Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 05:17

Equipe de France: Quand les joueurs décrètent la révolution

revolution-equipe-de-france.jpg

Les joueurs de l'équipe de France, sur la pelouse d'entraînement de Knysna, refusent de s'entraîner le 20 juin 2010

 

FOOT - Récit d'un dimanche après-midi surréaliste au sein de l'équipe de France... 

 «Tous ensemble unis pour un nouveau rêve bleu.» Le message est inscrit en lettres d'imprimerie sur le bus de l'équipe de France. Il fait doucement rire. Depuis dimanche après midi, l'aventure des Bleus en Afrique du sud vire au cauchemar. Au marasme. A la débandade. Cette équipe creuse sa tombe au fil des jours, sans même réaliser que l'enterrement a déjà sonné. Sur leur terrain d'entraînement de Knysna, ce groupe, qui n'en est plus vraiment un, s'est sabordé. Joueurs contre staff. L'ensemble des joueurs n'ont pas digéré l'éviction d'Anelka, la veille, et ils tiennent à le faire savoir. Pour s'élever contre la sanction prise à l'encontre du joueur insultant, la bande à Pat' Evra refuse de s'entraîner sur la pelouse du Field of Dreams, lors d'une séance pourtant ouverte au public. Au final, les 300 spectateurs arrivés en chantant au bord du terrain n'ont pas vu la couleur d'un ballon. Mais bien plus que cela. Sous leurs yeux a d'abord éclaté un esclandre entre Robert Duverne et Patrice Evra. Au milieu du terrain, le préparateur physique des Bleus a tenté d'en venir aux mains avec le capitaine. Avant que Raymond Domenech ne les sépare. Pour quelle raison Duverne a-t-il pété les plombs? D'après Patrice Evra, les joueurs ne lui reprochent pas d'être la «taupe» qui s'est épanchée dans la presse à propos de l'affaire Anelka. Sur RTL, Duverne affirme qu'il regrettait seulement le boycott des joueurs.

Valentin démissionne

Dans une ambiance surréaliste, les joueurs ont alors quitté le terrain pour monter dans leur bus. Sans le staff. Une sorte de grève sans préavis qui a fait sortir de ses gonds Jean-Louis Valentin le directeur délégué de la fédération. L’hiérarque s'est enfui au bord des larmes, à pied sur la colline qui jouxte le terrain du Pezula. Assailli par les caméras, ses premiers mots dont déjà partie de l'histoire: «Je démissionne, c'est un scandale! C'est une honte pour la France. Etre footballeur ne justifie pas tout!» Surtout pas de laisser en carafe des centaines de supporters venus les voir.

A deux jours d'un match (en théorie) capital face aux Bafana, l'obsession des joueurs ne concerne pas le football. Il s'agit pour eux de débusquer le traître qui ferait partie du staff. Ils exigent aussi le retour d'Anelka comme ils l'ont indiqué dans un communiqué, écrit avant la séance d'entraînement, et lu devant la presse par Raymond Domenech. Une scène surréaliste, qu'il a abrégée lorsqu'un journaliste lui a demandé s'il avait envie de démissionner. Quelques minutes avant ce grand déballage, «cette mutinerie» (dixit Guy Roux), le sélectionneur a tenté de convaincre ses joueurs de revenir sur le terrain, à l'intérieur du bus. Sans résultat. Les joueurs ont décrété la révolution en pleine compétition. Peu importe s'il reste encore un match. Ceux qu'on attendait sur le terrain, ont trouvé une manière beaucoup plus triste de faire parler d'eux.

Zidane le déclencheur ?

Les insultes d'Anelka sont-elles liées à l'ambiance très tendue au sein de l'équipe de France avant la rencontre face au Mexique ? Selon certaines rumeurs dont Libération se fait l'écho, une délégation de quatre joueurs (Evra, Ribéry, Henry et Gallas) serait allée mercredi, veille du match , voir Raymond Domenech pour obtenir un changement de système de jeu pour passer du 4-3-3 au 4-4-2 et la sortie de Gourcuff et Govou remplacés par Henry et Valbuena. Domenech aurait accepté le deal.

Mais le lendemain tout se gâte. Domenech apprend qu'un homme se trouve derrière les quatre émissaires et le changement tactique réclamé. Et pas n'importe qui : Zidane. Le sélectionneur aurait piqué une grosse colère car tout se passe comme si Zidane faisait l'équipe à sa place. Quatre ans après le Mondial-2006 où « Zizou » avait déjà fait la pluie et le beau temps dans l'équipe, ravalant Domenech à un rang de figurant. Dégoûté, le coach rompt l'accord et aligne la même équipe que face à l'Uruguay à l'exception de Gourcuff, remplacé par Malouda.

 

Source 20minutes.fr Romain Scotto, à Knysna

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires