Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 07:26

«Une connerie sans nom», estime Alain Juppé

Alain Juppe

 

Le projet de loi sur la négation des génocides et notamment le génocide arménien par la Turquie a été adopté à l’Assemblée nationale française par des députés de droite comme de gauche. «Cette proposition de loi est… une connerie sans nom», avait averti la veille en conseil des ministres le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé. De quoi la France se mêle-t-elle ? protestent beaucoup.
Evoquant une «trahison de l’Histoire», le pouvoir turc a immédiatement rappelé son ambassadeur en France, annoncé la suspension des visites et le gel de sa coopération politique et militaire avec la France, comme elle a annulé les exercices militaires communs en cours. Très tôt le matin, près d’un millier de personnes se sont massées devant l’Assemblée nationale avec, entre autres, ce slogan «La pêche aux voix ne doit pas se faire sur l’histoire d’un pays».

Que dit cette loi ? Que les négationnistes de génocide, reconnus par la loi française, seront pénalisés d’un an de prison et 45 000 euros d’amende. Or, la Shoah relève du droit international et elle est déjà punie par la loi. Ce nouveau projet de loi vise en réalité le «génocide d’Arméniens par la Turquie durant la Première Guerre mondiale». Bien qu’enrobée et noyée comme on le voit dans le terme «les génocides», sans plus de précision, il s’agit bien, pour les initiateurs de la loi, et à leur tête le président Sarkozy, du génocide arménien perpétré entre 1915 et 1917, par l’empire ottoman, reconnu par la France en janvier 2001, et qui aurait fait 1,5 million de victimes arméniennes. Cette hypocrisie sémantique apporte d’ailleurs de l’eau au moulin des adversaires de cette loi qui trouvent dans ce texte les arguments pour s’y opposer. S’il s’agit réellement d’une loi portant sur tous les génocides, pourquoi n’a-t-on pas fait de même pour le génocide du Rwanda par exemple ? La France, réagissent certains, «avait à voir avec le génocide des juifs dans la mesure où des Français les avaient dénoncés aux Allemands et contribué ainsi à leur génocide, mais en quoi sommes-nous concernés par le génocide perpétré sur les Arméniens ?» Pour d’autres, «la France devrait plutôt voter une loi incriminant toute négation des massacres génocidaires de Sétif et de Guelma en Algérie». Encore une loi qui crée de la zizanie, y compris au sein de la majorité. Selon une information rapportée par le Canard enchaîné, reprise par plusieurs médias et non démentie par le principal intéressé, le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, aurait déclaré avant l’adoption de ce texte : «Cette proposition de loi est intellectuellement, économiquement et diplomatiquement une connerie sans nom. On n’a pas à se lancer dans un concours des génocides. Tout ça pour tenter de récupérer les voix des Français d’origine arménienne. C’est ridicule.» L’enjeu est manifestement là, mais pas seulement d’ailleurs. La population française – d’origine arménienne — qui votera à la présidentielle en 2012, est estimée en France à un demi million. Ce n’est pas négligeable pour un candidat à la présidentielle sortant qui a besoin plus que jamais d’augmenter les intentions de vote en sa faveur. Les députés socialistes qui ont voté cette loi ne sont pas en reste de cette opération de charme en direction des Arméniens, d’autant que beaucoup d’entre eux comptent suffisamment d’Arméniens dans leurs circonscriptions qui, par ce vote, pourraient leur assurer leur réélection aux législatives de 2012. L’autre enjeu est à dimension européenne. Sarkozy a toujours clamé son hostilité à l’entrée de la Turquie à l’Union européenne, rejoignant en cela une grande partie de la droite et son extrême qui ont toujours été contre l’entrée d’un pays à majorité musulmane dans l’UE. Toujours au plan international, et selon certains analystes, le président Sarkozy ne doit pas voir d’un très bon œil la part très grande que prend actuellement la Turquie dans sa tentative de règlement des dossiers iranien, syrien et israélo-palestinien. Si sa médiation et ses tentatives venaient à aboutir, cela pourrait conférer à la Turquie une aura internationale que cherche désespérément à s’assurer le président français et favorisera peut-être même une place à l’UE. Le texte qui vient d’être voté devra passer devant le Sénat, avant son adoption définitive. Mais là, pas de crainte. Même à majorité socialiste, le projet de loi passera sans problème, la gauche s’étant déjà prononcée pour ce texte alors que beaucoup d’historiens de cette mouvance dénoncent cette dérive consistant à faire écrire l’Histoire par les politiques, ce qui n’est pas leur rôle.
Source le Soir d’Algérie Khadidja Baba-Ahmed

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires