offert à la France son titre mondial en
1998, ne doit pas être traité comme ça! Zidane est loin de cette "révolution" douce à la Française! Dominique est le trais mauvais entraineur de l'histoire de France. Enfin, Zidane n'a rien avoir
avec cette histoire sombre, n'en déplaise aux fossoyeurs et autres xénophobes!



Répondre
L


Mon cher Salah


Je pense que ce que t as dit est exact


L'intéressé a d'ailleurs fait une conférence de presse dans laquelle il a nié toute
ingérence dans cette affaire


Pour le reste, en ce qui me concerne, je n'ai jamais mêlé ma voie aux fossoyeurs des
entraineurs d'équipe nationales...


Les gens ont vite fait d'envoyer au trou ce qu'ils avaient adulés la veille....Qu'il
s'agisse de Domenech ou de Sadaâne....c'est une spécificité bien méditerranéenne


Par contre, oui j'en veux aux médias de tous bords qui ne cessent de critiquer....ne serait
ce que pour faire de l'audience


Par exemple j'en veux à ces crétins du journal « l'équipe » qui n'avaient pas
hésité à envoyer au trou Aimé Jacquet alors qu'il s'apprêtaiT à gagner une coupe du monde...


Il en est de même pour Sadaâne qui a mon avis est l'un des meilleurs sélectionneurs que
vous ayez eu mais qui lui aussi sera envoyé au trou à la première déconvenue


Il y a des moyens démocratiques et contractuels de se débarrasser d'un entraineur qui ne
remplit pas ses devoirs


Mais de grâce, au moins pendant la compétition, FONTONS LEUR LA PAIX......!!!!


Ils ont besoin de sérénité et de quiétude pour se concentrer sur leur tâche


Cordialement,


Le Pèlerin


 



M


j'avais entendu cette histoire également, c'est possible, mais la source des journalistes est tout aussi invérifiable que l'affaire Anelka.


On est vraiment dans les égoûts du stade et l'odeur est pestilentielle...


cordialement


Michel



Répondre
L


Salut Michel,


Je suis tout à fait d’accord avec toi


Mais compétition oblige et je ne ferai pas de commentaire….Nous jugerons à postérori


Laissons les travailler


Cordialement,


Henri


 



M


Je préfère l'article d'El Watan au titre de l'Equipe....



Répondre
L


Salut
Michel,


Et cela
le savais tu ?


Zidane le
déclencheur ?


Les
insultes d'Anelka sont-elles liées à l'ambiance très tendue au sein de l'équipe de France avant la rencontre face au Mexique ? Selon certaines rumeurs dont Libération se fait l'écho, une
délégation de quatre joueurs (Evra, Ribéry, Henry et Gallas) serait allée mercredi, veille du match , voir Raymond Domenech pour obtenir un changement de système de jeu pour passer du 4-3-3 au
4-4-2 et la sortie de Gourcuff et Govou remplacés par Henry et Valbuena. Domenech aurait accepté le deal.


Mais le
lendemain tout se gâte. Domenech apprend qu'un homme se trouve derrière les quatre émissaires et le changement tactique réclamé. Et pas n'importe qui : Zidane. Le sélectionneur aurait piqué une
grosse colère car tout se passe comme si Zidane faisait l'équipe à sa place. Quatre ans après le Mondial-2006 où « Zizou » avait déjà fait la pluie et le beau temps dans l'équipe, ravalant
Domenech à un rang de figurant. Dégoûté, le coach rompt l'accord et aligne la même équipe que face à l'Uruguay à l'exception de Gourcuff, remplacé par Malouda.


Source La
dépêche du Midi


Henri