Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 23:01

France - La réforme du permis de conduire en vigueur dans toute la France

france---permis-de-conduire.jpg

 

Lancée le 8 mars dans quatre régions tests, puis progressivement mise en place par étapes, la réforme du permis de conduire concerne toute la France à partir d'aujourd'hui.

Les candidats de Corse, Guyane, Guadeloupe, Martinique, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Réunion, Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon rejoignent ce jour le reste de la France et vont découvrir les nouvelles épreuves.

Pour l'occasion, le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, et la déléguée interministérielle à la Sécurité routière, Michèle Merli, se rendront en début d'après-midi au centre d'examen de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) pour faire un bilan des nouvelles épreuves pratiques et théoriques et rencontrer des candidats qui viennent de passer les épreuves.

Premier examen de France avec 1,3 million de candidats chaque année, le permis de conduire, symbolisé par le triptyque de papier rose détenu par 40 millions de conducteurs, existe depuis 111 ans.

L'idée de la réforme du permis de conduire est de le "transformer en +bilan de compétences+ où l'inspecteur discute avec le candidat de ses forces et ses faiblesses et de rendre le passage du permis moins long, moins cher, et plus sûr", selon l'expression du Premier ministre, François Fillon. Mais "l'avoir plus rapidement ne veut pas dire qu'il est plus facile", avait expliqué M. Bussereau après le lancement de la réforme.

Dans l'examen du code, qui comportera toujours 40 questions, celles "un peu piège, ringardes, obsolètes, ambiguës" ont été supprimées ou reformulées.

Lors de l'épreuve pratique, le candidat évolue durant 5 minutes "en autonomie" avec pour seule indication la destination à atteindre. Il peut décrocher un point supplémentaire avec une conduite courtoise et un autre point avec une conduite économique. Le but est d'arriver à franchir la barre des 20 points nécessaires pour décrocher le diplôme.

Selon des auto-écoles, le point pour la conduite courtoise est pratiquement donné à tous les candidats. Mais le point de conduite économique "est trop dur à obtenir, il faut monter sa quatrième vitesse à 1.500 tours", estime Pascaline Maizière, directrice de l'auto-école des Chatillons à Reims pour qui la réforme n'a pas amélioré la situation.

Le secrétaire général du plus grand syndicat d'inspecteurs (SNICA-FO) Christian Grolier, qui affirme représenter 70 % des 1.380 inspecteurs, comprend une certaine déception des usagers. "Les autorités ont expliqué qu'elles voulaient une réforme pour rendre l'examen plus rapide, plus facile et moins cher. Beaucoup ont compris que le permis serait plus facile à avoir, certains ont reculé la date de leur examen pour passer le nouveau module, alors que l'expression plus facile concernait la procédure administrative", dit-il.

"Le permis n'est pas plus facile qu'avant et le taux de 55 % de réussite en 2008 devrait persister, loin des 66 % réclamés par le ministère qui auraient permis d'économiser 148 postes d'inspecteurs (...) notre but reste de délivrer le permis à des gens bien formés", ajoute-t-il.

Chaque candidat débourse en moyenne 1.500 euros pour passer les épreuves du permis de conduire

Source L’Internaute

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Geneviève HALET-SABATIER 05/05/2010 08:31



Repasser son permis au bout d'un laps de temps certain, ou plutôt faire une remise à niveau ,n'est peut-être pas une mauvaise chose ; ce qui l'est moins, cest de profiter de la situation
pour "ramasser des sous" qui deviennent de plus en plus rares, surtout chez les petits contribuables, enfin chez ceux qui ont besoin de leur permis. GENEVIEVE.



Le Pèlerin 05/05/2010 15:24


Sur le fond pourquoi pas La carotte, le bâton,la formation....et le porte feuille Dans quelques temps il faudra recracher au bassinet L'état a besoin d'argent....Il est en train de libérer les
énergies et "créer" des emplois Comme promis Le Pèlerin