Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 07:30

Après la mort de Ben Laden «Des représailles contre la France sont à craindre»

claude gueant

 

L’inquiétude de l’Etat et des services antiterroristes français se focalise sur le groupe AQMI (Al Qaîda au Maghreb islamique) qui n’a plus la couverture d’Al Qaîda centrale, concernant les otages français.
Le ministre de l’Intérieur français Claude Guéant a prévenu hier qu’après la mort d’Oussama Ben Laden, «on pouvait craindre» que la France ne «soit l’objet de représailles. Le ministre s’est également inquiété des menaces «contre les intérêts français et des Français à l’étranger».«Les menaces sont partout et on peut craindre effectivement que la France soit l’objet, comme les Etats-Unis, comme d’autres pays amis, de représailles et d’une volonté de vengeance», a indiqué Claude Guéant  sur RTL. «A cet égard, je suis particulièrement inquiet de la situation au Sahel» où quatre Français sont otages d’Al Qaîda au Maghreb islamique (Aqmi), a reconnu le ministre. «Il faut savoir que, compte tenu de la situation en Libye, un certain nombre d’armes ont quitté ce territoire pour aller vers la zone occupée par Al Qaîda au Maghreb islamique, en particulier au Mali.»

Interrogé sur la sécurité des vols d’Air France, Claude Guéant a répondu : «Des mesures particulières sont d’ores et déjà prises. Nous avons des fonctionnaires de police français présents dans les aéroports africains considérés comme les plus sensibles afin de seconder leurs collègues et de veiller à ce que le maximum de précautions soient prises.» «Nous sommes aussi très vigilants sur nos ambassades», a-t-il ajouté.  Le ministre de l’Intérieur français déclarait déjà lundi, à la suite de l’annonce de la mort de Oussama Ben Laden  que le «risque terroriste reste élevé» sur l’Hegaxone, avant d’ajouter que «le plan Vigipirate est adapté en permanence en fonction de toute situation nouvelle».  Le Premier ministre, François Fillon, avait lui aussi  prévenu, dès lundi, que des instructions avaient été données «à nos ambassades dans les pays les plus sensibles pour renforcer la sécurité (...) des lieux, des ambassades et consulats, des écoles, des lycées, et puis également des entreprises françaises dans les zones les plus dangereuses».
Dans un entretien publié mardi dans La Provence, le Directeur central du renseignement intérieur (DCRI), Bernard Squarcini, a estimé  que la menace d’attentats s’aggrave avec la mort d’Oussama Ben Laden et a dit son inquiétude pour les ambassades françaises et les vols d’Air France.

L’inquiétude de l’Etat et des services antiterroristes français se focalise sur le groupe AQMI (Al Qaîda au Maghreb islamique) qui n’a plus la couverture d’Al Qaïda centrale, concernant les otages français. Claude Guéant assurait lundi que pour le moment, «il n’y a pas d’éléments qui permettent de craindre davantage» pour les otages français. «Nous tentons toujours de trouver les moyens d’aboutir à leur libération». En matière de lutte antiterroriste sur le territoire français, Claude Guéant  a indiqué hier qu’en 2010 «ce sont  96 personnes qui ont été interpellées pour des actions en relation avec le terrorisme, 36 d’entre elles ont été écrouées».
Pour sa part, le président de l’Observatoire international du terrorisme, Roland Jacquard, a révélé, lundi, sur le plateau de  «C’Dans l’air» de France 5 que la coopération entre les services de renseignement algérien et français avait permis de déjouer un «attentat kamikaze extrêmement grave» qui devait se produire, en 2010, sur le territoire français. «C’est un terroriste qui s’appelait Djouadi, un Algérien, qui a été interpellé grâce à une collaboration entre les services secrets algériens et la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur)avec l’appui de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure)», a expliqué Roland Jacquard.  

Selon le spécialiste français, il devait permettre la constitution d’un réseau kamikaze sur le territoire français. «Il devait venir en France avec une équipe de kamikazes», souligne Jacquard. La presse française avait fait état «d’une menace terroriste importante» au courant du mois de septembre 2010. Le plan Vigipirate est au niveau Rouge, l’avant-dernier sur l’échelle des risques, depuis les attentats depuis les derniers attentats, en 1996. Créé en dans les années 90, suite aux attentats qui ont frappé la France, le plan Vigipirate associe l’action de la police et de l’armée sur des sites particulièrement sensibles. A l’annonce de la mort d’Oussama Ben Laden, plus de 600 hommes ont ainsi été dépêchés dans la capitale pour effectuer des patrouilles. Claude Guéant a d’ailleurs déclaré que  «le niveau terroriste était élevé avant la mort de Ben Laden. Il reste élevé après sa mort».

Quid du devenir d’Al Qaïda ?

«Al Qaïda est une organisation très décentralisée. Les groupes qui y ont fait allégeance sont très autonomes et puis il y a des groupes dans la nébuleuse terroriste qui ne sont pas reliés directement à Al Qaîda», a relevé Claude Guéant. Interrogé par Le Figaro, l’ancien interrogateur du FBI, Ali Soufan qui a été responsable de l’enquête menée par le FBI au Yémen après l’attentat contre l’USS Cole en 2000 et qui a interrogé ensuite plusieurs lieutenants d’Oussama Ben Laden, détenus aux États-Unis, après les attaques du 11 septembre 2001, estime qu’«en lieu et place du djihad global qui va décliner, on va assister localement à l’émergence de mouvements salafistes djihadistes, en Jordanie et en Libye, notamment». Et «à court terme, Al Qaîda va essayer de venger Ben Laden, mais les terroristes ne sont plus capables de perpétrer des attentats spectaculaires, comme ceux du 11 Septembre. Pour une raison simple : s’ils avaient pu le faire, ils l’auraient fait avant, ils n’auraient pas attendu la liquidation de leur chef. Ce qui m’inquiète davantage, ce sont les terroristes maisons, qui vont tenter de passer à l’action».
Source El Watan Nadjia Bouzeghrane

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires