Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 10:59

«La France a toujours été une terre d’asile, d’accueil, c’est notre tradition, notre honneur»  JL-Debre.jpg

….a déclaré le président du Conseil constitutionnel.

 

Le ministre français de l’Intérieur a été recadré au moment où la Commission européenne donnait son feu vert pour un amendement du traité de Schengen.

La voix du président du Conseil constitutionnel s’est élevée alors qu’un fort sentiment d’intolérance, de stigmatisation, cible des Français d’origine africaine et musulmane. Une bouffée d’oxygène, en ces temps qui courent. «Il faut accepter l’immigration légale...conformément à la tradition française. Et nous avons besoin d’immigration. La France a toujours été une terre d’asile, d’accueil, c’est notre tradition, notre honneur. Simplement, il faut que les hommes et les femmes qui viennent sur notre territoire respectent les lois de la République», a déclaré, dimanche, l’ancien président de l’Assemblée nationale française sur les ondes de Radio J.

Le ministre de l’Intérieur n’a pas caché, le 15 avril dernier, son objectif de réduire l’immigration légale. Il a annoncé vouloir faire passer «dans un premier temps» de 200.000 à 180.000 le nombre d’étrangers admis sur le territoire français.

«Aujourd’hui, il y a à peu près 200.000 étrangers supplémentaires (par an) qui sont autorisés à séjourner en France...Mon objectif, c’est de réduire ce nombre de 20.000, c’est-à-dire de passer de 200.000 à 180.000, dans un premier temps», avait révélé Claude Guéant tout en promettant, devant les élus du Palais du Luxembourg (le Sénat français), qu’il ferait dans les prochains jours des «propositions de réduction du nombre de titres de séjour».

Une erreur, estime le président du Conseil constitutionnel, qui s’érige désormais en rempart contre une certaine dérive parlementaire même s’il a tenu à préciser qu’il s’exprimait à titre personnel. Et que pense-t-il du débat sur la laïcité et l’Islam qui a été organisé par sa famille politique (l’UMP)? «Notre société repose sur le principe de la laïcité. Pourquoi le réaffirmer, pourquoi essayer sans arrêt de montrer qu’il a changé?

Non, faisons en sorte de dire que les lois fondamentales qui ont fondé cette laïcité sont toujours d’actualité, un point c’est tout», a souligné l’ancien ministre de l’Intérieur de Jacques Chirac qui a voulu apaiser les tensions. Les propos tenus par Claude Guéant au début du mois d’avril avaient choqué. «En 1905, il y avait très peu de musulmans en France, aujourd’hui il y en a entre 5 et 10 millions...

Cet accroissement du nombre de fidèles et un certain nombre de comportements posent problème. Il est clair que les prières dans les rues choquent un certain nombre de concitoyens. Et les responsables des grandes religions ont bien conscience que ce type de pratiques leur porte préjudice», avait affirmé le successeur de Brice Hortefeux à la Place Beauvau, en marge d’un déplacement effectué à Nantes (Loire-Atlantique).

«Arrêtons de faire de la gesticulation législative. La laïcité, il faut l’enseigner à l’école, car la laïcité, c’est la tolérance, le respect de l’autre», a recommandé Jean-Louis Debré qui a affiché son opposition contre une éventuelle proposition de résolution parlementaire rappelant les principes de la laïcité.

Une position qui fait contrepoids aux dérives verbales racistes qui foisonnent en ce début de campagne présidentielle, lancée prématurément, et qui oscillera inévitablement autour de l’immigration.

«Il nous paraît capital, pendant cette période préélectorale, de bien garder sereinement le cap en évitant amalgames et risques de stigmatisation», ont prévenu les représentants bouddhistes, catholiques, juifs, musulmans, orthodoxes et protestants de la Crcf, la Conférence des responsables de culte en France, à la veille du débat de la honte qui n’aura finalement vécu que trois petites heures, le 5 avril dernier. La mèche peut cependant être rallumée à tout moment...

Source L’Expression Mohamed Touati

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires